Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    AADL: Près de 22.000 souscripteurs n'ont pas téléchargé les ordres de versement    Rencontre Gouvernement-Walis: A la recherche d'un appui local solide    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Managers de joueurs en Algérie: Un métier pour desservir le football    Feux de forêts: 8 blessés transférés à l'étranger    Selon les spécialistes: Les vaccinations contre la grippe saisonnière et le Corona ne s'opposent pas    Trois individus arrêtés pour vols    La pointure du monde    La sculpture est-elle « maudite»?    Une autoroute qui a emporté d'indélicats cadres...    Les violences des supporters s'accumulent    Brèves Omnisports    Nouvelle enveloppe pour l'achèvement des travaux    Les raisons du processus inflationniste    À quand le vrai bonheur?    La carte de la transition    Le président Saïed prend «des mesures exceptionnelles»    Une vingtaine de pays de l'UE proposent de reconduire Tedros    Les films hollywoodiens à l'affiche    La meilleure résidence d'accompagnement à l'écriture!    Du chant chaâbi à Dar Abdellatif    Deux passeurs arrêtés    Les milliards pleuvent...    La presse en deuil    Le FFS contre-attaque    40 Nouveaux forages fonctionnels dans 20 jours    Trois morts sur les routes    La crème de nuit !    Solidarité made in Ooredoo L'opérateur qatari a offert    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Vers une hausse des salaires    Pétrole : le juste prix ?    Une inauguration, puis rien !    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Formation en écriture cinématographique    Réouverture des cinémathèques aujourd'hui    Avoir le minaret aux trousses    Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    La France déchirée?    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La stabilité des prix reste tributaire de l'organisation de la production
Publié dans La Nouvelle République le 29 - 08 - 2017

Dans une déclaration à l'APS, le président de la Fédération nationale des marchés de gros de fruits et légumes (Fnmgfl), Mustapha Achour a précisé que la flambée des prix des légumes, notamment la courgette et la laitue, est due à plusieurs facteurs, notamment la faible production, la spéculation, l'absence de transparence du fait de la non-facturation et le monopole du marché parallèle, estimant que la stabilité des prix de ces produits est tributaire de l'organisation de la production agricole, de la maîtrise des marchés de gros et de l'imposition rigoureuse de la facturation.
M. Achour a fait savoir, également que les quantités de légumes produites cette saison ont dépassé la demande, faisant sensiblement baisser les prix en juin, ce qui a amené les agriculteurs à se débarrasser de leur production de légumes pour éviter les frais engagées dans le processus de récolte sans pouvoir les écouler.
Le même responsable a affirmé, en outre que «cette année nous avons assisté à une véritable catastrophe, faisant savoir que les agriculteurs se sont mis à cultiver de la laitue et de la courgette sans se soucier de la possibilité de leur commercialisation mais en raison du surplus, a-t-il ajouté, ils n'ont pas été en mesure d'écouler leurs récoltes, ce qui les a amenés à labourer de nouveau la terre pour cultiver d'autres légumes, entraînant la flambée du prix des légumes abandonnés, tels que la courgette qui est passé de 5 DA au moins de Ramadhan à 250 DA actuellement», a t-il déploré.
M. Achour a estimé, également que parmi les causes de cette flambée des prix des fruits et légumes est la raréfaction de l'eau, la baisse du niveau des barrages et les incendies enregistrés cet été sont autant de facteurs qui ont compliqué davantage les choses, a-t-il toutefois précisé.
Concernant la flambée de ces prix à l'approche des fêtes, M. Achour a estimé, par ailleurs que cette situation est due à la spéculation, à l'absence de transparence et à la progression du marché parallèle : «Les marchés de gros doivent être organisés», a-t-il ajouté.
Précisant, encore que les marchés de gros relèvent des communes et des wilayas doivent bien gérer la situation pour mettre fin à l'anarchie ambiante. A cet effet, le même responsable a prévu une baisse relative des prix de ces légumes après l'Aid El-Adha, précisant «nous prévoyons une baisse des prix avec l'arrivée des légumes cultivés dans les serres. Le prix de la courgette par exemple se stabilisera autour des 100-120 DA durant l'automne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.