Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Les Sanafir se méfient des Aigles    Souibaah et Aiboud également forfaits à Relizane    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une bataille pour exister
Publié dans La Nouvelle République le 04 - 08 - 2014

«Je pratique la capoeira. J'aime bien ce sport, je vis avec. Mais des personnes bien placées ne veulent pas entendre de nous et ils ne manifestent aucun effort pour nous prêter main forte». Ceux sont les propos de Sofiane Krichi, un jeune homme algérien de 34 ans, qui pratique une discipline peu répandue dans notre pays, la capoeira.
Ce qui a donné beaucoup de volonté à Sofiane qui espère rendre la capoeira plus attirante pour les Algériens. Cette activité, mélange entre sport et danse, séduit des personnes de différents horizons mais... «Le problème qui se pose est que cet art-martial n'est pas reconnu dans notre pays et les responsables ne semblent pas prêts à aider ce sport pour trouver un statut qui lui permet de bien s'installer chez nous. Quand je me suis présenté auprès du ministère de la Jeunesse et des sports (actuellement ministère du Sport), j'ai été reçu par une personne dont je préfère garder l'anonymat. Il m'a dévisagé bizarrement, j'ai vu dans son expression une certaine répugnance mêlée de l'antipathie à mon égard», explique-t-il. «Je me suis présenté et exposé le but de ma venue, à savoir créer une fédération pour la capoeira, apporter l'aide financière et faciliter l'activité des capoeiristes dans notre pays. Le monsieur a pris cela sur un air d'une moquerie, et j'ai senti qu'il voulait me freiner ou me décourager parce que, à ce que je crois, il avait pressenti que j'étais sérieux et déterminé à réussir dans ce domaine», ajoute-t-il. La capoeira est un sport d'origine africaine, de l'Angola plus précisément. Il a été emporté au Brésil par les esclaves angolais qui étaient achetés et transportés par les Portugais qui occupaient à l'époque les deux pays. Aujourd'hui, ce sport connaît une grande popularité notamment aux USA, en Russie, au Japon, en France et au Brésil bien entendu. Pour l'Algérie, l'arrivée de cet art-martial n'a eu lieu qu'en 2010 grâce au capoeiriste Sofiane Krichi. Après un début difficile, le jeune homme de 34 ans se félicite aujourd'hui du degré qu'a atteint cet art martial en Algérie. «On a désormais beaucoup de pratiquants. Il y a même des filles qui aiment la capoeira. Je peux vous compter environ 100 jeunes (entre filles et garçons) dans 20 wilayas, qui sont dans le domaine. On est arrivés à organiser des stages et des passages de grades en présence de grands maîtres du monde», explique Krichi. «J'ai plein d'idées, on aurait pu faire mieux que ça malheureusement le manque de moyens nous a handicapés». Quand Sofiane Krichi a introduit ce sport dans notre pays, il savait bien qu'on n'allait pas lui dérouler le tapis rouge dans une société qui se noie dans la corruption à toutes échelles et surtout dans le sport. Il a vite compris que les choses ne seront pas faciles. Par ses propre moyens, il a pu démarrer, et petit à petit la capoeira s'est frayée une place sur la scène sportive algérienne. Mais avant d'en arriver là, le parcours était dur pour Sofiane Krichi, écoutons-le : «Oh, ce n'était pas si simple. Il a fallu du temps et beaucoup de persévérance. Parfois, les affaires deviennent presque insupportables, mais il ne faut jamais baisser les bras. Par exemple pendant ces quatre années, j'ai invité des maîtres de renommée à venir ici en Algérie pour former les jeunes algériens à travers des stages et ateliers. Et du coup, je me suis retrouvé seul à gérer le tout. J'ai été obligé de prendre en charge le voyage, l'hébergement et tout le séjour des maîtres. Croyez-moi, c'était un budget colossal. ça m'a ruiné. Par ailleurs, je me suis confronté à d'autres problèmes comme trouver des salles disponibles et acheter l'équipement pour les participants». Mais ces sacrifices ne sont pas vains. L'engagement et la patiente de Krichi commencent à donner des fruits, du moins, en ce qui concerne l'engouement de ce sport. Récemment à Alger, le capoeiriste algérien a organisé un stage qui avait regroupé un bon nombre de participants et de maîtres. Au-delà du grand budget qu'il a déboursé de sa propre poche lors de ce stage, Sofiane Krichi a ressenti une note de satisfaction. «Lors de ce stage, le public algérien était venu en masse pour assister au show. Ma joie fut grande en découvrant cela et ça prouve que nous faisons une belle publicité à ce sport à travers nos activités», estime-t-il. Il existe un public de plus en plus nombreux à découvrir la capoeira, et d'après les prévisions, le nombre des pratiquants en Algérie sera plus élevé dans un proche futur, il suffit juste de mettre les mécanismes nécessaires et soutenir les capoeiristes ou les «artistes sans diplôme», comme on les surnomme. «Nous souhaitons avoir une fédération propre à la discipline. Ce n'est pas impossible. Il suffit juste qu'il y ait de vrais hommes qui veulent aider la jeunesse», a glissé notre interlocuteur.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.