Les élus de Béjaïa répondent au porte-parole du gouvernement : «C'est vous qui êtes illégitimes»    Constantine : L'autre visage du mouvement populaire    Vox populi ou le génie du peuple algérien    Un sit-in de soutien au procureur général de la cour de Ghardaïa    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Les pongistes Azzala et Belache retenus dans l'équipe africaine    En bref…    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    A Illizi : Bordj Omar Driss est en marche    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    Belkacem Boukherouf. Enseignant-chercheur à l'université de Tizi Ouzou, militant des droits de l'homme : Le combat identitaire est le marqueur démocratique en Algérie    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Soudan, une troisième révolution ?    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Pourquoi la conduite de la transition par les 3B aboutira à une impasse    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    Les précisions du gouvernement    L'ANP veille "sans répit"    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Depuis nos plus lointains ancêtres à nos jours
Publié dans La Nouvelle République le 24 - 03 - 2019

Depuis, les origines, les toponymes ont été adoptés soit de manière fortuite, par référence à un événement marquant ou à un illustre personnage, soit our des raisons de configuration des lieux ou des circonstances particulières.
Il n'y a pas de plaine, de place publique, de jardin, ville qui ne portent pas de nom propre indicateur d'une situation géographique, d'une origine sociale ou historique, d'environnement particulier. Il existe chez nous des noms porteurs de références qui remontent à des millénaires d'histoire. C'est le cas de «Tenès» créée et appelée ainsi par les Phéniciens, d'Oran qui, en langue amazighe, signifie «lion». A Mazouna «Tizi Bouadou», est un endroit appelé ainsi pour dire : col du vent en tamazight, c'est comme Tamentfoust. Mais les habitants continuent de l'appeler « Lapeyrouse». Mais si on a réussi à expliquer un grand nombre de toponymes anciens, on n'arrive pas à compendre pourquoi on continue d'appeler Hydra, pourtant d'origine grecque comme Corso, d'origine espagnole. C'est le cas d'Agouni qui revient dans un grand nombre de toponymes comme préfixe qui vient du grec signifiant lieu d'échange.
Les toponymes chez nos ancêtres
Ces derniers désignaient un lieu en fonction de sa configuration, de la couleur de son sol, de la végétation dominante. «Aïn Sefra» ne signifierait-elle pas à source jaune en espagnol ? Dans presque toutes les régions, nous constatons une étonnante récurrence de «Aïn» utilisé comme préfixe pour former un nom propre composé de lieu. Aïn Bessam, Aïn Guezzem, Aïn Taya, Aïn Oussara en sont quelques exemples d'une longue liste. Certains d'entre-eux rappellent des évènements heureux ou malheureux souvent liés à la vie de personnages ayant marqué notre histoire ou notre culture.
A Aïn Sefra, une rivière en crue avait emporté en 1903 Isabelle Eberhard, écrivaine d'origine russe, de nationalité suisse, qui avait choisi de vivre en Algérie près des femmes traditionnalistes en Algérie et ce, pour des raisons qu'on n'a jamais réussi à élucider. La jeune femme de lettres traversait le lit presque à sec d'une rivière lorsqu'un orage violent l'avait surprise. Une quantité d'eau jamais vue en cet endroit désertique l'emporta et elle en mourut. Et que d'histoire rappellent Oum El-Bouaghi, Oum Toub, Oum Tobbol qui doivent remonter à des époques anciennes au cours desquelles ces noms de personnes au départ se sont imposés comme toponymes.
Laguiba à Belcourt à côté de la grotte et de la rue Cervantès, auteur et stratège espagnol du XVIe siècle et dot le nom est resté gravé dans les mémoires rappelle «El-Agba», toponymes chois en montagne pour un lieu qui marque la fin d'une montée pénible. Il aurait été choisi par un saint, marabout lorsqu'un jour celui-ci après avoir grimpé sur une pente abrupte d'une colline, s'était enfin, exprimé par : «j'arrive sur une plate-forme». El Agba, disait-il sans cesse à ses compagnons qui étaient revenus comme lui du fond d'une vallée où coulait une grande rivière.
Toponymes d'aujourd'hui
Rien à voir avec ceux de l'ancien temps ancrés dans une longue histoire. Le procédé utilisé est le même, mais les toponymes sont choisis sans aucun souci de l'esthétique. «Nous allons aux 400» entend-on quelqu'un dire à son ami de passage qui lui répond «non, j'en reviens». Les «400» c'est le nom d'une cité de 400 logements. «Tu viens avec moi «à la second», dit une jeune fille à sa sœur qui revient de voyage ? C'est un nom de lieu étonnant pour qui ne connaît rien en cette petite ville des Hauts-Plateaux où un jour, on a ouvert un lycée qui avait commencé par fonctionner d'abord par la seconde. Cela fait près de 35 ans et à la seconde est adopté définitivement par tout le monde.
Prenez un autobus pour aller d'une ville à une autre pour découvrir les toponymes, nouvelles formes. «Qui veut descendre à Tchina ?», dit le receveur aux voyageurs qui avaient pris le même autocar que nous. A l'intérieur, on entend un vieil homme dire à son voisin de banquette «tu habites à qahwett Chergui ?», nom d'un quartier immense et comparable à Diar El-Mahçoul. Tu descends donc à « -la pharmacie -», toponymes d'un lieu où des villas se suivent. Si tu vas dans cette wilaya, passe par « -Trig el qares -». Ainsi de suite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.