Accidents de la route: 5 morts et 294 blessés durant les dernières 48 heures    Le Président de la République présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    Le centre de torture de Touggourt : une des sombres pages de la présence coloniale française    Crimes du 17 octobre 1961 à Paris : un des plus grands massacres de civils en Europe au 20è siècle    Ramadhan: Algérie Poste a assuré une disponibilité du réseau postal de l'ordre de 97.3%    Documentaire-Hirak: le W.Times avait prédit une riposte de médias dérangés par la démarche du président    De nouvelles négociations en cours : L'OPEP veut prolonger les réductions jusqu'à fin 2020    Détention préventive pour le propriétaire d'une laiterie    Politique industrielle : Ferhat Aït Ali décline les nouvelles règles à l'Assemblée nationale populaire    Relance de plusieurs chantiers à Blida    Une politique budgétaire incohérente    Le Brent à 34 dollars à Londres    Décès de Abderrahmane El Youssoufi : une étoile du Grand Maghreb s'éteint    Les talibans revendiquent une première attaque    Après la mort d'un homme noir aux mains de la police : Des manifestations à Minneapolis et un commissariat incendié    6 morts dans l'explosion d'une centrale hydroélectrique    La famille d'un passeur tue 30 migrants en Libye    La colère sociale embrase plusieurs villes tunisiennes    Confrontation Halfaya – Saâdaoui lundi    La maquette du projet immobilier «JSK Tower» dévoilée    L'Algérie sur le podium    Ahmad Ahmad : "Nous ne pouvons pas encore nous prononcer"    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Polémique entre la défense et la Cour de Tipasa    Biskra : Suspension du maire de Chetma    Oran : Des décisions pour relancer le secteur du logement    8 décès et 137 nouveaux cas en 24 heures    "Kamel-eddine était sincère, franc et courageux"    Vers le retour des cadres et militants exclus    Il y a 27 ans, Tahar Djaout était assassiné : L'homme, l'écrivain, le journaliste    Rencontres Cinématographiques de Béjaia : Appel a films au RCB 2020    «Il est très important de préserver au-delà des frontières notre beau patrimoine musical andalou»    Le Fifog reporte une partie de son édition à l'automne    Tensions entre Alger et Paris    La scène, ce reflet de la société    Valse des entraîneurs: La Tunisie et l'Algérie sur le podium !    PETITE PRESSION, GRAND CHANTAGE    Le rationnement de l'eau du robinet est de retour: Une nouvelle plage horaire de 18 heures dès demain    Les mercenaires cathodiques    Football - Affaire de l'enregistrement audio: Ce qu'il faut savoir sur le dossier    Levée de confinement: Le début de la fin ?    Deux trafiquants de kif et psychotropes sous les verrous    Confinement: Les commerçants appellent à l'allégement des mesures    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    Djerad plaide pour l'allègement de la dette    ORGANISATION D'UNE SOIREE A ORAN : L'affaire devant le juge d'instruction    Essais nucléaires: une illustration des crimes français contre l'homme et la nature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les spéculateurs narguent Djellab
Publié dans La Nouvelle République le 13 - 05 - 2019

Le mercantilisme et l'incivisme durant le mois de ramadhan battent leur plein. C'est l'occasion propice pour doubler les prix, paradoxalement, aux autres jours de l'année. Une semaine après le début du mois sacré, les prix des fruits et légumes chez les détaillants sont excessivement chers. Une fois de plus les commerçants ignorent toutes les mesurent annoncées par le ministère du Commerce à la veille du mois de ramadhan. Ils défient les autorités et imposent indûment leur prix. Pour freiner ce comportement illégale et « inadmissible » en ces temps de crise, le ministre de la tutelle, Said Djellab avait annoncé avant-hier le début des poursuites judiciaires contre les opérateurs économiques qui refusent de se soumettent aux directives de ses services.
