POURSUIVI POUR « TRAFIC FONCIER » : Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    JSK : Belaïli : «Je suis doublement content»    MCA : Bakir tranchera son avenir avant la fin de la semaine    Ma réaction de citoyen au dernier discours du « Guide Suprême de la Nation », AGS !    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    La société civile pour une transition de «rupture»    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Une victoire pour se mettre au vert    Le cas Ounas divise les Verts    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Autopsie d'un complot    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    La crise, c'est eux!    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un délai de 8 jours accordé aux bénéficiaires
Publié dans La Nouvelle République le 15 - 05 - 2019

Le problème récurrent lié à l'exploitation des terrains industriels refait surface dans une conjoncture des plus controversée du pays. Installé récemment, le wali d'Alger Abdelkhalek Sayouda tente de corriger les dysfonctionnements et passe sous la loupe tous les dossiers de bénéficiaires de foncier industriel demeuré inexploité pendant plusieurs années. Il menace de restituer tous les terrains industriels inexploités et abandonnés, à Alger.
L'opération de restitution sera effectuée après un délai de huit (8) jours accordé aux investisseurs devant présenter une preuve de l'éligibilité de leur investissement, sinon, ils encourent des sanctions sévères, débouchant sur des poursuites judiciaires. En effet, depuis le mois de janvier dernier, les pouvoirs publics traquent les faux investisseurs industriels bénéficiant des terrains industriels, mais sans pour autant les exploiter. Ce problème perdure depuis plusieurs années. Ignorant ainsi toutes les décisions et mesures prises dans l'objectif d'exhorter les industriels à respecter leurs engagements et les presser à mettre à exécution leur projet industriel. Cette nouvelle mise en garde intervient à cinq mois après la publication d'un décret exécutif fixant les conditions et les modalités d'application de la taxe sur les terrains viabilisés à vocation industrielle non exploités. Une taxe de 5% a été ainsi fixée par le gouvernement pour tout bénéficiaire de terrain industriel demeuré inexploité pendant une période supérieure à trois (3) ans, à compter de la date de son attribution. Le montant de cette taxe est fixé à 5 % de la valeur vénale du terrain, rappelle-t-on. C'est au nouveau wali d'Alger, installé après le limogeage de l'ancien wali d'Alger Abdelkader Zoukh, contesté par le peuple et accusé d'être impliqué dans plusieurs affaires suspectes liées à l'attribution illégale du foncier au niveau de la capitale, qu'incombe la tâche titanesque de reprendre les terrains industriels inexploités et remettre de l'ordre tant bien que mal dans ce secteur en souffrance. Faute de contrôle et de suivi, la mafia du foncier ne recule devant rien. Plusieurs plaintes contre x ont été déposées per certains groupes industriels qui dénonçaient l'exploitation de terrain industriel des zones d'activités et d'industrie d'Alger comme des centres déstockage ou d'entreposages, les privant ainsi de bénéficier d'une parcelle même petite de terrain pour l'expansion de leur projet à eux. Ces mêmes surfaces s'étalent sur des milliers d'hectares, monopolisés par des personnes hors du domaine d'activité industrielle. Alors que certains se plaignent du verrouillage et du blocage administratifs pour bénéficier d'un terrain, certains accèdent facilement et sans preuve de fonds ou de feuille de route justifiant de la réalisation d'un quiconque projet. Faisant ainsi allusion aux personnes abusant de leur pouvoir d'influence, ponctuant le fléau du « clientélisme et de la corruption ». Un secteur détenu par des corrompu qui aujourd'hui risque d'aller devant les juges. Le tout se fait avec la complicité de certains cadres de l'administration publique. La conclusion est difficile pour les autorités, actuellement, mais circonstance oblige vu l'accélération de l'activité de la machine judiciaire et des événements politiques. Laisser traîner les choses serait un crime contre l'industrie nationale qui souffre de la crise du foncier depuis des années. Sous la contrainte politique ou économique, le wali d'Alger semble déterminé à restituer ces terrains qu'il compte réattribuer à d'autres investisseurs plus sérieux pour réaliser leur projet. Pour ce faire, une commission de constatation et de suivi se chargera de cette opération et établira un rapport détaillé de l'état des lieux de ces surfaces avant de passer aux sanctions. C'est ce qu'a déclaré le wali substantiellement avant-hier. Plusieurs autres mesures de protection du foncier industriel ont été soulevées, lors de sa rencontre avec les cadres du secteur.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.