L'approche algérienne servira de modèle mondial    Ardjoun décroche sa 2e médaille d'or    MCA-USMA reprogrammé mardi prochain    L'Algérie avec dix représentants en Egypte    Appel à un vote massif    Aucun parti n'est favori    "Les terroristes n'ont aucune autre issue"    Oran mobilise 3 000 policiers    Choix des sites fin novembre ou début décembre    Sur les 10 premiers mois de 2017 : Les exportations ont progressé à 28,67 mds usd    Salon du logement et de la décoration à Oran    Le commerce international a globalement soutenu l'activité et les niveaux de vie moyens    "De grandes misères humaines"    Geat: un fleuron en devenir    Les minoteries broient du noir    Le CNDH défend la position de l'Algérie    «Aucun manquement professionnel»    Coopération Algéro-Française : L'OCDE recommande l'ajustement de l'accord bilatéral de 1968    La France va accueillir les premiers réfugiés    Expulsion de 300 femmes et enfants de terroristes étrangers    L'automobile en force à la prochaine foire de la production nationale    Mugabe démis de son poste de président de son propre parti    La 3008 décroche son 35e titre    La Chery QQ made in Algeria dès 2018 !    « Je sais où va l'argent de l'Anep »    Contrôle des candidatures aux élections : Nous respectons la loi, dit Yacoub    Dans le grand sud : Les opérations de vote commencent    Ounas et Bentaleb dans le Top 25    Bounedjah et Hamroun buteurs    L'EN enchaîne son 3e succès    Une adresse mail est ouverte    Le Sete récidive    Un réseau de trafic de drogue démantelé    Formation professionnelle : Le secteur adopte une stratégie basée sur la recherche permanente    Le Cndpi immortalise l'évènement    Un pizza-show sera ouvert vendredi à Alger    "Carte postale" applaudie par un public nombreux    L'artiste-peintre Choukri Mesli inhumé dans sa ville natale, Tlemcen    Sénégal : Face au changement climatique, des territoires insulaires s'unissent    Ministère de la Communication-HCA : Veiller à ce que la langue arabe soit "indemne d'incorrections"    Oran: une fillette retrouvée morte quelques heures après sa disparition    Ligue 1 Mobilis - Réserves : Le Paradou AC, nouveau leader    Oran : Le monoxyde de carbone, ce tueur silencieux    Festival international Cinéma et migrations : «Zeus» primé à Agadir    USM Alger    Rachid Boudjedra à propos de son pamphlet    Vaste opération d'aménagement sur la RN4: Vers la création d'un nouveau site de détente pour les familles    Le concours fixé au 26 décembre: L'Education recrute des médecins et des psychologues    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un séminaire pour rappeler ce que tout le monde sait
Publié dans La Nouvelle République le 21 - 10 - 2017

Ils étaient tous là, ou presque. Les présidents de la FAF et du COA, le sélectionneur national mais pas celui de la LFP. On remarquera les joueurs, anciens et nouveaux ceux qui ont pétrie la pâte de notre foot et ceux qui tentent de le maintenir en vie.
A l'instar des Rachid Cheradi, Hamid Zouba, Kamel Lemoui ou Abderahmane Mehdaoui...et bien d'autres. Ils étaient tous là pour ne pas dire à l'ombre de l'histoire de notre foot écrite et représentée par ces grandes figures. Au cœur de cet espace de l'hôtel El Aurassi des journalistes micros a la main, quant à eux font la chasse aux joueurs et dirigeants mais encore aux meilleurs scoops qui illustreraient la température de ce qui se trame dans les coulisses, surtout sur cette première réunion que l'Amicale des Anciens Internationaux de footballeur organise en ce 18 octobre 2017.
Dans la salle 06, intervenants se sont succédés avec des arguments détaillés qui auraient pu contribuer à pousser ce professionnalisme du foot vers le haut, mais ce professionnalisme n'existe presque pas si ce n'est sur papier. Fait remarquer la majorité des participants. Yacine Ould Moussa sonne la charge : Quel préalable fallait –il réunir pour réussir cette transition vers une industrie du spectacle appelée professionnel ?, s'est-il interrogé avant d'enchainer avec une autre interrogation «Etait-il possible de lancer le professionnalisme avec quelques clubs compte tenu de la non réunion des préalables...enfin quel mode opératoire fallait-il préconiser ?
Dans sa communication, il rappellera que la réussite passe par des formateurs et des entraineurs de qualité, des infrastructures de qualité disponible, non seulement mais aussi des financements adaptés et transparents, et surtout par une gestion intelligente avec des moyens humains et matériels appropriés qui seront caractérisés par un contrôle pertinent et surtout régulier. Il définira le football professionnel comme une entreprise de spectacle sportif. Il aura raison de rappeler devant une assistance acquise a son intervention, notamment, lorsqu'il disait «un Club de professionnel doit véhiculer du sens des valeurs et un sentiment d'identité nationale».
Notre professionnalisme, conclura–t'il «aurait mieux évolué, s'il avait bénéficié d'un Humus institutionnel et humain présentant plus de vision stratégique, de démarche intégrée, d'évaluation objective des programme, des hommes, de structures et de concertations institutionnelles. Zoubir Ketfi, économiste et expert juridique, préfère quant à lui, rappeler ce qu'est le football professionnel. Pour illustrer son fonctionnement qui n'est nullement établit chez nous, a pris comme exemple l'Allemagne, l'Angleterre ou encore l'Espagne des pays ou il fait bon vivre sous la couverture du foot professionnel, on y goute et on y apprécie.
«Certains clubs européens, comme le Bayern Munich, s'autofinancent grâce à la billetterie, le sponsoring et le naming, qui consiste à céder l'appellation du stade à un bailleur de fonds, comme eux l'ont fait avec Alliance», «L'écart est énorme entre ce qui se passe ailleurs et nous. Qu'est ce qui pourrait nous empêcher de tricoter juste ce qu'il faut pour s'illustrer comme bâtisseur du football professionnel» a indiqué Zoubir Ketfi, avant de citer l'exemple des clubs anglais, qui sont «cotés en Bourse» ou celui de leurs homologues espagnols qui «se basent sur l'apport indéfectible de leurs supporters, des abonnés à l'année et qui sont majoritairement actionnaires du club», a-t-il ajouté.
Les autres experts ont établi une analyse pointue jusqu'à démontrer ce qu'est le football professionnalisme. Et pour marquer ce derapage entre les textes et terrain, on fera référence aux clubs qui sont beaucoup plus des associations sportives à but non lucratif, elles ne génèrent aucun profit. Qui sera preneur de ces clubs lorsque les bailleurs de fonds préfèrent s'éloigner et attendre les beaux jours de notre football. Que produisent-ils ces clubs? si ce n'est des conflits internes, quel retour d'investissement faudra t-il attendre ?
L'invité surprise de cette journée, en l'occurrence Guy Roux ex entraineur de l'AJ Auxerre est intervenu durant près de 60' durant laquelle il a évoqué l'expérience de AJA, et surtout comment un club par sa bonne gestion, sa bonne discipline, et sa transparence peut devenir un club fort à même séduire des entreprises par sa production, parce que le club fait du spectacle à travers son beau spectacle. En conclusion, cette journée aura tout simplement démontré que le professionnalisme dans le foot n'a jamais existé et qu'il va falloir remettre le zéro pour redémarrer. L'AAIF a le mérite d'avoir relancé le débat qui semble ne pas s'arrêter à ce stade. Nous y reviendrons avec plus de détail dans notre prochaine édition.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.