Ce qui démontre le manque de professionnalismes et de rigueur chez certains commerçants qui cherchent le gain facile au dépourvu du citoyen, notamment, à faible revenu. Pour freiner cette tendance inflationniste qui ne répond à aucune logique commerciale, le ministère du Commerce avertit et réitère le recourt à la justice afin de corriger cette situation et barrer la route aux profiteurs. « Dans le cadre des dispositions visant la régulation du marché durant le mois de Ramadhan, des inspections ont été opérées au niveau des dépôts des produits agricoles à travers les différentes régions du pays en vue de procéder à leur déstockage et contribuer ainsi à la baisse des prix », avait-il indiqué. A l'exception des années précédentes, le ministère qui réquisitionné plus de 6 500 contrôleurs et inspecteurs pour superviser les commerces cette année, semble être déterminé à sévir et agir selon la loi à l'encontre de ces commerçants. Ces derniers sont dans le collimateur du ministère du Commerce décidé et disposé à les combattre afin de purger l'activité de ces « irresponsables ». Les descentes des contrôleurs sur le terrain ont commencé au premier jour du mois sacré. Durant ces sorties inopinées, 15 opérations de déstockage de produits agricoles ont été effectuées à Alger et ont mis en garde les opérateurs économiques qui s'oppose au respect des dispositions du ministère. Un premier avertissement qui ne pourrait être qu'un rappel à l'ordre à leurs semblables qui défient les autorités. En dépit de cette démarche, les prix des produits de large consommation sur les étalages sont toujours en hausse. Le prix de la pomme de terre chez le détaillant est fixé à 60 dinar/kg, la carotte à 85 dinar/kg, la courgette à 120 dinar/kg et l'oignon sec à 70 dinar/kg… De constat, aucune tarification ne répond à la liste des prix référentiels dévoilée par les pouvoirs publics, la semaine dernière. La spéculation fait rage et déséquilibre le marché, déjà en crise. De réputation, les commerçants malhonnêtes continuent à ignorer les mesures prises par le ministère de la tutelle. Rares sont ceux qui se sont référés à la mercuriale du ministère, soit par craintes de sanctions au par bon sens. Parallèlement, certains commerçants profitent de ce mois de grâce et de piété afin de tendre la main aux plus nécessiteux de la société à travers l'unification des tarifs sur certains produits de fruits et légumes. Des prix alignés à 50 dinar/kg, pour chaque produit acheté. Face à cette minorité sévissent ceux qui n'ont foi ni loi et profitent de cette occasion pour renflouer lieurs caisses. Des criminels commerciaux que les brigades mobiles en collaboration avec les services de la sécurité nationale traquent, jour et nuit. Pour motiver les agents actifs durant ce mois de ramadhan, le ministre Said Djellab a affirmé le soutien tant matériel que morale de ceux-là à travers la consécration d'une prime de travail et d'indemnités d'ici la fin de leur mission ramadhanesque. Sans oublier, l'escorte policière de ces contrôleurs lors de l'accomplissement de leur travail, afin de les protéger contre toutes agressions dont ils pourront être victimes. Une solution, également, pour les convaincre à cesser le mouvement de grève qu'ils ont entrepris depuis quelques jours et de regagner leurs postes. Pour rappel, ces agents mobilisés spécialement pour cette occasion devraient faire le point sur les produits récoltés à des fins de spéculation, contrôler sur terrain des champs agricoles en vue de lutter contre une autre forme de spéculation, à savoir l'ajournement de la cueillette des récoltes en vue d'engendrer une pénurie sur le marché, et par conséquent une hausse des prix. C'est les principales missions confiées à ces contrôleurs. Pour lutter efficacement contre le fléau de la spéculation et l'inflation sur le marché, le ministère accorde une subvention du transport pour faire baisser les prix des légumes, à destination des régions isolées du sud. Les décisions du ministère de nature à améliorer l'approvisionnement du marché national en produits de large consommation ne semblent pas encore apporter de résultat. Optimiste, Said Djellab s'attend à ce que l'application du prix référentiel soit respectée plus d'ici la deuxième semaine, durant laquelle les tarifs devraient se stabiliser.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.