FFS: Un «changement de système par une approche consensuelle et pacifique»    Appel à la dissolution de l'APN    Mort de Khashoggi: Ryad avoue mais ne dit pas tout    Sahara occidental: Six plaintes contre des groupes français    Révoltant    Ligue 2: L'USMB, l'USMH et le RCK dans de beaux draps    Equipe nationale: Le match amical contre le Qatar fixé au 23 décembre    USM Bel-Abbès: Un point inespéré    Tlemcen: Plus de 2.000 unités de boissons alcoolisées interceptées    Selon un récent bilan de l'OPGI: Près de 60.000 logements sociaux attribués en deux décennies    Non exploités par leurs bénéficiaires depuis plus de 10 ans: Une vingtaine de locaux commerciaux à l'abandon à Oued Tlélat     Destitution du président de l'APN : Le PLD dénonce un «coup de force»    Une exposition entièrement dédiée à l'importation de produits et services : Seules 14 entreprises représenteront l'Algérie à Shanghai    Bomare Company (Stream System) : Des performances à l'export malgré les entraves    Sale temps pour les Al Saoud    Elections législatives en Afghanistan : Sous la menace des talibans    Après 9 mois : Nestlé tient le cap et confirme ses objectifs annuels    Englué par Wall Street : Le pétrole finit au plus bas depuis un mois    Conseil d'Affaires algéro-britannique: L'excellence des relations bilatérales réaffirmée    Bilan des JOJ 2018 : Belle moisson de 5 médailles pour l'Algérie    Coupe de la Confédération 2019: L'USM Bel Abbès dépose son dossier d'engagement au dernier moment    La chimie a toujours raison    L'exclusion de Salima Ghezali du FFS est un déni absolu des règles et valeurs démocratiques    General Electric Algeria Turbines (GEAT) : Un programme de formation unique en Afrique    Tizi-Ouzou : Signature d'une convention entre l'UMMTO et une unité de montage de tracteurs    17 Octobre 1961 à Paris : «Ici, on noie les Algériens»    Palais de la culture Moufdi Zakaria de Kouba : Un hommage à Ouazib Mohand Ameziane    Festival international de théâtre de Béjaïa : Histoire d'un petit boucher indésirable    Siha-DZ", l'application localisant les pharmacies de garde et les hôpitaux    La traduction en temps réel avec Google Assistant    "L'APN ne sera pas dissoute"    Le front social en ébullition    Des cours de mise à niveau pour les élèves "déficients"    5 ans de prison pour le chef de service !    Expulsion de l'ambassadrice vénézuélienne    Les Canaris toujours invincibles    Le journaliste emprisonné, en danger de mort    Banksy révèle comment aurait dû se dérouler la destruction de son oeuvre    Six plaintes déposées par le Front Polisario contre des groupes français    Pluies à Boumerdès: Risques d'inondation dans plusieurs communes    Jamal Khashoggi tué au consulat d'Istanbul: Le crime d'Etat de l'Arabie saoudite    La JS Saoura accrochée par le Paradou AC    Défilé de mode algérien, maghrébin et palestinien    Arrabal, l'Egyptien    Les massacres du 17 Octobre 61 commémorés à El-Biodh    Briser le silence ; libérer la parole    US Biskra : Benaïssa suspendu 6 mois    La vacance de la présidence constatée: Qui sera le nouveau président de l'APN ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maurice Audin revient cette semaine !
Publié dans La Nouvelle République le 22 - 09 - 2018

L'annonce par le président français, Emmanuel Macron, de la reconnaissance de l'Etat français de sa responsabilité dans l'enlèvement et l'assassinat de Maurice Audin relance le débat sur l'histoire de la colonisation, et ouvre une nouvelle ère dans les relations entre la France et son ancienne colonie.
Optimiste, la fille du martyre, Michèle Audin, estime que la reconnaissance officielle de la responsabilité de l'Etat français dans cette affaire est «la fin de l'affaire Audin et le début d'une histoire apaisée». «Il faut aller de l'avant, dit-elle, pour une histoire apaisée sur la guerre d'Algérie», soutenant que «le moment est venu». Cela dit, pour la fille de Maurice Audin, Néanmoins, «il reste beaucoup de choses à faire». Car, tout ce qu'a fait Emmanuel Macron, par son annonce, c'est de combler la distance qui existait entre la vérité, connue déjà depuis 1957, et la version officielle qui évoquait son évasion. Il manque par exemple de savoir comment il a été véritablement assassiné, et par qui. Il manque surtout de connaitre le sort des autres disparus de la guerre d'Algérie, algériens ou français.
Pour Michèle Audin, «ce n'est pas une chose simple, mais il faut le faire", d'autant, a-t-elle rappelé, que le président Macron a ordonné l'ouverture des archives et appelé les personnes détenant des archives à les faire connaître. Macron avait affirmé, sur ce dossier, que la République ne saurait «minimiser ni excuser» les crimes et atrocités commis durant ce conflit, précisant que cette reconnaissance vise notamment à «encourager le travail historique sur tous les disparus de la guerre d'Algérie». Il a indiqué qu'une dérogation générale, dont les contours seront précisés par arrêtés ministériels après identification des sources disponibles, «ouvrira à la libre consultation tous les fonds d'archives de l'Etat qui concernent ce sujet», appelant ceux qui auraient des documents ou des témoignages à livrer à «se tourner vers les archives nationales pour participer à cet effort de vérité historique».
L'Etat français va-t-il jusqu'au bout de cet engagement ? Cela ne réveillera-t-il pas les vieux démons colonialistes en France ? Dans le même registre, l'historien français Alain Ruscio a appelé cette semaine, suite à la reconnaissance officielle de l'assassinat de Maurice Audin, à la continuité du combat pour la vérité sur les dizaines de milliers d'Algériens ayant connu le même sort. «Pour moi, c'est une victoire symbolique. Mais il faut que le combat continue pour les dizaines de milliers d'Algériens qui ont connu le même sort que Maurice Audin», a-t-il dit dans un entretien à l'APS, saluant le combat de Pierre Vidal-Naquet, historien français mort en 2008 qui s'était beaucoup investi dans un travail de vérité sur l'assassinat par l'armée française de Maurice Audin, en juin 1957.
Pierre Vidal-Naquet était un des premiers militants anticolonialistes français à avoir dénoncé l'usage systématique de la torture pendant la guerre de libération nationale. Il a été le premier à avoir fait un travail d'historien sur cette disparition pour défendre la thèse de sa mort sous la torture. Son livre, L'Affaire Audin, édité en 1958, a grandement contribué à la prise de conscience sur la torture. Dénonçant l'attitude des anciens chefs d'Etat français sur cette question, Alain Ruscion estime que ceux-là «ont brillé par leur médiocrité». «Je relève une grande médiocrité de la part de ces présidents à ce sujet», a-t-il dit, encensant au passage Emmanuel Macron qu'il qualifie d'«homme novateur» par rapport à ces prédécesseurs. Mais il avertit qu'il ne faut pas croire qu'il est «dans la catégorie des anticolonialistes».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.