Les bienfaits des pistaches    Saint Etienne : Les regrets de Boudebouz face à Lille    Serie A : Large victoire de Naples face à la Roma    300 médicaments en rupture de stock: Le syndicat des pharmaciens accuse les distributeurs    Décès du Professeur Tarek Bouktir, enseignant-chercheur à l'université Sétif 1    Détresse dans les airs    Aïn El Turck: Des bouchers dénoncent la concurrence des revendeurs de viande de l'abattage clandestin    DROIT DE VIVRE ET DE RESPIRER    110 civils tués dans une attaque terroriste au Nigéria    L'ancien député Tliba jugé en appel    Droits de l'Homme: Alger condamne la résolution du Parlement européen    Talaie El Hourriyet: «La crise économique est antérieure à la crise sanitaire»    Football - Ligue 1: Des promesses et des imperfections    JSK - Youcef Bouzidi nouvel entraîneur: Retour à la case départ !    Education: Grève aujourd'hui dans les écoles    Décès de 4 personnes à l'intérieur d'une voiture à Skikda: La mort causée par asphyxie au dioxyde de carbone    Tebessa: Ils détournaient l'argent d'une personne décédée    Quand la société néglige son autre moitié    Les journaux absents chez les buralistes    L'Algérie remet les pendules à l'heure    L'Intersyndicale monte au créneau    Le nombre reste au-dessus de la barre des 1.000 cas    La France face à ses contradictions    Le Dinar poursuit sa dégringolade    Covid-19: Djerad préside un conseil interministériel consacré à l'évaluation de la situation épidémiologique    Le PA rejette la résolution du PE sur la situation des droits de l'Homme en Algérie    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée marocaine    Sahara occidental : l'ONEC réitère son soutien à la lutte du peuple sahraoui    AADL 2 : plus de 63.000 souscripteurs dans 33 wilayas ont fait le choix du site    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur d'Italie en Algérie    Electricité: l'ouverture du réseau national aux producteurs indépendants du solaire recommandée    L'APN prend part à un workshop régional sur le rôle des Parlements arabes dans la protection des droits des personnes âgées    Le procès en appel d'Ould Abbas et Said Barkat reporté    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès d'Abdelkader Zoukh au 8 décembre    Zelfani limogé    Le Mouloudia aurait pu faire mieux    Un protocole sanitaire pour une reprise universitaire sécurisée    La scène artistique bataille pour survivre au confinement    YouTube, le CNC et Arte s'allient pour promouvoir la culture en ligne    La demande d'appel de Johnny Depp rejetée    Montée de tensions entre Téhéran et Tel-Aviv    Aribi termine meilleur buteur    Malek, un jeune chanteur en "vogue"    LSDA de Sidi Abdellah lourdement impactée : «Un calendrier de paiement est proposé aux abonnés»    Tiaret : 2322 logements attribués    L'APW-Jeunes de Béjaïa : Une expérience unique à l'échelle nationale    LE DECOMPTE DES MORTS    Arènes d'Oran: La rénovation des tribunes en phase d'achèvement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le royaume du pur-sang arabe et du cheval barbe
Publié dans La Nouvelle République le 04 - 03 - 2018

La jumenterie de Tiaret ou Haras national de chaouchaoua, le plus ancien et le plus grand Haras d'Algérie s'est forgé, depuis plusieurs décennies déjà une notoriété internationale dans la production et l'élevage du pur-sang arabe et du cheval barbe.
D'une superficie de 710 hectares, le Haras national de chaouchaoua est composé en effet, de plusieurs travées contenant 250 boxes. Le centre est doté, également d'une infirmerie et un atelier de maréchalerie et de bourrellerie ainsi qu'un parc agricole. Dans cet établissement de chaouchaoua que nous avons eu le plaisir de le visiter est devenu, aujourd'hui un patrimoine national et qui a connu plus d'un siècle les meilleurs chevaux d'Afrique.
Selon les explications du chef de service administration et finances au sein de Haras national de chaouchaoua, M. Mohamed Tafiani, ce centre équin de Chaouchaoua a été fondé en 1877 durant l'époque coloniale française : «Aujourd'hui ce centre joue un rôle majeur dans la préservation et l'élevage du pur-sang arabe et du barbe», a-t-il ajouté, soulignant ainsi que la jumenterie de chaouchaoua dispose d'un cheptel équin estimé à 220 têtes : «Nous avons, au total, 80 juments, 16 étalons et aussi des poulains de 2 ans, de sevrage et des poulains âgés de 4 ans et plus», a-t-il précisé à ce propos.
