CAN : Mido prévient Liverpool pour Salah    Barça : Des négociations compliquées pour Ter Stegen    Fonction publique: Toucher son salaire sans se déplacer    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    LFP: La Ligue fait un don d'un milliard de centimes    Pour faire face à la suspension des cours: Un «plan d'urgence» pour l'Education    Traitement à la chloroquine: L'optimisme du ministre de la santé    Pour avoir publié une vidéo «alarmiste visant à tromper l'opinion publique»: Une femme arrêtée à Oran    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    Vers une saison blanche ?    Tebboune salue l'équipe médicale du CHU de Tizi-Ouzou    1.171 cas confirmés et 105 décès enregistrés    Le Président fixe les conditions    L'Opep+ va se réunir lundi par vidéoconférence    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    Trois journalistes du quotidien Sawt El Akher sous contrôle judiciaire !    RAPATRIEMENT DES ALGERIENS BLOQUES EN TURQUIE : Plusieurs hôtels affectés à l'accueil    CORONAVIRUS EN ALGERIE : 1171 cas confirmés et 105 morts    Bengrina dénonce l'attaque d'une chaîne tv française contre l'Algérie    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    MOSTAGANEM : Des TPE livrés gratuitement aux commerçants dans deux mois    Coronavirus: le ministre de la jeunesse et des sports rassure les athlètes    Décès de Kheddad: l'Organisation américaine des juristes rend hommage à un défenseur incontestable et un négociateur assidu    Quelles alternatives à la crise sanitaire, économique et financière ?    Mines antipersonnel: Tahar Salhi, une des victimes de la barbarie du colonisateur français    Recul de l'activité de Naftal de 50% depuis la deuxième quinzaine de mars    Des pluies, parfois orageuses, annoncées ce vendredi, au Centre du pays    Ligue 1-USM Alger: "les discussions avec Anthar Yahia ont bien avancé"    Covid19-compte spécial de solidarité: la LFP fait don de 10 millions de dinars    Coronavirus: l'Opep+ va se réunir lundi par vidéoconférence    Le numérique au secours de la culture à l'heure du confinement sanitaire    FMI: des mesures à engager assurant la reprise économique après le confinement    Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés et des munitions saisies durant le mois de mars    « Le peuple du 1er Novembre et du Hirak saura relever le défi »    Le Mouvement El-Bina dénonce l'attaque féroce" d'une chaîne de télévision publique française contre l'Algérie    Tunisie : Un terroriste de Daech arrêté    Sahara Occidental occupé : 139 000 tonnes de poissons exportés illégalement par le Maroc    Appel à la libération des détenus d'opinion    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    Le syndicat et les travailleurs restent mobilisés    L'hommage de Larab Mohand Ouramdane aux arbitres    Un Chinois dans la tête d'un Algérien    Action de solidarité avec les confinés du Coronavirus : 10 000 ouvrages distribués    FAF - Réunion du BF: Réaction d'un fonds de solidarité    Le peuple cubain n'est-il pas ce merveilleux exemple qui indique la voie à suivre? La volonté de survie dans la dignité tout en marquant sa solidarité à l'international par élan humaniste    Le temps à l'émergence des start-up ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le peuple veut guider la transition»
Publié dans La Nouvelle République le 30 - 03 - 2019

Pour le sixième vendredi consécutif, des milliers de manifestants sont sortis à Alger, la capitale et dans plusieurs autres wilayas du pays pour réclamer un changement politique profond. Le mouvement ne faiblit pas depuis février dernier, les appels à manifester se sont multipliés, notamment, depuis la proposition annoncée, il y a quelques jours par le vice-ministre de la défense Ahmed Gaïd Salah, d'appliquer l'article 102 de la Constitution en déclarant le président Bouteflika inapte.
