Tripoli : 9 morts dans le bombardement d'un dépôt militaire    Crise libyenne : Alger et Tunis affichent leurs inquiétudes    Sports mécaniques : Le CSMB s'illustre    Delort, quelle bonne pioche de Belmadi !    BAC 2019 dans la capitale : Plus de 58 000 candidats    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Baghlia : Manque de transport public    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    La crise, c'est eux!    L'AACC s'oppose à la dissolution de l'Office central de répression de la corruption    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    114 comprimés psychotropes saisis, deux arrestations    Tlemcen: Un jeune tué à coups de couteau et de sabre    83,31% de réussite à la «5ème»    La saga judiciaire continue    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Quelques scénarios de sortie de crise    Recul des Bourses en Europe : L'impact des tensions commerciales se matérialise sur les marchés    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Mali : La liste des 23 enfin dévoilée    Le Sétifien Abdelmoumène Djabou signe pour deux saisons    «La situation actuelle du football africain m'inquiète et inquiète la FIFA»    Pour coopérer dans le secteur du gaz : "La Russie est un partenaire idéal de la Chine"    Pour renforcer prochainement la cartographie et la télédétection : Une caméra numérique de nouvelle génération à Oran    Hommage à Ahmed Kellil    Karim Djoudi et Amar Tou, placés sous contrôle judiciaire    Pourquoi les "actes de sabotage" contre les pétroliers ne profitent pas à l'Iran?    Le président déchu comparaîtra la semaine prochaine    ANP : Gaïd Salah en visite de travail et d'inspection à la 3e Région militaire    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Crise Libyenne : al-Sarraj préconise des élections avant la fin de l'année    L'ancien ministre des Transports Amar Tou mis sous contrôle judiciaire    Connexion perturbée et silence des autorités    La gendarmerie annonce un dispositif special    Plus de 420.000 Algériens schizophrénes    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    ACTUCULT    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Sahel en proie à une vague d'attentats meurtriers
Publié dans La Nouvelle République le 13 - 05 - 2019

Une analyse de Statégika51 met en exergue un blackout sur l'information et la censure militaire française, la situation sécuritaire au centre du Mali, au Niger et au nord du Burkina Faso ne cesse de se détériorer.
Une église a été ce dimanche 12 mai 2019 la cible d'une attaque armée menée par deux douzaines d'assaillants au nord du Burkina Faso. Tandis que samedi 11 mai 2019, une vingtaine de soldats nigériens tombaient dans une embuscade pendant que des dizaines de personnes trouvaient la mort au centre du Mali. Les groupes armés se multiplient et certains de ces groupes imposent leur diktat sur d'immenses territoires qu'aucune force militaire au monde ne peut contrôler. Au Mali, la situation dans le bassin de la Macina demeure fort préoccupante et volatile. Des groupes armés s'y forment selon l'appartenance ethnique suivant une stratégie adoptée par les services de renseignement français. L'objectif étant de lutter contre les groupes islamistes au moyen de groupes armés rivaux. Une stratégie déjà utilisée par Washington en Irak (Surge/Sahwat) et en Afghanistan. Si cette stratégie a donné quelques résultats en Irak, notamment dans la province sunnite d'Al-Anbar, elle servira plus tard à créer les conditions idéales à l'émergence de groupes ultra-violents comme ceux d'Al-Zarqawi puis les premiers noyaux de Daech. En Afghanistan, cette stratégie n'a jamais fonctionné. Dans le cas de l'Irak, l'exploitation des clivages interconfessionnels et ethniques a mené à une affreuse guerre civile. Qu'en sera t-il dans les pays du Sahel ? Le Mali, à l'instar du Niger et du Burkina Faso voisins sont des pays pacifiques et leurs sociétés ne sont pas connues pour être particulièrement réceptives à l'intolérance, le sectarisme ou la violence. Les interventions exogènes d'acteurs étrangers risquent de modifier cet état des choses et d'y créer un chaos «durable» pour la sauvegarde d'un statu quo favorable à leurs intérêts. Des analystes évoquent souvent les velléités hégémoniques de l'empire US et son déclin patent mais oublient la lutte désespérée d'un autre empire mineur au Sahel : la Françafrique et son système d'exploitation anachronique et archaïque légué par celui des colonies. Paris n'est toutefois plus en mesure d'agir comme avant et massacrer dans le plus grand silence puisqu'il est sous la tutelle de Washington. Un grand allié qui paradoxalement ne verrait pas d'un mauvais oeil la fin de l'escroquerie du Franc CFA ou le retrait de l'influence française en Afrique francophone pour y substituer la sienne.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.