La fierté du Hirak!    Sidi Saïd sévit contre ses adversaires    Le professeur Chems Eddine Chitour : "Le spectre de l'année blanche universitaire peut encore être écarté"    Chacha TV pourra-t-il concurrencer Netflix en Algérie?    Après les voitures moins de 3 ans, les crédits sans intérêts    Le peuple algérien se classe premier de l'Afrique    Mohammed VI désavoue    Le drapeau palestinien flotte sur l'Eurovision    Le dernier coup de maître de Ribéry    Kanté à nouveau dans le viseur du PSG?    L'ES Tadjenanet dernier qualifié pour les demis    Importations Opérations de contrôle drastique durant le premier trimestre    La semaine de Dame justice    19 mai 1956-2019 : Les étudiants toujours à l'avant-garde    La nouvelle scène de la chanson chaâbie au rendez-vous    Almodovar ne tourne pas rond, tant mieux!    Un quartier "chic" sans eau    Wilaya d'Alger : La dernière opération de relogement à la Casbah "entachée de plusieurs dépassements"    G5 Sahel : Washington s'oppose à la proposition de conférer un mandat onusien    Sit-in pour exiger la libération de Louisa Hanoune    Les scorpions redoublent de férocité    Il y a 38 ans, les lycéens manifestaient    Actions et rendements baissent : L'actualité commerciale domine les bourses    Japon : Probable contraction de l'économie au premier trimestre    Gaïd Salah reprend les inspections    Coupe d'Angleterre: Troisième trophée domestique pour Mahrez et Manchester City    Championnat d'Angleterre de Rugby : Northampton miraculeusement en demi-finales    Sahara Occidental-Maroc : Une loi instrumentalisée contre la liberté de la presse    En 11 ans : Nissan s'attend à son plus mauvais résultat    Des législatives sur fond d'enjeu climatique    Saisie de 16,5 quintaux de kif traité,    La force tranquille du Hirak    La classe politique et les personnalités nationales réagissent    Frifer se rapproche du CS Sfax    L'Algérie 8e en garçons et 13e en filles aux Mondiaux d'athlétisme    El Bahia prépare la saison estivale    «Apprenons à gagner et à perdre en toute sportivité»    Concert en hommage à la diva Fayrouz    Rabah Asma : "J'adore faire la fête dans mon pays !"    Témoin de plusieurs siècles d'histoire    Nouvelle attaque de Daech en Libye    Rassemblement pour la libération de Louisa Hanoune    Le RCD dénonce une «chasse aux sorcières»    Ali-Yahia, Taleb Ibrahimi et Benyelles appellent l'armée à dialoguer    Le FFS rejette le scrutin du 4 juillet    Nomination de 4 nouveaux cadres    Flan de poulet    Détournement de 32,3 milliards de centimes et 100 000 euros au CPA de Bouira : Trois cadres du CPA placés sous mandat de dépôt    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Droit d'accès à l'information
Publié dans La Nouvelle République le 20 - 02 - 2019

Depuis que l'annonce a été faite par le directeur général des affaires juridiques Mokhtar Lakhdari, au tout début du mois de mars 2017 face à un parterre de journalistes, le projet de loi consacrant le droit à l'information, conformément à la Constitution, se fait toujours languir, principalement par les professionnels de la presse, qui sont tenus de vérifier la véracité des sources de renseignements contenues dans les documents officiels principalement des administrations, et autres institutions qui ne seraient pas protégées par le secret d'Etat.
La mise à disposition aux journalistes-investigateurs des documents et des statistiques, permet pour le moins de garantir la transparence, en limitant ostensiblement les transgressions des lois de la République, tout en évitant les éventuelles interventions de tiers, susceptibles d'étouffer des affaires, garantissant ainsi aux contrevenants l'impunité, et les récidives. Le droit d'accès à l'information est devenu un épineux problème. Cependant, ce droit demeure vital en démocratie pour informer les autorités, ainsi que la société civile sur tout ce qui a trait à la gestion des affaires, et de la finance publique. Seule une information crédible et entrecoupée librement accessible grâce à des mécanismes juridiques permettrait aux citoyens de s'informer sur la réalité de certaines suspicions qui ne toucheraient pas, évidemment, la vie privée des mis en cause.
Ce droit d'accès aux informations dont le projet de loi devait être finalisé en 2017, époque de son annonce, par le cadre supérieur du ministère de la Justice, s'est égaré dans les méandres des lourdeurs bureaucratiques, ne subsiste donc, que le vieux code de l'information de 1990, qui reconnaît aux journalistes «le principe» du droit à l'information, mais ne dit mot sur les sollicitations des professionnels, et des citoyens qui chercheraient à accomplir convenablement leurs examens, sur des sujets précis sujets à des rétorsions pour une raison ou une autre, dont spécialement pour les administrations l'exhibition du secret professionnel.
Le droit à l'information, s'il est garanti par la Constitution, n'a pas de couvertures juridiques pour l'instant protégeant les journalistes, les historiens ou autres chercheurs ou, le cas échéant, les simples citoyens lanceurs d'alerte qui voudraient participer à la lutte contre la corruption, autrement pour dénoncer les détournements de fonds publics, le blanchiment d'argent, l'évasion fiscale avec l'ensemble des fléaux sociaux qui ont pour supposés coupables les cols blancs.
La question sur l'empêchement des autorités politiques à légiférer sur cette question du droit à l'information, ne reconnaissant que superficiellement ce droit, figurant dans le code de l'information, a besoin dans un souci de respect de la Constitution d'être réactualisé pour le plus grand bien des avancées démocratiques en Algérie, à l'instar de la Tunisie et du Maroc, et des grandes démocraties de ce monde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.