Les journalistes appellent l'Etat à agir    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri bientôt devant la justice    Confirmer la mutation du football africain    L'appel des sept    Une bonne gouvernance et l'Etat de droit    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    Ouverture de Club-des-Pins reportée    Ounas a repris l'entraînement    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    Economie politique du pillage du foncier agricole    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Les travailleurs réclament leurs droits    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Nouvelles d'Oran    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Début des inscriptions le 20 juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En littérature et dans la réalité
Publié dans La Nouvelle République le 12 - 11 - 2018

Il s'agit de deux instincts naturels qui caractérisent deux types d'individus dominants dans les sociétés de tous les temps et ce, depuis l'aube de l'humanité.
Partout dans le monde, depuis la nuit des temps, chez les peuples civilisés ou sauvages, il y a eu des gentils et des méchants hommes ou femmes, à chaque époque ils ont vécu mêlés à tous, mais ils ne sont pas difficiles à reconnaitre par le comportement. Le méchant joue souvent à l'hypocrite en faisant semblant d'être gentil pour être bien servi, avoir ce qu'il désire et il fait naturellement le méchant parce qu'il l'est dans la réalité. Il est donc difficile de dire qui des deux personnages on préfère comme ami ou comme voisin. C'est une question de tempéramentPartout dans le monde, depuis la nuit des temps, chez les peuples civilisés ou sauvages, il y a eu des gentils et des méchants hommes ou femmes, à chaque époque ils ont vécu mêlés à tous, mais ils ne sont pas difficiles à reconnaitre par le comportement. Le méchant joue souvent à l'hypocrite en faisant semblant d'être gentil pour être bien servi, avoir ce qu'il désire et il fait naturellement le méchant parce qu'il l'est dans la réalité. Il est donc difficile de dire qui des deux personnages on préfère comme ami ou comme voisin. C'est une question de tempérament.
Deux thèmes de prédilection dans les œuvres littéraires
Effectivement tous les écrivains qui ont cherché à faire rire le public, ont privilégié ces deux thèmes antonymiques. Ils ont même réinventé les deux personnages pour mieux accentuer leurs traits de caractère et le contraste qui en résulte de manière à provoquer auprès du public les réactions attendues, des scènes de rire et de défoulement bénéfiques à tous. Molière a fait de la vie sociale une source d'inspiration inépuisable pour bâtir ses comédies, c'est du théâtre omni temporel et universel. Il s'est devant un public intéressé, du temps de Molière, à tous les publics des siècles qui ont suivi et dans tous les pays du monde, sous n'importe quel régime politique et religieux.
On a assisté à la pièce théâtrale «Le Misanthrope» qui a procuré un énorme plaisir du temps de Molière et qui continue d'amuser le public du 21ème siècle. Tout le monde d'ailleurs peut constater que les principaux personnages : Le Misanthrope et le Philanthrope sont encore en grand nombre aujourd'hui dans tous les pays du monde incarnant les caractères humains : Le Philanthrope, extrêmement gentil, mais de nature hypocrite parce qu'il se met dans la peau du personnage gentil, très courtois pour inspirer confiance et mieux être servi.
Quant au Misanthrope, il est sincèrement grincheux vis-à-vis de tout le monde, ainsi il est l'ennemi de tous, mais il poursuit un idéal noble, faire en sorte que l'hypocrite cesse de tromper les gens, que le menteur apprenne à dire la vérité, il en veut à toute la société parce qu'elle constituée de gens intéressés, égoïstes, prétentieux, d'esprits malsains. Les fables aussi d'une époque ancienne, certaines remontent aux auteurs Ibn El Mouqafaa du Moyen Orient, Esope de la Grèce antique et à l'Indou Bidpâi, plus ancien encore. Tous se sont intéressés aux caractères sociaux en les faisant incarner par les animaux. Et La fontaine de la période classique, auteur de recueil d'un grand nombre de fables, écrites toutes en vers, et incontestablement encore aussi belles aujourd'hui.
Le gentil et le méchant, en société
Mais dans la réalité, il y a des extrêmes ou extrémistes dans chacun des deux types de caractère ; il y a des gentils, mais rigides sur les principes et des gentils dont la gentillesse frôle l'extrême naïveté, il en est de même des méchants qui vont de ceux qui sont raisonnables et ceux qui ne pardonnent rien et ne cèdent à rien, ils sont intransigeants. Prenons comme exemple courant, une belle mère cohabitant avec sa belle fille, elles sont généralement en situation conflictuelle et ce, depuis la nuit des temps. La méchante est souvent la belle mère, elle agit généralement par jalousie parce qu'elle ne peut supporter que son fils qu'elle a mis au monde, élevé parfois dans les pires difficultés, tomber entre les mains d'une jeune femme étrangère à la famille, surtout si elle voit que le couple vit en parfaite harmonie et que la belle fille est d'une gentillesse extrême.
Pourtant, c'est souvent la belle mère qui est à l'origine de l'union par le mariage de son fils avec cette femme, quelquefois elle a insisté pour qu'il l'épouse. Mais, au bout d'un an, on retrouve cette vieille rongée par la jalousie et au lieu de laisser le couple faire sa vie, elle cherche des ennuis à sa belle fille en l'accusant de trop s'attacher à son fils au point de se détacher de sa mère, elle lui reproche aussi de trop délaisser le ménage et depuis c'est le conflit. La belle fille, au contraire, elle ne répond pas à la provocation et supplie son mari pour éviter qu'il prenne position et que la méchanceté aille crescendo. Le nouveau couple a fini par triompher, au lieu d'écouter, le mari a pris les choses du bon côté et la belle fille a répondu par la gentillesse, considérant que rien ne justifie la colère de la belle mère qui ne cherche en fait que le divorce du couple, et connaissant bien la belle mère qui, d'après les informations recueillies, s'est disputé avec ses belles sœurs, elles sont arrivées à s'arracher les cheveux.
C'est une vieille qui a toujours eu la méchanceté à fleur de peau et pour peu qu'on lui réplique, elle s'emporte. Des témoignages poignants rapportés nous rapportent des histoires à dormir debout de belles filles méchantes face à des belles trop gentilles pour se disputer, des voisins de champs qui se battent pour une bagatelle, une branche d'olivier dépassant les limites d'un champ et objet entre les voisins sur l'appartenance des olives tombant de cette branche. Ailleurs, on nous raconte une scène insolite de deux vieux, parfaitement bien portants dont l'un incarne la gentillesse recevant des coups de manche de hachette donnés par l'autre, méchant et qui ne pardonne rien. Et on peut raconter des scènes de la vie sociale à l'infini.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.