Agence des produits pharmaceutiques: Le SNAPO en appelle à Tebboune    80 logements LPA de Bir El Djir: Les souscripteurs s'impatientent, le promoteur s'explique    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    A partir de samedi prochain: 161 mosquées concernées par la réouverture    L'heure est aux expertises: La population de Mila encore sous le choc    A partir d'aujourd'hui: Confinement allégé et interdiction de circulation entre wilayas levée    LES BAGNES INEDITS    La royauté et l'immunité    L'algérianite ou le rêve éveillé de Mustapha    538 ` nouveaux cas confirmés et 8 autres décès    Le stockage des produits dangereux est interdit depuis 45 ans    Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen    La réunion périodique présidée par Tebboune    "J'ai toujours été un fan de la JSK"    La fille des Aurès    Séisme à Mila: urger la réparation des pannes des réseaux AEP    Dispositif sur l'ouverture graduelle des plages et des lieux de détente à partir de samedi    L'infrangible lien...    Après le choc, la colère !    Les souscripteurs s'approprient les lieux    Arrêt de la saison 2019-2020: la JSK conteste la décision de la FAF    Mila: le barrage de Béni Haroun est équipé d'installations parasismiques    Accidents de la route: 6 morts et 371 blessés en 48 heures    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    583 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    27 migrants morts    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Zakaria Draoui fait son come-back    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Les mains de l'intérieur !    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Amar Chouaki, nouveau directeur général    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Droit d'accès à l'information
Publié dans La Nouvelle République le 20 - 02 - 2019

Depuis que l'annonce a été faite par le directeur général des affaires juridiques Mokhtar Lakhdari, au tout début du mois de mars 2017 face à un parterre de journalistes, le projet de loi consacrant le droit à l'information, conformément à la Constitution, se fait toujours languir, principalement par les professionnels de la presse, qui sont tenus de vérifier la véracité des sources de renseignements contenues dans les documents officiels principalement des administrations, et autres institutions qui ne seraient pas protégées par le secret d'Etat.
La mise à disposition aux journalistes-investigateurs des documents et des statistiques, permet pour le moins de garantir la transparence, en limitant ostensiblement les transgressions des lois de la République, tout en évitant les éventuelles interventions de tiers, susceptibles d'étouffer des affaires, garantissant ainsi aux contrevenants l'impunité, et les récidives. Le droit d'accès à l'information est devenu un épineux problème. Cependant, ce droit demeure vital en démocratie pour informer les autorités, ainsi que la société civile sur tout ce qui a trait à la gestion des affaires, et de la finance publique. Seule une information crédible et entrecoupée librement accessible grâce à des mécanismes juridiques permettrait aux citoyens de s'informer sur la réalité de certaines suspicions qui ne toucheraient pas, évidemment, la vie privée des mis en cause.
Ce droit d'accès aux informations dont le projet de loi devait être finalisé en 2017, époque de son annonce, par le cadre supérieur du ministère de la Justice, s'est égaré dans les méandres des lourdeurs bureaucratiques, ne subsiste donc, que le vieux code de l'information de 1990, qui reconnaît aux journalistes «le principe» du droit à l'information, mais ne dit mot sur les sollicitations des professionnels, et des citoyens qui chercheraient à accomplir convenablement leurs examens, sur des sujets précis sujets à des rétorsions pour une raison ou une autre, dont spécialement pour les administrations l'exhibition du secret professionnel.
Le droit à l'information, s'il est garanti par la Constitution, n'a pas de couvertures juridiques pour l'instant protégeant les journalistes, les historiens ou autres chercheurs ou, le cas échéant, les simples citoyens lanceurs d'alerte qui voudraient participer à la lutte contre la corruption, autrement pour dénoncer les détournements de fonds publics, le blanchiment d'argent, l'évasion fiscale avec l'ensemble des fléaux sociaux qui ont pour supposés coupables les cols blancs.
La question sur l'empêchement des autorités politiques à légiférer sur cette question du droit à l'information, ne reconnaissant que superficiellement ce droit, figurant dans le code de l'information, a besoin dans un souci de respect de la Constitution d'être réactualisé pour le plus grand bien des avancées démocratiques en Algérie, à l'instar de la Tunisie et du Maroc, et des grandes démocraties de ce monde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.