Etiquetage des produits originaires du Sahara occidental : les clarifications de la nouvelle Commission européenne    Foot/ L2 (boycott des clubs): le Bureau fédéral refuse le report de la 20e journée    Tribunal de Bir Mourad Raïs : le Directeur général du groupe Ennahar placé en détention provisoire    USMA : Ardji ou Yaïche pour remplacer Zouari    MCA: La confiance sera renouvelée à Toual    "Le centre de décision ne se trouve pas chez le pouvoir formel"    Il y a deux ans, disparaissait Dr Laâziz Kessas    13,4 milliards DA d'investissement en 2019    Le Galaxy Z Flip, le premier écran en verre pliable de Samsung    Opticharge, une nouvelle application mobile pour le transport de marchandises    Une expulsion et des interrogations    Plaidoyer pour un cadre juridique en faveur des start-up    La BM plaide pour un nouveau contrat social    HIRAK : quo vadis ?    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Le Président Tebboune accorde des entrevues à des médias nationaux et etrangers    Tunisie: Ennahdha soutient le gouvernement Fakhfakh, vote de confiance la semaine prochaine    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Erdogan menace la Syrie d'une opération à Idleb    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    «Par quelle main retenir le vent»    Karim Younès au rang de ministre d'Etat    Le PAD engagera de larges consultations avec les anti-pouvoir    Madar joue la carte des «primes »    Qui pour driver l'équipe samedi ?    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    Erling Haaland, naissance d'un géant    Le virus de l'argent en quarantaine !    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les corps communs en grève les 23 et 24 février    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    Le message poignant De nos frères blessés    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    "Et si je les tuais tous, Madame", le monologue des silences bavards    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Pour faire face à la grève: Air Algérie affrète deux avions et recrute de nouveaux personnels navigants    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Constantine: Saisie de plus de 1100 capsules de psychotropes    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    A la demande de la défense: Le procès Hamel reporté au 11 mars    Que serait le 7e art sans les artistes ?!    Polémique autour de la délimitation des frontières maritimes    Chakib Khelil et Amar Ghoul bientôt devant la Cour suprême !    Berraf dénonce un 'montage'    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    Sétif: démantèlement d'un réseau de trafic de pièces archéologiques datant de l'époque romaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Sahel en proie à une vague d'attentats meurtriers
Publié dans La Nouvelle République le 13 - 05 - 2019

Une analyse de Statégika51 met en exergue un blackout sur l'information et la censure militaire française, la situation sécuritaire au centre du Mali, au Niger et au nord du Burkina Faso ne cesse de se détériorer.
Une église a été ce dimanche 12 mai 2019 la cible d'une attaque armée menée par deux douzaines d'assaillants au nord du Burkina Faso. Tandis que samedi 11 mai 2019, une vingtaine de soldats nigériens tombaient dans une embuscade pendant que des dizaines de personnes trouvaient la mort au centre du Mali. Les groupes armés se multiplient et certains de ces groupes imposent leur diktat sur d'immenses territoires qu'aucune force militaire au monde ne peut contrôler. Au Mali, la situation dans le bassin de la Macina demeure fort préoccupante et volatile. Des groupes armés s'y forment selon l'appartenance ethnique suivant une stratégie adoptée par les services de renseignement français. L'objectif étant de lutter contre les groupes islamistes au moyen de groupes armés rivaux. Une stratégie déjà utilisée par Washington en Irak (Surge/Sahwat) et en Afghanistan. Si cette stratégie a donné quelques résultats en Irak, notamment dans la province sunnite d'Al-Anbar, elle servira plus tard à créer les conditions idéales à l'émergence de groupes ultra-violents comme ceux d'Al-Zarqawi puis les premiers noyaux de Daech. En Afghanistan, cette stratégie n'a jamais fonctionné. Dans le cas de l'Irak, l'exploitation des clivages interconfessionnels et ethniques a mené à une affreuse guerre civile. Qu'en sera t-il dans les pays du Sahel ? Le Mali, à l'instar du Niger et du Burkina Faso voisins sont des pays pacifiques et leurs sociétés ne sont pas connues pour être particulièrement réceptives à l'intolérance, le sectarisme ou la violence. Les interventions exogènes d'acteurs étrangers risquent de modifier cet état des choses et d'y créer un chaos «durable» pour la sauvegarde d'un statu quo favorable à leurs intérêts. Des analystes évoquent souvent les velléités hégémoniques de l'empire US et son déclin patent mais oublient la lutte désespérée d'un autre empire mineur au Sahel : la Françafrique et son système d'exploitation anachronique et archaïque légué par celui des colonies. Paris n'est toutefois plus en mesure d'agir comme avant et massacrer dans le plus grand silence puisqu'il est sous la tutelle de Washington. Un grand allié qui paradoxalement ne verrait pas d'un mauvais oeil la fin de l'escroquerie du Franc CFA ou le retrait de l'influence française en Afrique francophone pour y substituer la sienne.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.