Un terroriste capturé à Bouira    Un dangereux terroriste arrêté à Bouira    Un projet de 4.000 logements au profit de la wilaya    Mermouri menace d'exproprier les porteurs de projets hôteliers «traînards»    Aïn Naâdja reliée à la place des Martyrs    110 rapports sous scellés    La cyberpaix menacée    Le numérique fait son entrée dans les banques    Daesh en Libye dans le viseur russe    Kaouane plaide pour la formation des journalistes    115 000 enfants soldats ont été libérés depuis l'an 2000    16 000 migrants ont été rapatriés dans leurs pays d'origine en 2017    Des duels indécis pour boucler la phase aller    Mise en place du statut type du club sportif amateur    Adieu l'ami!    La FA demande des explications à Mourinho    Plus de 1.800 arrestations dans le cadre de la lutte contre les stupéfiants    Les universités en grève pour 3 jours    Hasbellaoui mise sur la nouvelle carte de santé    Le petit Ramzi toujours recherché    Mohamed Aïssa rencontre son homologue saoudien    La contestation toujours...    Ouyahia en visite à Reggane    «Le retard dans la réalisation des logements est inadmissible à Ain Temouchent»    Norredine Sâadi nous quitte    1re édition des journées de poésie populaire de Mecheria    Dans les œuvres fantastiques    Source d'inspiration    Une intelligence artificielle découvre un nouveau système solaire    Une nouvelle momie découverte en Egypte    Un vrai tournant dans notre révolution    Début du championnat interclub    Transfert de l'ambassade américaine à El-Qods    Le diplomate Madjid Bouguerra nommé ambassadeur de l'année    L'ES Sétif et le MC Alger fixés sur leurs adversaires    Man United : Mourinho veut Mesut Özil    Le CPP se déchire sur Algériens et Palestiniens par temps de « Chedda » (audio-vidéo)    Ahmed Achour n'est plus : un témoin du sport algérien est parti    Le P/APW de Sidi Bel Abbès installé sans les élus du FLN et de TAJ    Coopération : Bedoui s'entretient à Berlin avec son homologue allemand    ASL Airlines France ouvre deux lignes vers Oran pour l'été 2018    En dépit d'une conjoncture économique difficile : Citibank optimiste pour l'avenir du marché algérien    Carnet politique 23    Les Palestiniens, futures victimes du rapprochement entre Israël et l'Arabie Saoudite    Brèves...    Lycéens et collégiens manifestent pour tamazight    Louisa Hanoune charge les partis du pouvoir    Manga Old School : les rois oubliés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ONU doit être le réceptacle de toutes les initiatives
Publié dans La Nouvelle République le 26 - 09 - 2017

Le président du Conseil présidentiel du Gouvernement libyen d'union nationale, Fayez Al Serradj a affirmé que l'ONU doit être le réceptacle de toutes les initiatives visant à résoudre la crise libyenne et exprimé son soutien à la feuille de route proposée par l'émissaire de l'ONU en Libye, Ghassan Salamé.
Lors d'un entretien avec le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, en marge de la 72e session de l'Assemblée générale de l'ONU à New York, Al Serradj a apporté son appui aux efforts de l'émissaire de l'ONU en Libye, Ghassan Salamé exprimant son soutien à sa feuille de route qui doit déboucher sur des élections présidentielles et parlementaires, soulignant l'importance de fixer un calendrier pour les étapes de cette feuille de route en tirant profit des expériences passées et de faire preuve de «rigueur» avec ceux qui entravent l'accord politique et le retour de la stabilité en Libye.
«L'ONU doit être le réceptacle de toutes les initiatives visant à résoudre la crise libyenne», a-t-il soutenu, mettant en avant la nécessite du retour de la Mission d'appui des Nations Unies en Libye (MANUL) pour travailler en Libye dans les plus brefs délais, appelant les organisations et institutions internationales à jouer un plus grand rôle pour aider le gouvernement d'union nationale à régler les dossiers des réfugiés, des déplacés et de l'émigration clandestine.
Dans ce contexte, Al Serradj a indiqué qu'il comptait organiser une conférence internationale pour la reconstruction en Libye notamment dans les villes et régions touchées par la guerre et les affrontements armés. Pour sa part, le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres a indiqué que l'organisation onusienne n'avait pas d'agenda en Libye et que son seul objectif était le soutien du peuple libyen et la concrétisation d'une entente aboutissant à la paix et à la stabilité dans le pays", saluant les efforts d'Al Serradj pour la concrétisation d'un développement positif en Libye.
Il a mis en avant en outre la détermination de l'ONU à trouver un règlement la crise libyenne et à impulser l'action de ses institutions en charge des questions des réfugiés et des déplacés pour aider le gouvernement d'union nationale.
Importance de l'accord politique et nécessité de l'édification d'une armée capable de faire face au terrorisme
Dans une allocution prononcée devant l'Assemblée générale de l'ONU, le président du Conseil présidentiel libyen, Fayez Al Serradj a passé en revue les défis sécuritaires, politiques et économiques qui se posent à son pays, soulignant l'importance de l'accord politique «pierre angulaire pour le règlement de tous les différends et l'édification des institutions de l'Etat et des structures gouvernementales».
Rappelant que le Conseil présidentiel du gouvernement d'union nationale est la résultante de cet accord, il a affirmé que le Conseil «n'est pas partie prenante dans le conflit mais un canal pour la réalisation de l'entente et de la réconciliation nationale globale et une assise pour les fondements l'Etat inclusif espéré, un Etat réunissant tous les Libyens, sans exception, ni exclusion aucune».
Concernant la réconciliation nationale, M. Al Serradj a rappelé les rencontres organisées entre les belligérants libyens en vue de surmonter les différends et mettre un terme à l'état de division, saluant le rôle de l'Algérie et des pays voisins de la Libye dans le resserrement des rangs des Libyens. Sur le plan économique, M. Al Serradj a indiqué que "la production du pétrole est passée de 150 000 barils/jour, à notre arrivée à Tripoli en mars 2016, à près d'un million de barils actuellement", précisant que l'avenir économique est tributaire du rétablissement de la paix et de la sécurité en Libye ainsi que du retour des entreprises étrangères, appelant au dégel des avoirs de la Libye, cause d'une perte annuelle estimée à près d'un milliard de dollars.
Par ailleurs, il a tenu à rendre hommage aux Libyens pour leurs efforts de lutte contre l'organisation autoproclamée «Etat Islamique» et la libération de plusieurs zones de sa domination, estimant que «la bataille n'est pas finie», d'où la nécessité «d'unir les rangs de l'institution militaire à travers tout le pays pour l'édification d'une armée nationale libyenne capable de protéger la patrie et éradiquer le terrorisme».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.