Des centaines de milliers de manifestants à Alger : « Gaïd Salah dégage ! »    Barça : Messi a mal vécu la défaite face à Liverpool    ANNONÇANT SON SOUTIEN A GAID SALAH : Seddik Chihab s'attaque une nouvelle fois à Ouyahia    COMMISSION DES FINANCES DE L'APN : Les dépenses de l'APN sous la loupe des enquêteurs    Brandt lance son quatrième smartphone en Algérie Le BPRIMES    Manipulation des articles    Des industriels, des hommes d'affaires et même des élus se tiennent le ventre    ELECTION PRESIDENTIELLE : Les noms des 77 candidats à la candidature dévoilés    Une balle de match pour un titre    Dirigeants et supporters du Scad demandent l'accession de leur club    Tottenham: Pochettino met fin aux rumeurs    L'APC DENONCE L'OCTROI ‘'OPAQUE'' DE MARCHES PUBLICS : Le maire d'Oran dans le collimateur    MASCARA : 3 individus arrêtés et des munitions saisies à Ain Farès    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Premières projections de films documentaires    Baâziz galvanise le public    Le Brent se maintient à plus de 68 dollars à Londres    Des milliers de manifestants se dirigent vers la Place des martyrs    Khalifa Haftar loue les services d'une firme de lobbying américaine    Un terroriste capturé à Tamanrasset    Boumerdes : intoxication de 41 élèves à Chaâbet El Ameur    Les algérois manifestent malgré la répression    Lancés dans le bain avec succès, Louizini et Djahdou représentent l'avenir du club    Le Front Polisario regrette la démission de Horst Kohler    Le Botswana lève l'interdiction de chasser l'éléphant    L'Algérie certifiée exempte de Paludisme par l'OMS    Indonésie: sept morts dans des affrontements post-électoraux    Norvège: le chômage a son plus bas niveau en mars    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Probium et l'Are-Ed, deux associations qui marquent la Journée mondiale de la biodiversité    Cher futur Président, je te veux…    Un éveil populaire pour une Algérie disruptive (Partie 1)    Football : Le gouvernement Bedoui veut s'attaquer à la violence dans les stades    Etudiants : Hirak, Ramadhan et examens    En bref…    Haizer : Deux exclus de logements sociaux entament une grève de la faim    En bref…    L'ES Tunis veut prendre une option face au WA Casablanca    14e vendredi de marche : Le peuple dit non à l'élection du 4 juillet    L'Encre de la liberté de Hocine Redjala : Un film documentaire sur la liberté d'expression en Algérie,    Le trip de l'amour et ses revers    Une révolution «personnalisée»    Edition du 24/05/2019    Le Soudan à l'heure d'une révolution incertaine    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    ACTUCULT    Pari gagné !    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'avis de trois personnalités
Publié dans La Nouvelle République le 21 - 04 - 2019

Jeudi dernier, dans le cadre de la volonté de concertation qu'il prône dans le traitement de la situation politique du pays, le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, a reçu Abdelaziz Ziari, plusieurs fois député depuis 1983, et ministre ainsi que Conseiller du président de la république (2003-2004) et ancien président de l'Assemblée populaire nationale (APN, 2002-2007), Abdelaziz Belaïd (président du Front El Moustakbal) et Miloud Brahimi, avocat et ancien président de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'homme en tant que personnalités nationales.
Le président du Front El Moustakbal, Abdelaziz Belaïd, cité par l'APS, a déclaré avoir présenté lors de cette rencontre "des solutions à même de garantir la régularité et la transparence des élections, et ce à travers l'instance indépendante des élections. Celle-ci doit être dotée, d'une "totale indépendance", et de "prérogatives de contrôle et d'organisation du déroulement de toutes les phases du processus électoral". Abdelaziz Belaïd a estimé que "la stabilité du pays, la préservation des institutions et des personnes, ainsi que "le transfert du pouvoir dans le cadre de la légalité ne peut se faire qu'à travers des élections propres et transparentes". Pour sa part, selon la même source, Me Miloud Brahimi a plaidé pour la mise en place d'une "commission souveraine", chargée de gérer la transition et l'organisation de l'élection présidentielle "sans hésiter à mettre la Constitution de côté". Cette commission qui sera créée en accord avec les partis politiques et les représentants de la société civile "peut différer la date de l'élection présidentielle et préparer le terrain afin d'assurer le départ définitif de ce système", avait déclaré Me Brahimi. "Le contexte politique actuel du pays ne permet pas d'organiser une élection présidentielle qui soit au niveau des attentes du peuple. Il faut aboutir à la refondation du pays et à la construction d'un régime digne des attentes de ce peuple", a indique l'avocat et juriste, estimant que la mobilisation populaire "est une véritable révolution en Algérie et dans le monde". Cette position tient sans doute compte du fait que la classe politique actuelle, mise en place dans le cadre du « système » comprend quelque 60 partis, dont plusieurs sont en crise ouverte ou larvée, et tient compte aussi d'un électorat tellement fragmenté que les performances de ces partis en pâtiraient lourdement si la présidentielle était organisée dans les délais impartis par la Constitution. Abdelaziz Ziari s'est également prononcé pour le report de la date de l'élection présidentielle.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.