Justice L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi mis sous contrôle judiciaire    ANP : Gaïd Salah en visite de travail et d'inspection à la 3e Région militaire    Hommage à Ahmed Kellil    Dialogue… ?    Conférence nationale de la société civile : Quelques observations sur les propositions du 15 juin 2019    Recul des Bourses en Europe : L'impact des tensions commerciales se matérialise sur les marchés    Pour coopérer dans le secteur du gaz : "La Russie est un partenaire idéal de la Chine"    Dispersion d'un sit-in début juin à Khartoum (Soudan): Résultats de l'enquête des militaires    Pourquoi les "actes de sabotage" contre les pétroliers ne profitent pas à l'Iran?    Le Sétifien Abdelmoumène Djabou signe pour deux saisons    «La situation actuelle du football africain m'inquiète et inquiète la FIFA»    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Mali : La liste des 23 enfin dévoilée    Le réseau routier en dégradation permanente à Benaga    Les énergies renouvelables en débat    BAC 2019 : Connexion perturbée et silence des autorités    Des noms communs devenus des toponymes composés    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    Crise Libyenne : al-Sarraj préconise des élections avant la fin de l'année    L'ancien ministre des Transports Amar Tou mis sous contrôle judiciaire    Connexion perturbée et silence des autorités    Le coup d'envoi donné à Rouiba    La gendarmerie annonce un dispositif special    Plus de 420.000 Algériens schizophrénes    BAC 2019: aucune fuite de sujets au premier jour des épreuves    La campagne présidentiellebat son plein    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    Les idées sont au chevet des actions    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Du règne sans partage à la déchéance    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    Qui veut enflammer le Golfe ?    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Gouvernement revoit sa stratégie des subventions
Publié dans La Nouvelle République le 24 - 05 - 2019

De nouvelles mesures ont été prises par le Gouvernement dans l'objectif de réguler davantage les importations des céréales et du lait.
Il est convenu lors de la réunion des ministres de mercredi de mettre fin au transfert des subventions publiques aux indus bénéficiaires, étant une nécessité absolue pour réduire la facture des importations de ces produits. Une mesure de taille a été décidée dans ce sens, à savoir la cessation de l'octroi des licences pour de nouvelles minoteries ou l'élargissement de celles existantes. Des mesures aussi importantes pour l'encadrement de ces deux filiales qui ont toujours été au cœur des polémiques. Cette régularisation intervient à un moment crucial où l'économie nationale s'essouffle et les réserves de changes s'effondre face à la hausse de la demande et par conséquent du volume des importations qui amenuisaient les caisses de l'Etat. Une mesure parmi d'autres qui devrait également, encourager la préservation des réserves des changes et le pouvoir d'achat des citoyens, relativement. Ces deux produits de première nécessité et de large consommation totalisent plus de la moitié des importations alimentaires du pays, provoquant ainsi l'envolée des prix de ces deux matières, bien qu'elles soient subventionnées par l'Etat qui profitent davantage aux opérateurs économiques véreux. C'est ce qu'a relevé le ministre des Finances, Mohamed Loukal lors de son exposé périodique devant les membres du gouvernement. Il a mis en exergue le soutien financier conséquent consenti par l'Etat sous forme de subventions, qui n'a profité qu'aux opérateurs économiques sans se répercuter sur la facture des importations en hausse, d'année en année, notamment celle des blés dur et tendre. Pour mieux réguler ces deux filières, le ministre a appelé les services concernés à identifier les besoins réels du marché national en blé et lait, particulièrement en ce qui a trait à l'industrie de transformation. Cette dernière applique des prix surélevés sur le marché par rapport à la valeur réelle du produit à la transformation. Dans le même sillage, le ministre incite les entreprises publiques, assurant la régulation du marché, à sévir dans les contrôles des industriels de la transformation à travers la garantie d'une meilleure gestion du stock stratégique en adoption de nouvelles formes d'intervention. L'objectif ainsi est de rationaliser les importations de blé et d'autres produits alimentaires cotés en bourse. De concert et dans la même perspective, le gouvernement d'élargir la composante de la Commission multisectorielle, composée jusque-là des départements des Finances, de l'Industrie et du Commerce, au secteur de l'Agriculture. Désormais ces quatre départements ministériels auront pour mission de procéder « à une étude approfondie sur les deux filières et de rechercher les voies de rationaliser l'approvisionnement du marché national en ces deux produits, et de présenter, lors de la prochaine réunion du Gouvernement, des propositions pratiques et urgentes en la matière ». Avec la hausse des prix des produits céréaliers et laitiers sur le marché plombant le pouvoir d'achat du citoyen, notamment, le mal loti, il est plus que nécessaire d'agir afin de barre la route aux spéculateurs et aux opportunistes. Pour rappel, en 2018, l'Algérie avant importé pour 8,57 milliards de dollars de produits alimentaires, soit une hausse de +1,6%, sachant que la facture des importations est tirée principalement par la hausse des importations des céréales. Même constat pour les importations des céréales-semoule-farine a grimpé à 3,1 milliards de dollars en 2018, en hausse de+11,55%. Une croissance inexpliquée alors que l'Etat subventionne les deux produits et a même accordé plusieurs avantages aux exploitations agricoles souhaitant d'élargir leur activité.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.