Real Madrid: le constat sans appel de Casemiro    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    Marche populaire et grève générale hier à Seddouk    "Le retour à la planche à billets sera inévitable"    L'université se lance dans la lutte contre la corruption    Bilan des indemnisations des incendies des récoltes et des dégats causés par les intempéries    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    Redéploiement industriel de Gruau    Le risque d'un Brexit sans accord reste "très réel"    Sanchez demande aux électeurs "une majorité confortable"    Tliba met au défi ses collègues à l'APN    Moussa Benhamadi placé sous mandat de dépôt    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    Un tour puis s'en va pour le CSC    Le logo et la mascotte de la 19e édition dévoilés    La JSK pas encore sûre de recevoir à Tizi Ouzou    L'affaire Chenihi resurgit    Man City : Mahrez en Ligue des Champions, c'est du costaud !    Trois morts et cinq disparus parmi les harragas    Saisie de 16 128 comprimés de psychotropes au poste-frontière de Heddada    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    Dieu dans l'imaginaire de l'islam politique    Confessions de Tayeb Abdelli    L'Algérie parmi les quatre derniers    Alger fermée aux manifestants    Algérie : Le pacte de souveraineté    Mohamed Charfi se veut rassurant quant à la «sincérité» du scrutin    LA BEA appelée à la rescousse    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Menace écologique sur le barrage de Taksebt    Incendies de forêt… acte prémédité ou phénomène saisonnier ? Démêler le vrai du faux    Béchar: Il perd la vie après avoir sauvé ses deux enfants de la noyade    Skikda: 10 ans de prison pour trafic de psychotropes    Alger: Rassemblement de solidarité avec les détenus    Inondations: La protection civile sensibilise    17e édition du Festival national d'astronomie populaire: «Sous un seul ciel» du 3 au 5 octobre    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Bourses: Les places mondiales prudentes en attendant la Fed    "Hélicoptère Draghi": La BCE ressort la sulfateuse à liquidités    LG: Technologie 8K au service des téléviseurs OLED & NANOCELL    Une nouvelle amnistie générale décretée    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le tour des enseignants avec leurs élèves
Publié dans La Nouvelle République le 14 - 03 - 2019

Hier, c'était au tour des enseignants et des élèves, des trois paliers de l'éducation nationale, de sortir dans les rues d'Alger pour se retrouver par dizaines dans un sit-in à la Grande-Poste et soulever leurs revendications socio-professionnelles, appelant à «des réformes profondes, au changement du système éducatif et à l'amélioration du niveau scolaire», mêlées à des slogans plus politiques.
Ils ont organisé cette manifestation dans le sillage de l'appel à la grève lancé par le Collectif des syndicats autonomes du secteur de l'Education nationale qui a connu, selon l'APS, un suivi mitigé à travers les différents établissements éducatifs d'Alger. Les échéances des examens de fin de cycles primaire et moyen et surtout le bac, commencent à pointer à l'horizon et cela explique certainement la prudence des élèves et de leurs parents, ainsi que des enseignants, eux-mêmes, qui veulent éviter de compromettre la préparation de ces examens. Le Collectif des syndicats autonomes du secteur de l'Education nationale est constitué de l'Union nationale du personnel de l'éducation et de la formation (Unpef), du Syndicat autonome des travailleurs de l'éducation et de la formation (Satef), du Syndicat national autonome des professeurs de l'enseignement secondaire et technique (Snapest), du Syndicat national des travailleurs de l'éducation (Snte), du Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l'Education (Cnapeste) et du Conseil des lycées d'Algérie (Cla).
Comme les autres jours, la manifestation des enseignants s'est déroulée dans le calme. Le dispositif de police n'a pas eu à intervenir. Il a été installé pour veiller au maintien de l'ordre public et protéger les personnes et les biens contre d'éventuels actes de vandalisme que commettraient des délinquants qui ont pris l'habitude d'infiltrer les rangs des manifestants pacifiques pour commettre des vols, surtout contre les femmes. En fait, cette grève était annoncée de longue date, mais elle est tombée, hier, en pleine effervescence créée par les manifestations qui se déroulent dans plusieurs villes depuis vendredi 22 février, les enseignants grévistes en ont visiblement profité pour s'inscrire dans ce mouvement. Les enseignants et élèves ont repris les mots d'ordre des manifestants anti 5ème mandat, à côté de slogans hostiles à la ministre de l'Education nationale, Nouria Benghabrit.
Des marches d'enseignants se sont déroulées également dans d'autres villes du pays, comme à Bouira, Constantine et Oran, avec les mêmes mots d'ordre. En même temps que les médecins, les enseignants ont donc emboîté le pas aux avocats et aux étudiants qui ont réagi aux décisions contenues dans le dernier message du Président Bouteflika. Malheureusement, hier encore, des observateurs ont noté que des écoliers non accompagnés étaient dans la rue en compagnie des enseignants qui manifestaient. Il est évident que certains de ceux qui dénoncent le système et réclament son changement sont tentés par l'instrumentalisation de l'école dans les luttes politiques et idéologiques. La directrice centrale de l'évaluation et de la prospective au ministère de l'Education nationale, Samia Mezaib, rappelait, il y a quelques jours, qu'il s'agit d'une «responsabilité morale qui incombe à tous, pas uniquement aux chefs des établissements scolaires, mais à toute la société et la famille».
Elle s'exprimait sur la sortie dimanche des élèves des cycles moyen et secondaire dans la rue pour manifester dans le sillage des marches populaires, Mme Mezaib a qualifié cela de «dangereux car ces élèves sont mineurs et doivent être encadrés». La ministre de l'Education nationale, Nouria Benghabrit, également avait attiré l'attention sur ce fait, sur sa page Facebook : «Nous avons tous le devoir moral, l'obligation et la responsabilité de protéger notre école, donc de protéger nos élèves et de protéger nos enfants» a écrit la ministre, soulignant que «c'est parce que l'école est gratuite et obligatoire, qu'elle demeure ‘'l'école du peuple''». Elle a lancé un appel aux «parents, enseignants, élèves et à tout l'encadrement» de prôner «un seul mot d'ordre, à savoir mettre l'école algérienne au-dessus de toute considération». Elle estimait que les élèves doivent être à l'intérieur des écoles et non dans la rue insistant sur cette «situation confuse d'où l'obligation de faire montre de vigilance et de protéger l'école».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.