Guardiola : «Mahrez mérite d'avoir plus de temps de jeu, mais...»    Man Utd : Fernandes répond à Klopp    Le RCD fustige le gouvernement    Système ou pratiques ?    Un citoyen en appelle à Karim Younès    L'activiste Amar Berri arrêté, puis relâché    Le Care pointe l'absence de données économiques    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Développement du gisement de fer de Gara Djebilet    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    Baisse drastique des visas pour les Algériens    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Ni Bouzenad ni Laroussi à la rescousse    Les joueurs arrêtent la grève    Début de sprint pour l'OM    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    Des cabines électriques mobiles à la rescousse    14 marchés aux bestiaux hebdomadaires rouverts    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Lancement du concours du meilleur conte illustré sur Yennayer    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Conseils de l'ordre des médecins et chirurgiens-dentistes: Des syndicats dénoncent une «situation de blocage»    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Les faits têtus de la réalité    Deux mandats de dépôt pour détournement au Trésor public    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Meftah: Une usine de biscuits prend feu    Bouira: Deux morts et deux blessés dans une explosion de gaz    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Musée national des antiquités d'Alger
Publié dans La Nouvelle République le 18 - 04 - 2016

Le Musée national des antiquités est le plus ancien musée d'Algérie et d'Afrique du Nord. Il était destiné à recevoir dans ses collections des objets relatifs à l'ethnographie, aux antiquités, aux arts et aux industries d'Algérie.
Son histoire débute vers 1838. L'idée de la construction d'un musée pour les collections antiques revient à Adrien Berbrugger premier conservateur qui leur réserva une pièce spéciale dans la caserne des janissaires, rue Bab-Azoun, et l'annexe, en 1835, à la première bibliothèque qui deviendra plus tard la Bibliothèque nationale d'Alger. En 1845, il obtient une dizaine de chambres au palais de la Djenina.
Les objets y sont transférés et exposés ensuite, en 1848 dans des pièces voûtées, du bas d'une maison mauresque, sise au 18 rue des Lotophages, qui sera démolie en 1862, lors des travaux de fortifications. Un an plus tard, le musée et la bibliothèque sont installés dan l'ancien palais de Mustapha Pacha, rue de l'Etat-Major, à la Casbah. Le musée occupe le rez-de-chaussée et l'une des salles du second étage, alors que le premier étage est réservé à la Bibliothèque.
Le musée est alors divisé en quatre sections : antiques, monuments indigènes, épigraphies et autres, objets d'arts arabe. A la fin des années 1880, les lieux deviennent exigus et inadéquats pour abriter les collections. «A l'intérieur du patio du palais Mustapha Pacha, les objets exposés sont en général volumineux et difficiles à placer dans les salles du palais-lesquelles sont initialement des chambres profondes et étroites en raison de la faible portée des rondins de thuya exclusivement employés jadis comme solives dans la plupart des maisons et des petits palais mauresques.
La faible luminosité des salles entourant le patio est accentuée par la masse encombrante et l'ombre portée de ces objets sur les petites ouvertures existant le long des galeries », écrit Nadia Oulebsir.« Malheureusement, les galeries du Patio où sont les antiquités et les salles de dépôt des livres sont des plus obscres, de sorte qu'on ne peut guère étudier sans une lumière, les pièces les plus intéressantes de la collection, et qui les lecteurs travaillent en plein air », écrit George Doublet.
A cette situation précaire, s'ajoute un conflit entre le Conseil général d'Alger et le gouvernement général autour de la gestion de la bibliothèque-musée. Décision est donc prise de faire scission entre la bibliothèque et le musée. Ce dernier sera ainsi transféré dans la banlieue est d'Alger, appelée par les Français Mustapha Supérieur.
Le musée est installé dans une maison affectée auparavant à l'Ecole normale primaire et située au milieu d'un jardin public, le parc de Galland. A son installation, le musée hérite, en plus de son ancienne collection, d'un fonds de l'exposition permanente des produits d'Algérie. Il est composé entre autre d'armes, de trophées, de souvenirs locaux, de pièces d'art... rassemblés dès 1854.
Le musée sera agrandi en 1903 et de nouvelles salles seront adjointes au noyau primitif, et grâce au savant Stéphane Gsell, elles ne tarderont pas à se meubler. Le musée s'enrichit notamment par l'acquisition de la collection Ben Aben à la suite d'une exposition organisée à Alger en 1905. Le 18 mai 2003, à l'occasion de la Journée mondiale des musées, un nouveau bâtiment est inauguré pour abriter les collections d'art islamique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.