Affaire «Tahkout»: Liberté provisoire pour le ministre du Tourisme    Quel dialogue national ?    Pour la 21ème semaine consécutive: Les étudiants poursuivent les manifestations    Automobile: La 1re pierre de l'usine Peugeot le 21 juillet    Tlemcen: Gendarmerie et police enquêtent à la CCLS    Une médiation morte avant de commencer    Equipe nationale: Cap sur le Sénégal    Les cinq clés de la réussite de l'Algérie    Constantine - Premier vol vers les Lieux Saints de l'Islam demain    Université «Mohamed Boudiaf»: 3.500 nouveaux bacheliers attendus    Douze accidents de la route en 48 heures    Chakib Khelil et le scandale Panama Papers    Energie nucléaire : Réalisation prochaine d'une station de production de l'électricité    Energies renouvelables : Sonelgaz possède l'expérience nécessaire pour accompagner le programme national    Les opérateurs intéressés bénéficieront de l'accompagnement public    La Tunisie toujours attractive    Karim Younes confirme sa présence    Les pays de l'UE à la recherche d'une approche commune à l'endroit de l'Iran    Al-Assad promet de poursuivre les efforts pour former un comité constitutionnel    Une guerre US contre l'Iran entraînera un déluge de missiles sur Israël    Algérie Motors annone l'arrivée du C400 X et le C400 GT    Une plateforme anticorruption contre 8.000 fonctionnaires    Italie : Les dessous du déplacement de Salvini à Washington    Algérie-Mali : Le ministre malien des AE en visite de travail à Alger    Le successeur d'Ouyahia connu ce samedi    La meilleure voie de voir l'Algérie de demain    CAN-2019: Les "Verts" droit au but    Le club NRAI El Harrach remporte le trophée    Afflux record au stade au 5 juillet    CAN-2019 : les Verts en finale    Le Real Madrid annonce la mort du frère de Zineddine Zidane    Ambiance : L'Algérie, entre liesse populaire et rêve de deuxième étoile    Cour suprême : Abdelkader Benmessaoud mis en liberté provisoire    Marches des étudiants à Alger    Baisse drastique des réserves de change    Conseil interministériel élargi : Examen des préparatifs de la prochaine rentrée sociale    Lancement d'une campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Près de 700 millions de DA de marchandises non facturées mises sur le marché    14 orpailleurs arrêtés à Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar    Programme d'activités estivales : Cap sur la grande bleue    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    Regain de créativité théâtrale pour enfants    Un mythe, des voyages hors du commun    Participation de plus de 20 wilayas    Exposition collective d'artistes peintres des wilayas de l'Ouest    .sortir ...sortir ...sortir ...    L'autofiction, une quête de soi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les idées sont au chevet des actions
Publié dans La Nouvelle République le 16 - 06 - 2019

Première réunion audacieuse après quatre mois de crise et un travail marathonien consacré par les membres de la société civile a conclu sur l'approbation d'une feuille de route commune, étant un prélude pour résoudre la crise politique dans le pays.
Ainsi prédéfinir, par ordre de priorité, les différentes étapes de la période de transition, précédant l'organisation des élections présidentielles, comme revendiqué par le peuple. L'enjeu est de taille. Il s'agit de construire une seconde république sur les principes de la liberté, de la démocratie et de la justice indépendante. Sans oublier la tolérance d'autrui. Une consécration totale à l'édification d'une nouvelle Algérie. C'est l'idée de fond de ce projet, mais reste à déterminer la forme dont l'importance n'est pas moindre que l'idée fondamentale. Simultanément, plusieurs autres personnalités politiques et publiques, particulièrement actives sur le net et dans les médias, appellent à se concerter pour formuler une autre feuille de route et organiser des débats autour de la crise politique. Rivalisant ainsi la société civile dans son projet. Un supplément d'idée pour compléter où conforter celle du collectif des associations. Une dualité qui risque de compromettre l'action populaire en faveur d'une solution consensuelle et compatible avec la requête citoyenne. Tout le problème réside dans l'acronyme « consensus» qui signifie réunir toutes les propositions en une seule idée concordante avec les exigences du peule. Un dilemme pour l'élite algérienne qui devrait investir davantage dans une stratégie fiable pour parvenir à convaincre le citoyen de l'efficacité de la solution consensuelle, politiquement parlant. Egalement, rassembler et persuader toute la société dans sa diversité et spécificité, sans exclusion de la possibilité d'édifier un Etat de Droit, libre et civil. Ce qui réduit l'action commune en une action sélective des revendications. Plancher sur toutes les différences sociales, notamment, culturelle, pourrait ralentir l'exécution d'un tel projet, d'où l'impératif de la force caractérielle des initiateurs de ces feuilles de routes. Formuler une argumentation logique à chaque point inscrit dans la plate-forme afin de pouvoir évaluer ainsi l'équation de la mise en œuvre de toutes ces propositions politique et son succès sur le terrain et faire face au statu quo du chef de corps d'armée, Ahmed Gaid Salal, qui s'oppose à la période de transition. Dans l'intérêt de toute une nation, chaque action doit traduire une volonté citoyenne afin de parvenir à sortir de la crise politique et éviter l'embrasement de la situation. Pour ce faire, il faut garantir un climat favorable pour l'organisation des élections présidentielles pour élire un nouveau président, conformément à la légitimité constitutionnelle. Par la suite, accompagner le peuple dans la concrétisation de son projet visant la réformation de tous les secteurs, sans exception. C'était le premier point abordé par la feuille de route de la société civile, qui a conclu à terme de sa réunion de samedi à un retour obligatoire au processus électoral avec une période de transition allant de 6 mois à un an. Même proposition a été formulée, il y a quelques semaines par l'ex chef du gouvernement Ahmed Benbitour, qui a évalué la durée de la transition de 8 à 12 mois. Il a appelé à l'instar de plusieurs autres personnalités à accélérer le processus électoral ainsi résoudre la crise politique. Certains de ces personnalités désignées par certains hirakistes pour les représenter n'excluent pas l'option du dialogue, sans compromettre le projet populaire. Une dynamique saluée par le peuple qui scrute chaque point de cette feuille de route avant de délibérer, sans oublier la position du chef de corps d'armée dont la proposition ne concorde pas avec celle du peuple.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.