Le Tribunal militaire de Blida rejette la demande de libération provisoire de Louisa Hanoune    Le Barça n'avait jamais laissé le Real aussi loin derrière    CRISE POLITIQUE EN ALGERIE : Gaïd Salah insiste sur la tenue de la présidentielle    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Le procès d'Ali Haddad reporté    En bref…    Juventus : Allegri donne la raison de son départ    Report du procès de l'homme d'affaires Ali Haddad au 3 juin prochain    CLASSEMENT ANNUEL ETABLI PAR L'HEBDOMADAIRE JEUNE AFRIQUE : Le Peuple algérien le plus influent d'Afrique    Constantine et Skikda : Les universitaires célèbrent le 19 Mai dans la rue    Les étudiants marchent dans des rues quadrillées    EXAMENS DE FIN D'ANNEE A MASCARA : Plus de 45.000 candidats face aux épreuves    Les pharmaciens d'officine protestent    Unions de wilaya UGTA : Les travailleurs appellent à une grève générale le 22 mai    Egypte: attentat contre des touristes près des pyramides    Pétrole: le panier de l'Opep se maintient plus de à 72 dollars le baril    Bélaïd et Sahli aux côtés d'une pléthore de plaisantins    Manœuvres saoudiennes et émiraties    La contestation veut un civil à la tête de la transition    Ankara va produire les S-500 avec Moscou    L'appui de Benflis    Quelques vérités bonnes à dire    Le NAHD dans tous les esprits    L'ES Tadjenant dernier qualifié pour les demi-finales    Le GS Pétroliers s'offre son 20e championnat d'Algérie    Mahrez : "Je retiens cette fin de saison ..."    M'bolhi rejoindra le CTN avant le 27 mai    «Il y a eu un manque de rigueur dans la formation des enseignants»    Les bénéficiaires peuvent contracter un nouveau prêt    Réflexion et débats au programme à Oran    Nette diminution des cas en 2018    Le nouveau directeur contesté    Appel à un dialogue "franc" avec l'institution militaire    ACTUCULT    Les antiquités en péril recherchent désespérément un nouveau musée    Tajine malsouka au poulet    Cheveux d'ange au miel    Ces chantiers qui n'en finissent pas    Du talent à revendre    On vous le dit    L'armée syrienne dément avoir utilisé des armes chimiques à Lattaquié    Chacha TV pourra-t-il concurrencer Netflix en Algérie?    Les joueurs en grève    Le drapeau palestinien flotte sur l'Eurovision    Almodovar ne tourne pas rond, tant mieux!    Jusqu'au bout de la nuit à Tizi Ouzou    "Une tempête" aux Glycines    Gaïd Salah peaufine sa réponse    Des législatives sur fond d'enjeu climatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Irfane» ou l'histoire d'une reconnaissance
Publié dans La Nouvelle République le 22 - 04 - 2019

Le long- métrage de fiction «Irfane» (reconnaissance), l'histoire d'un film documentaire amateur réalisé pour transmettre la mémoire d'une moudjahida, et traversé de tranches de vie contemporaine de jeunes algériens à la condition sociale difficile, a été présenté samedi à Alger par son réalisateur Salim Hamdi.
D'une durée de 110 minutes, ce film relate sur deux niveaux de narration l'histoire d'une moujahida, Yamina campée par Chafia Boudrâa, et de sa sœur tombée au champs d'honneur ainsi que celle de son petit-fils, sa fiancée et ses amis, des jeunes pétris de talents et vivant sans grandes perspectives d'avenir en attendant un travail ou un logement. Ahmed, un diplômé en histoire, âgé de 34 ans joué par Samir El Hakim, sans emploi et petit-fils de la moudjahida revoit, comme chaque année lors de la célébration du déclenchement de la Guerre de libération, sa grand-mère astiquer la médaille et la photo encadrée de sa soeur en répétant les mêmes histoires. En 2014, il comprend le besoin de transmission qu'éprouve la moudjahida qui a, elle aussi, beaucoup de choses à dire, et décide de filmer son témoignage avec l'aide de ses amis et de sa fiancée Maïassa, jouée par Malika Belbey, en les faisant passer pour une équipe de télévision aux yeux de la vieille dame. Le parcours de Yamina et de sa soeur, infirmière ayant rejoint le maquis, est inspiré des témoignages réels d'une famille révolutionnaire de la ville de Tiaret. A la fin de ce tournage improvisé, le groupe entame la longue aventure administrative pour diffuser ce film. Ce deuxième niveau de narration s'intéresse beaucoup plus au vécu du couple, Ahmed et Maïassa, se débattant pour travailler et se marier tout en essayant d'échapper au regard et au poids de la société et de la famille. Cette partie du film montre des diplômés de l'université dans différents domaines qui enchaînent les petits emplois ou se convertissent dans de modestes activités commerciales au détriment de leurs talents et de leurs études. A chaque étape du récit de la Moudjahida, le réalisateur opère un retour en arrière avec des séquences d'époque tournées en noir et blanc où Malika Belbey joue également le rôle de Yamina plus jeune. Ce choix accentue également le parallèle entre deux générations de femmes algériennes et leurs rapports différents au poids de la société, en plus d'opposer deux dynamiques sociales ayant existé dans la ville de Tiaret, lieu de tournage de la totalité du film, à deux époques différentes. Produit par le Centre algérien du développement du cinéma et le producteur «IV2S», ce film avait été projeté lors d'un hommage rendu à l'actrice Chafia Boudrâa à Oran.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.