Une revendication constituante du mouvement populaire, dès son déclenchement, il y a plus d'un mois. Dans la même approche, entre attente et confusion, le mot d'ordre de cette autre journée de rassemblement populaire était, «changement politique pour une Algérie libre et démocratique», et pourquoi pas «laïque et populaire». La manifestation des Algériens, hier, à Alger s'est déroulée dans le calme, mais surtout dans la confusion et l'inquiétude. Confus entre poursuivre la fronde ou accepter la proposition de Gaid Salah, dans sa légitimité constitutionnelle. Une solution d'une sortie de crise par la déclaration du président-sortant inapte à exercer ses fonctions et passer à la phase transitoire, avec des représentants désignés par le peuple. Entre avertis de la situation chaotique du pays et obstinés, rejetant la proposition le menant ainsi vers le chaos, le peuple se divise et les positions se déchirent.
Cependant, les appels à investir les rues se sont multipliés via les réseaux sociaux par des personnalités politiques et publiques insistants sur le départ immédiat de Abdelaziz Bouteflika ainsi que tout le gouvernement, sans concession. «Bien que les avis soient divergents, mais les objectifs divergent vers une même issue, celle de sortir de la crise politique qui ronge le pays dans le délais le plus court et amorcer la phase transitoire avant la consommation des 45 jours», commente Yasmine, juriste qui a manifesté aux côtés de ses amis, à Alger. Tous venus participer à cette nouvelle sortie, organisée tôt le matin à la place de la Grande-Poste, sis au centre d'Alger. Le lieu habituel du rendez-vous des manifestants pour guider le rassemblement populaire, auquel la coordination nationale des militaires à la retraite et des blessés ayant droit de l'ANP ont pris part, hier pour crier à l'injustice sociale dont ils sont victimes depuis des années.
Ils se sont organisés en troupes, en un mouvement uni, ils ont rejoint la placette Maurice Audin qui donne sur le grand boulevard Pasteur et Didouche Mourad, et ce, avant d'atteindre le reste des manifestants amassés à la Grande Poste. Au contraire des autres vendredis, les manifestants ont afflué au lieu du rendez-vous bien avant l'heure, fixée à 14h00 par les organisateurs anonymes de ce mouvement au début du mois de février dernier. Toutes les artères principales que les manifestants ont l'habitude de sillonner dont l'objectif de rejoindre les institutions de l'Etat ont été placées sous la haute surveillance des policiers qui devrait intervenir proportionnellement pour empêcher tout dépassement ou atteinte aux biens publics. Des dispositifs répartis, notamment, au niveau du boulevard Sacré cœur, Mohamed 5 et Didouche Mourad qui mènent directement au siège de la Présidence.
A 13h00, les manifestants observent leur rassemblement, toujours à la Grande Poste avant de commencer à emprunter en nombre les différents boulevards et envahir les moindres coins du centre de la capitale. Aucune distinction, les algérois ont adopté ce mouvement qui s'agrandit de plus en plus. Il est 14h09, la foule explose, certains se donnent la main afin d'harmoniser le mouvement, brandissant des slogans hostiles au pouvoir. Appelant surtout à réformer radicalement le système politique pour minimiser les dégâts. «Appliquez l'article 07 de la Constitution : le peuple est souverain», «la transition doit se faire par le peuple»… scandé en bloc par les protestataires. «Je rêve d'une Algérie meilleure. Pour une fois je ne veux pas quitter mon pays», balance Yacine, les larmes aux yeux. Un espoir que presque 70% de la population couve et clame avec véhémence. «halte à l'ingérence étrangère et aux ennemis intérieurs du peuple», ont crié d'autres qui appellent à construire un Etat de droit, et pourquoi pas laïque.
C'est la revendication de trois jeunes artistes, Sara, Dina et Kaci, hissant l'emblème national. Inventifs et créatifs, ces jeunes approchés difficilement lors de cette manifestation se disaient contre tout mouvement festif et rocambolesque qui a marqué la dernière sortie, nuisant et détournant le peuple de l'objectif majeur du mouvement. «Nous ne sommes sous aucune influence et nous ne répondons à aucun appel des pseudos politiques, prétendant l'opposition et le soutien du peuple», balance Hassiba, une enseignante à la retraite, avant d'être emportée par la foule qui se bousculaient et serpentaient en un seul mouvement, tantôt recadré par les forces de l'ordre pour l'empêcher de rejoindre le boulevard Sacre cœur, menant vers El Mouradia.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.