Déclarations fracassantes des responsables du RND.. Retournement de veste ou prise de conscience ?    Contestation populaire du système politique.. Le FLN et le RND se fissurent    Point de croisement de toutes les initiatives pour une sortie de crise.. Tous les chemins mènent à la Constituante    Protection du consommateur.. Un jumelage algéro-britannique réussi    Baisse de la facture d'importation des collections CKD.. Quel impact sur les prix ?    A cause de la situation en Algérie.. ExxonMobil annule un contrat avec Sonatrach    Eliminatoires de la CAN 2019 : Algérie-Gambie demain à 20h45.. Les Verts pour la confirmation    Bouira.. 59 cas d'hépatite A enregistrés depuis janvier    Bordj Bou Arreridj.. Remise des clés à 812 bénéficiaires de logements    OPGI de Sidi Bel-Abbès.. 1.220 logements LSL et LPA à distribuer    1e journées du court-métrage de Ain Kebira.. «Kayen Ouela Ma Kanech» remporte le 1er prix    LES SOUSCRIPTEURS DU LPA MONTENT AU CRENEAU : Un sit-in observé devant le siège de la wilaya    600 milliards de dollars : Mellah accuse Ouyahia    FCE : Haddad convoque un Conseil exécutif pour fin mars    Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500 000 dollars d'amende    Fabian Ruiz quitte la sélection d'Espagne    Démission du président Nazarbaiev après près de 30 ans de pouvoir    Washington accuse la Russie et la Chine de menacer la paix dans l'espace    Les médecins marchent contre la prolongation du 4e mandat    Filets de poulet à la chapelure    Deux matchs à huis clos pour l'AS Aïn M'lila    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    La déveine de Lakhdar Brahimi    Comment a-t-on pu ruiner ce pays ?    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    Crise syrienne : Les dernières heures de Daech ?    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9»: Suspension des vols dans l'espace aérien algérien    Selon Ali Benflis: La lettre de Bouteflika «va au-delà des limites de la provocation et du défi»    Tébessa: Les devises flambent !    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    La Russie hostile à toute ingérence extérieure    Des matches risquent de toucher le fond    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Livraison de 252 camions au MDN    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    Le choix du destin de l'Algérie    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ce qui s'est réellement passé devant l'APC
Publié dans La Nouvelle République le 21 - 02 - 2019

L'affaire de l'APC de Khenchela continue à faire couler beaucoup d'encre. Après l'attroupement des centaines de citoyens devant le siège de l'APC, le premier chef de l'exécutif (wali) a décidé de suspendre le maire de la ville de ses fonctions. Dans l'attente de la tenue de l'Assemblée générale pour élire un nouveau président d'APC, c'est un vice-président qui a été désigné provisoirement pour gérer les affaires courantes de l'APC.
En effet, tout à commencé par un attroupement des centaines de citoyens devant le siège de la mairie de Khenchela. La foule excitée n'a a pas commis de violence ou de dégradation mais a scandé des regrettables slogans à l'encontre du Chef de l'Etat. Profitant de ces moments de désordre, des individus se sont permis d'arracher le portrait du président de la République et de le piétiner. Cet état de fait n'a pas été du goût de la majorité des citoyens avec qui nous avons abordés ce sujet. Nos interlocuteurs ont indiqué que M. Abdelaziz Bouteflika est le Président de l'ensemble des Algériens que ce soit de la majorité, de l'opposition ou des citoyens neutres.
«Nous avons été écœurés par ces graves images portant atteinte à notre Président, à l'ensemble des Algériens et au pays», nous a déclaré un représentant de la société civile. Ce dernier a indiqué que les citoyens sont libres de choisir le parti politique qu'ils veulent ou de voter pour le candidat qu'ils désirent tout en respectant leurs adversaires. «Ce n'est pas parce vous ne partagez par la politique de X ou Y que vous avez le droit de l'injurier ou de lui porter atteinte», a fait savoir notre interlocuteur. Les dirigeants des autres organisations non-gouvernementale étaient presque du même avis indiquant qu'ils avaient été choqués par les injures lancées à l'encontre du Chef de l'Etat et surtout de piétinement de son portrait. «Par ces actions malsaines, ils ont porté atteinte à la République et aux peuples», a indiqué un fils de chahid.
Ce dernier nous a brandi une photo montrant le portrait du Président de la République piétiné, indiquant, je cite : «Je vous jure que c'est une honte, les Khenchelis sont plus grands que cela». Un ancien moudjahid avec qui nous nous sommes entretenus a fustigé les auteurs de ce geste portant atteinte au président de la République. Ecoutons aami Tahar : «J'ai pleuré lorsque j'ai vu de telles images sur les réseaux sociaux. Est-ce que c'est comme ça de remercier nos «moudjahidine et ceux qui se sont sacrifiés pour ce pays ?» Visiblement en colère, l'ancien moudjahid a poussé un grand soupir pour ajouter ce qui suit: «La question que je pose aujourd'hui est la suivante : Est-ce que ces individus qui avaient piétiné le portrait de Abdelaziz Bouteflika sont plus Algériens ou plus nationalistes que feu Houari Boumediene ? M. Abdelaziz Bouteflika était pendant de longues années, le bras droit de feu Houari Boumediene.
Il lui a fait entièrement confiance en lui octroyant un portefeuille de souveraineté à savoir les Affaires étrangères. S'il a fait cela, Houari Boumediene connaissait très bien la véritable valeur de l'homme (Bouteflika) et son poids sur la scène internationale.» Plusieurs représentants de mouvements ont également dénoncé les atteintes portées à la personnalité du Chef de l'Etat et le piétinement de son portrait. Revenons au vif du sujet pour dire que certains militants de partis politiques ont indiqué que la décision de suspension du président de l'APC n'est pas légale. «Nous sommes dans un pays de droit. Un élu ne pourrait en aucun cas être relevé ou démis de ses fonctions comme un simple fonctionnaire», ont-ils fait savoir.
De son côté, le président de l'APC aurait déclaré qu'il a été victime d'une machination. Selon des sources concordantes, le maire aurait fait savoir qu'il n'a jamais versé dans la provocation ou autre. La page Facebook du président de l'APC aurait été piraté, nous a indiqué un proche. Cet état de fait nous a été confirmé par une de ses collaboratrices qui n'a pas pu retenir ses larmes et éclaté en sanglot. «C'est inadmissible ce qui s'est passé, M. Hachouf était le père et le frère de l'ensemble des citoyens», a-t-elle fait savoir. Comme d'habitude, malgré nos efforts, nous n'avons pas réussi à prendre attache avec le wali de Khenchela ou de son chef du Cabinet. «Ils sont en réunion, ne sont pas dans leurs bureaux ou ils se trouvent à l'extérieur du siège de la wilaya», nous a-t-il été à chaque fois répondu. Nous y reviendrons.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.