La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Duel au soleil des Pharaons    Concentration maximale chez les Verts    Les Verts se remettent au travail    Mesures légales pour relancer la production    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Juventus: De Ligt explique son choix    Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Des noms et des questions    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    Collectif d'avocats : «Les quatre enfants du général Hamel sont libérés, les détenus d'opinion encore sous mandat de dépôt»    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Des personnalités conduiront le processus    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    Le Forum civil pour le changement dévoile ses treize personnalités    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le cancer fait des ravages
Publié dans La Nouvelle République le 06 - 02 - 2019

Entre 50 000 et 60 000 déclenchements de nouveaux cas de cancer seront enregistrés en Algérie.
Le cancer est la maladie affectant la santé de beaucoup de citoyens tous âges confondus et des deux sexes ; ce fléau sera la principale préoccupation des responsables de la Santé publique en raison de son ascension qui est estimée à 50 000 nouveaux cancéreux par an à l'horizon 2025, d'après les affirmations du professeur Kamel Bouzid, chef de service d'oncologie du Centre Pierre et Marie Curie d'Alger, et président de la Société algérienne d'oncologie, consécutivement au briefing qu'il a donné à Skikda, qui fait ressortir qu'une hausse continue est consignée dans les CPMC qui, pour l'heure actuelle, comptent 300 000 malades.
Cette maladie presque complètement inconnue par les Algériens au lendemain de l'indépendance, a prit des proportions telles que c'est devenue une véritable calamité publique, à tel point qu'elle mériterait que des études soient lancées pour cerner les causes.
Pour le professeur Bouzid, «la cause de l'accroissement des tumeurs cancéreuses, et son amplification d'année en année, est due au changement des modes d'alimentation, comme le confirme le taux très élevé du cancer du côlon, ainsi du rectum, excroissances se classant en deuxième position, après le cancer du poumon et le cancer du sein spécifique chez les femmes». Si les causes du développement du cancer sont répertoriés dans leurs généralités par les chercheurs, il n'est absolument pas aisé par les chercheurs de cibler les vrais responsables de la propagation des pesticides dangereux qui peuvent directement ou indirectement être responsables de cette maladie difficilement curable, au cas où elle est détectée et traitée précocement.
Le glyphosate, un pesticide avéré cancérigène est présent dans pratiquement tous les produits agricoles traités par ce désherbant, selon des études sérieuses faites par des sommités scientifiques ; et pourtant ce poison peut être omniprésent dans l'air, à proximité des plantations agricoles. Selon la revue «La Vie» un article «Au-delà du glyphosate, les dangers cumulatifs des sols» publié en septembre 2018 de Mahaut Herrmann nous alerte sur les risques qu'encourt la santé humaine en écrivant qu'il ne faut point se concentrer sur le glyphosate, au point «de perdre de vue les effets cumulatifs de l'agriculture intensive, dont les pesticides ne représentent qu'une partie».
«Il faut absolument dépasser cette focalisation sur le seul glyphosate, estime Vincent Bretagnolle. Ils sont les marqueurs emblématiques d'un modèle agricole qui doit être revu de fond en comble pour aller vers l'agroécologie. Dans ce nouveau modèle, le recours aux pesticides de synthèse, et aux engrais doit être immensément diminué, et le glyphosate n'a pas sa place.»
Toujours est-il qu'il faut dépasser les intérêts économiques qui ne profitent qu'aux lobbys de l'industrie agrochimique, pour diminuer drastiquement les produits qui font partie de notre vie quotidienne, et qui sont le fondement des décollages du cancer.
Le cancer coûte à l'Etat en médicaments, en chimiothérapie, et en interventions chirurgicales 5 millions de dinars.
Précisons que l'Algérie est le seul pays qui assure la gratuité du traitement des patients atteints de cancer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.