Par ailleurs, M. Tafiani a fait savoir, également que la jumenterie de Tiaret placé, aujourd'hui sous la tutelle du ministère de l'agriculture et du développement rural et de la pêche, fournit, aussi un cheptel destiné à l'exportation vers certains pays étrangers, notamment : la France, le Brésil, l'Allemagne et le Mali. Il a, tout de même souligné que cette ferme pilote est la plus ancienne et le plus grand haras d'Algérie, précisant ainsi que cet établissement nécessite une rénovation.
Considérée comme notre patrimoine équestre depuis l'indépendance, la jumenterie de Tiaret s'est lancée, également, selon M. Tafiani dans la production des chevaux pour le loisir et pour les courses hippiques. Sur ce point, M. Tafiani a affirmé que cette ferme de chaouchaoua produit le pur-sang arabe destiné pour les courses hippiques, le barbe pour les sauts d'obstacles, les randonnées, la fantaisie et les loisirs, l'arabe barbe et l'anglo-arabe connues pour les courses d'endurance. Il faut signaler également que parmi les résultats enregistrés par les chevaux de cette ferme pilote, les titres de championnat d'Afrique et du Maghreb arabe d'endurance, nonobstant d'autres nationaux en saut d'obstacle et d'endurance.
Chaouchaoua alimente, en effet les centres équestres et les champs de courses. Elle forme, aussi des vétérinaires et des jeunes dans des activités hippiques, maréchal- ferrant.... Elle a pour mission, également, selon notre interlocuteur, la promotion du cheval arabe à l'étranger de part de nombreuses participations aux forums et aux salons internationaux à l'instar du salon du cheval à Vérone en Italie (en 2014) et le salon du cheval à El-Jadida au Maroc.
De même, cette ferme pilote de Chaouchaoua, abrite chaque année le salon national du cheval qui est marqué par un défilé grandiose de cavalerie traditionnelle et de troupes folkloriques qui sillonnent les artères de la ville de Tiaret. Des championnats d'endurances et de sauts d'obstacles ainsi que des jeux de Fantaisie sont toujours programmés à cet événement grandiose, nous explique M. Tafiani.
Il convient de rappeler, aussi que la ferme de chaouchaoua est, également le fournisseur de chevaux offerts aux présidents d'états à l'occasion de leurs visites en Algérie. Le haras de chaouchaoua œuvre, également à réaliser une autosuffisance en fourrage produit au niveau de la ferme. Selon. M. Tafiani, le service de production végétale au sein de la ferme à pour mission de produire une alimentation pour chevaux composée de fourrage, de paille, d'orge et d'avoine : « la ferme produit, ainsi des semences de haut potentiel et de meilleur rendement livrés aux différents organismes agricoles », a-t-il souligné à cet égard.
La préservation du patrimoine génétique du cheval barbe est une priorité absolue
Considérée comme berceau du cheval barbe, la jumenterie de Tiaret continue à produire pour les éleveurs locaux, les loisirs et le sport. Elle constitue, en effet une ferme pilote spécialisée dans l'élevage des races arabes, arabe barbe et barbes. Ces races constituent des témoins de notre histoire et de notre culture. Selon M. Tafiani la reproduction pour la sauvegarde de la race équine et la promotion de la race barbe, en particulier revêtent une grande importance et constituent une des missions du Haras national de chaouchaoua.
Et il n'as pas omis de rappeler que le cheval barbe est l'une des anciennes races. M. Tafiani a tenu a souligner, par ailleurs que cette jumenterie produit jusqu'à 50 têtes par an avec un taux de fertilité avoisinant entre 89 et 90 %. En effet, dans ce royaume du cheval barbe, nous avons senti des moments de fortes sensations, l'harmonie des couleurs et des sens et l'élégance et la pureté des chevaux sortis des box.
Nous nous, sommes, sans doute charmés et étonnées par les qualités des chevaux et leur beauté. Cette virée à Tiaret, nous a permis, aussi de découvrir les alentours de la jumenterie au milieu d'une prairie pour chevreaux et les observer lorsqu'ils broutent l'herbe. Cette occasion nous a permis, également de prendre quelques photos avec ces chevaux en mouvements.
Abordant les qualités et les origines de la race barbe qui est une race chevaline originaire d'Afrique du nord, Ami, Abdelakder, un connaisseur des chevaux de la région de Tiaret, nous a expliqué que le barbe est un cheval très résistant et rustique supporte le froid et la soif, révélant, dans ce sens cette race est prédominante dans la région. Il a, également rappelé que la wilaya de Tiaret est considérée, aujourd'hui un bassin traditionnelle de l'élevage équin : «Il s'agit d'une zone agropastorale, pourvue de grandes superficies agricoles idéales pour cet élevage», a-t-il tenu à préciser. A propos des fêtes du cheval, notre interlocuteur a fait savoir,dans ce contexte qu'il existe des fêtes traditionnelles incontournables à Tiaret organisées par la population locale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.