Dans un message à l'occasion du 19 mars.. Bouteflika maintient le cap    Gaid Salah : «A chaque problème existe une solution, voire plusieurs»    Invitant la classe politique à faire des concessions.. Ouyahia se range du côté du peuple !    Prévue avril prochain.. La réunion de l'Opep pourrait être annulée    Chlef.. L'abattage clandestin de volailles prend de l'ampleur    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Action sociale pendant le ramadhan à Sidi Bel-Abbés.. Plus de 31 milliards de centimes dégagés    Djelfa et Khenchela.. Contrebande de boissons alcoolisées    Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Abderrahmane Mebtoul appelle à privilégier les intérêts supérieurs de l'Algérie    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Canada Et si la corruption au Québec était la face cachée de la crise que traverse Trudeau ?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le cancer fait des ravages
Publié dans La Nouvelle République le 06 - 02 - 2019

Entre 50 000 et 60 000 déclenchements de nouveaux cas de cancer seront enregistrés en Algérie.
Le cancer est la maladie affectant la santé de beaucoup de citoyens tous âges confondus et des deux sexes ; ce fléau sera la principale préoccupation des responsables de la Santé publique en raison de son ascension qui est estimée à 50 000 nouveaux cancéreux par an à l'horizon 2025, d'après les affirmations du professeur Kamel Bouzid, chef de service d'oncologie du Centre Pierre et Marie Curie d'Alger, et président de la Société algérienne d'oncologie, consécutivement au briefing qu'il a donné à Skikda, qui fait ressortir qu'une hausse continue est consignée dans les CPMC qui, pour l'heure actuelle, comptent 300 000 malades.
Cette maladie presque complètement inconnue par les Algériens au lendemain de l'indépendance, a prit des proportions telles que c'est devenue une véritable calamité publique, à tel point qu'elle mériterait que des études soient lancées pour cerner les causes.
Pour le professeur Bouzid, «la cause de l'accroissement des tumeurs cancéreuses, et son amplification d'année en année, est due au changement des modes d'alimentation, comme le confirme le taux très élevé du cancer du côlon, ainsi du rectum, excroissances se classant en deuxième position, après le cancer du poumon et le cancer du sein spécifique chez les femmes». Si les causes du développement du cancer sont répertoriés dans leurs généralités par les chercheurs, il n'est absolument pas aisé par les chercheurs de cibler les vrais responsables de la propagation des pesticides dangereux qui peuvent directement ou indirectement être responsables de cette maladie difficilement curable, au cas où elle est détectée et traitée précocement.
Le glyphosate, un pesticide avéré cancérigène est présent dans pratiquement tous les produits agricoles traités par ce désherbant, selon des études sérieuses faites par des sommités scientifiques ; et pourtant ce poison peut être omniprésent dans l'air, à proximité des plantations agricoles. Selon la revue «La Vie» un article «Au-delà du glyphosate, les dangers cumulatifs des sols» publié en septembre 2018 de Mahaut Herrmann nous alerte sur les risques qu'encourt la santé humaine en écrivant qu'il ne faut point se concentrer sur le glyphosate, au point «de perdre de vue les effets cumulatifs de l'agriculture intensive, dont les pesticides ne représentent qu'une partie».
«Il faut absolument dépasser cette focalisation sur le seul glyphosate, estime Vincent Bretagnolle. Ils sont les marqueurs emblématiques d'un modèle agricole qui doit être revu de fond en comble pour aller vers l'agroécologie. Dans ce nouveau modèle, le recours aux pesticides de synthèse, et aux engrais doit être immensément diminué, et le glyphosate n'a pas sa place.»
Toujours est-il qu'il faut dépasser les intérêts économiques qui ne profitent qu'aux lobbys de l'industrie agrochimique, pour diminuer drastiquement les produits qui font partie de notre vie quotidienne, et qui sont le fondement des décollages du cancer.
Le cancer coûte à l'Etat en médicaments, en chimiothérapie, et en interventions chirurgicales 5 millions de dinars.
Précisons que l'Algérie est le seul pays qui assure la gratuité du traitement des patients atteints de cancer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.