Le président des EAU félicite le président élu Abdelmadjid Tebboune    Le président tunisien félicite le président de la République élu M. Abdelmadjid Tebboune    Barcelone : le prix de Jean-Clair Todibo est fixé    PRESIDENTIELLE A MOSTAGANEM : Un taux de participation de 47,75 %    MOSTAGANEM : Démantèlement d'un dangereux gang de dealers    ALGERIENS MORTS A L'ETRANGER : Un fonds pour le rapatriement gratuit des dépouilles    Une nouvelle Constitution pour une "nouvelle République" (Président élu )    Bengrina démissionne de son parti !    PRESIDENTIELLE : L'ANIE se félicite la réussite de l'opération du vote    CANADA : Un Algérien tue sa femme et ses deux enfants    L'ONU réaffirme ses responsabilités envers le peuple sahraoui et son droit inaliénable à l'autodétermination    ORAN : Campagne de sensibilisation sur la préservation de l'eau    VENTE D'APPAREILS DE CHAUFFAGE CONTREFAITS SANS CERTIFICAT DE GARANTIE : Plus de 11 commerçants verbalisés à Oran    Lutte contre la contrebande : 5 individus arrêtés au sud du pays    Mers Eddadjadj à Zemmouri Marine: un site archéologique à revaloriser    Hydrocarbures: publication de trois décrets présidentiels validant des contrats d'exploitation (JO)    Bounedjah : "Terminer la saison 2019 en beauté"    Salhi vers l'Arabie Saoudite    Jürgen Klopp et Liverpool prolongent leur idylle    Plus de mille dossiers Cnac et Ansej traités en 2019    La Chine annonce un accord préliminaire avec les Etats-Unis    Houda Ferraoune n'a pas voté    L'Algérien Oukidja, remis de sa commotion cérébrale, opérationnel face à Marseille    Bureaux de vote saccagés à Bordj Bou-Arréridj    Les travaux de réfection de la pelouse avancent bien, selon la FAF    Le documentaire Nice Very Nice en compétition au Sénégal    …sortir ...sortir ...sortir ...    Le président américain dans la tourmente : Dernier cap franchi avant un probable renvoi de Trump en procès    CNR de Bordj Bou Arréridj : Les effets de la retraite proportionnelle    MCA : Betrouni «Sakhri doit assumer ses responsabilités»    Tizi Ouzou, Bouira et Bejaia: Bureaux de vote fermés, manifestations et émeutes    MC Oran: Le président du CSA sort de son silence    Tébessa: Un lot supplémentaire de 1.400 logements    Mascara: Saisie de boissons alcoolisées, deux mandats de dépôt    Jugeant disproportionnée sa part des produits fiscaux perçus: La commune d'Oran veut tirer plus de profit de la fiscalité locale    Avec 58,15% des voix: Tebboune élu président    Tebboune remercie les Algériens pour la confiance placée en sa personne    Grève contre le projet de réforme des retraites (France) :    Projet de traduction des plus importants écrits    Le combat de Zahia Ziouani    France: Après 6 jours de grève, la réforme des retraites va être enfin dévoilée    Maroc : Pourquoi la compagnie TUI fly supprime-t-elle des vols vers le Maroc ?    Niger : Une deuxième attaque en deux jours contre l'armée    Sommet de Paris : Poutine salue un " pas important " vers une désescalade en Ukraine    Djelfa : Culture du safran à Djelfa, une expérience concluante pour le jeune Abderrahmane Khelili    Tissemsilet : Manifestations du 11 décembre 1960 : réinhumation des restes du chahid Bennai Omar à Theniet El Had    Histoire : Le parcours de Abdelhafid Boussouf, marqué de sacrifices et bravoure    Yennar dans les Aurès, une tradition millénaire toujours intacte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un art né entre servitude et exil
Publié dans La Nouvelle République le 09 - 08 - 2017

Le monde fêtait le 3 août dernier, la journée de la capoeira. Mélange de sport et d'art, la pratique est inscrite au patrimoine immatériel de l'Unesco. C'est au Brésil qu'elle est née, devenant une tradition nationale.
Mais ses origines sont métissées : la capoeira est liée à la traite d'esclaves africains, qui ont créé cette danse de combat en s'inspirant des luttes traditionnelles. Et aujourd'hui, la discipline s'exporte et s'implante notamment en Afrique. En Gambie, par exemple. En Gambie, les adeptes de la capoeira sont de plus en plus nombreux. L'association «The Door of Return » (la porte du retour) comptait moins de cinq membres lors de sa création, il y a une dizaine d'années. Aujourd'hui, une cinquantaine de jeunes s'entraînent de façon intense. Plusieurs soirs par semaine, de jeunes Gambiens se retrouvent ainsi pour former une ronde. Au centre, deux par deux, ils vont s'affronter pendant des heures dans un mélange de danse et d'art martial. C'est devenu une passion pour Sainabou Jobe depuis deux ans. « La capoeira, c'est un sentiment. Si on ne le ressent pas, on ne peut pas continuer. Le but, ce n'est pas de toucher l'autre, mais de faire de beaux mouvements et de pouvoir esquiver des attaques », décrypte la jeune femme. Les pieds volent, les corps s'esquivent sous l'œil du maître : Adama Badjie. Il a appris la discipline grâce à un grand maître brésilien. Depuis lors, il veut propager la capoeira dans le pays. « Je suis très fier que la capoeira soit revenue en Gambie aujourd'hui, et que les Africains puissent en faire », confie ce dernier. C'est ce retour aux racines et à la culture des esclaves noirs qui plaît à Solomon Correa. Il dit voir cette discipline « comme un art martial qui a été inventé par nos ancêtres il y a très longtemps ». « Ça me rend fier, confiant et heureux de ce que je suis en tant qu'Africain », explique-t-il. Les sportifs n'hésitent pas à réinterpréter la discipline, ce qui donne un riche mélange de cultures selon Lamin Jawneh, qui s'en amuse : « On chante en portugais, donc beaucoup de gens me demandent : «Tiens, depuis quand tu parles portugais, toi ?» « Mais des fois, ajoute Lamin Jawneh, on chante dans notre langue locale et l'esprit de la capoeira est vraiment là, quand on chante dans notre langue locale. » Le club multiplie les démonstrations sur la plage ou dans les rues, pour que la discipline s'implante durablement en Gambie.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.