Le projet de loi de finances complémentaire 2020 en chiffres    Le Snapo suggère l'utilisation de masques en tissu    Le déconfinement divise les Algériens    Dr Mohamed Bekkat Berkani évoque un "déconfinement territorial"    Plus de 5.000 poursuites judiciaires    Ouargla-Covid19: distribution de 100 000 bavettes aux citoyens    L'ADE promet de l'eau H24 pour Sétif    Plus de 10 000 agriculteurs sans carte professionnelle    ALGERIE-TURQUIE : Le président Tebboune s'entretient par téléphone avec Erdogan    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    8 soldats tués dans une attaque attribuée aux Houthis    Le renouvellement de Sayoud, une priorité    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    LE MINISTRE BELHIMER AFFIRME : L'accès à l'information relève du "droit au service public"    Le journaliste Drareni reste en prison    L'approche fiscale adoptée face au recul des recettes pétrolières (PLFC 2020): des députés émettent des réserves    Les pêcheurs de Mostaganem comptent faire le plein    Les habitants de la cité Makhat protestent    4 826 individus arrêtés à Mascara    Des commerces sommés de fermer à Relizane    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    Le HCA plaide pour l'élaboration d'"une carte linguistique de Tamazight" en Algérie    Covid19: 160 nouveaux cas, 211 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24h    Plan d'annexion israélien en Cisjordanie : "une telle décision ne peut pas rester sans réponse"    Crise libyenne: Boukadoum exprime la "profonde" préoccupation de l'Algérie et sa disposition à abriter le dialogue libyen    Sport-Coronavirus: le contrôle médical des athlètes d'élite impératif avant la reprise    Massacres du 8 mai 1945: des crimes revêtant une dimension génocidaire    Il y a 30 ans, un drame affligeait le handball algérien    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    L'Arav sévit, la police ouvre une enquête    The mask    Irresponsables !    organisée dans cette ville Vive tension à Kherrata    WA Tlemcen: Le Widad caresse le rêve de l'accession    Embarek Houcinat n'est plus    Boumerdès: Le procès de Hamel, son fils et d'ex-responsables reporté    Amar Belhimer: La presse nationale «présente des faiblesses structurelles»    Mutation et promotion de cadres de la wilaya    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    AS Monaco: Slimani, une situation paradoxale    FAUSSES EVIDENCES    Guerre de libération nationale: Djanina Messali Benkalfat raconte Messali Hadj    France: Comment sont enterrés les musulmans isolés et sans ressources ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les idées sont au chevet des actions
Publié dans La Nouvelle République le 16 - 06 - 2019

Première réunion audacieuse après quatre mois de crise et un travail marathonien consacré par les membres de la société civile a conclu sur l'approbation d'une feuille de route commune, étant un prélude pour résoudre la crise politique dans le pays.
Ainsi prédéfinir, par ordre de priorité, les différentes étapes de la période de transition, précédant l'organisation des élections présidentielles, comme revendiqué par le peuple. L'enjeu est de taille. Il s'agit de construire une seconde république sur les principes de la liberté, de la démocratie et de la justice indépendante. Sans oublier la tolérance d'autrui. Une consécration totale à l'édification d'une nouvelle Algérie. C'est l'idée de fond de ce projet, mais reste à déterminer la forme dont l'importance n'est pas moindre que l'idée fondamentale. Simultanément, plusieurs autres personnalités politiques et publiques, particulièrement actives sur le net et dans les médias, appellent à se concerter pour formuler une autre feuille de route et organiser des débats autour de la crise politique. Rivalisant ainsi la société civile dans son projet. Un supplément d'idée pour compléter où conforter celle du collectif des associations. Une dualité qui risque de compromettre l'action populaire en faveur d'une solution consensuelle et compatible avec la requête citoyenne. Tout le problème réside dans l'acronyme « consensus» qui signifie réunir toutes les propositions en une seule idée concordante avec les exigences du peule. Un dilemme pour l'élite algérienne qui devrait investir davantage dans une stratégie fiable pour parvenir à convaincre le citoyen de l'efficacité de la solution consensuelle, politiquement parlant. Egalement, rassembler et persuader toute la société dans sa diversité et spécificité, sans exclusion de la possibilité d'édifier un Etat de Droit, libre et civil. Ce qui réduit l'action commune en une action sélective des revendications. Plancher sur toutes les différences sociales, notamment, culturelle, pourrait ralentir l'exécution d'un tel projet, d'où l'impératif de la force caractérielle des initiateurs de ces feuilles de routes. Formuler une argumentation logique à chaque point inscrit dans la plate-forme afin de pouvoir évaluer ainsi l'équation de la mise en œuvre de toutes ces propositions politique et son succès sur le terrain et faire face au statu quo du chef de corps d'armée, Ahmed Gaid Salal, qui s'oppose à la période de transition. Dans l'intérêt de toute une nation, chaque action doit traduire une volonté citoyenne afin de parvenir à sortir de la crise politique et éviter l'embrasement de la situation. Pour ce faire, il faut garantir un climat favorable pour l'organisation des élections présidentielles pour élire un nouveau président, conformément à la légitimité constitutionnelle. Par la suite, accompagner le peuple dans la concrétisation de son projet visant la réformation de tous les secteurs, sans exception. C'était le premier point abordé par la feuille de route de la société civile, qui a conclu à terme de sa réunion de samedi à un retour obligatoire au processus électoral avec une période de transition allant de 6 mois à un an. Même proposition a été formulée, il y a quelques semaines par l'ex chef du gouvernement Ahmed Benbitour, qui a évalué la durée de la transition de 8 à 12 mois. Il a appelé à l'instar de plusieurs autres personnalités à accélérer le processus électoral ainsi résoudre la crise politique. Certains de ces personnalités désignées par certains hirakistes pour les représenter n'excluent pas l'option du dialogue, sans compromettre le projet populaire. Une dynamique saluée par le peuple qui scrute chaque point de cette feuille de route avant de délibérer, sans oublier la position du chef de corps d'armée dont la proposition ne concorde pas avec celle du peuple.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.