Commerce: Rezig préside une réunion avec les cadres centraux    Boumerdes : remise de clés aux bénéficiaires de 4.450 logements    Boukadoum réaffirme le rejet par l'Algérie de toute ingérence étrangère en Libye    La liste de Hakim Belahcel à la tête de l'instance présidentielle    COVID-19 : le wali d'Alger exclut la possibilité d'imposer un confinement partiel aux communes de la wilaya    470 nouveaux cas confirmés et 8 décès en Algérie    La PCH instruite de distribuer les moyens de protection au personnel médical le plus tôt possible    10 ANS DE PRISON REQUIS CONTRE UN COUPLE : Vaste escroquerie immobilière à Oran    ALGERIENNE DES EAUX (ADE) : Réception de 06 projets en juillet à Mostaganem    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION A MOSTAGANEM : 08 morts et 590 blessés au 1er semestre    Le Président Tebboune présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres consacrée au Plan national de relance socioéconomique    Le chanteur Belkhir Mohand-Akli s'éteint à 69 ans    Marchandises-prix: baisse de 14,3 % à l'exportation, hausse de 1,3 % à l'importation au 1er trimestre 2020    "Nous devons la vérité aux Algériens"    Le RCD dénonce la "reconduction de schémas sortis des laboratoires de la police politique"    Les 4 samedis    Goudjil et Chenine s'impliquent lourdement    Kaïs Saïed met en garde contre un danger interne    La BAD octroie une aide d'urgence pour la Libye    Forte convergence sur le dossier libyen entre Alger et Rome    La reprise à nouveau renvoyée    Khacef veut continuer à Bordeaux    34 personnes qui fêtaient un anniversaire, arrêtées    Les athlètes «qualifiés et qualifiables» autorisés à reprendre les entraînements    Mohamed Yahiaoui installé à la tête de la commission    Le blues des colonies et l'implacable holocauste des origines    Les journalistes seront expulsés des chambres de Sidi Fredj    La France risque de perdre le marché algérien    Nouvelle lune de miel entre Alger et Paris    "Tout geste unilatéral serait diplomatiquement malheureux"    Vers un mouvement de désobéissance civile au Mali    Le P-DG et 3 responsables de l'EPMC sous mandat de dépôt    Le port de Skikda et les instructions d'Amar Ghoul    Le barreau s'engage à défendre les droits de la victime    "Nous avons 25 milliards en instance d'encaissement"    Boussouf prêté à Courtrai puis à Eindhoven    L'exemple français    Khaled rêve d'un Maghreb uni    Numidia TV dans la tourmente    L'ONEC dénonce les déclarations de Marine Le Pen contre l'Algérie    Suite à une panne dans le réseau: Des coupures du courant électrique dans plusieurs quartiers à Sidi Chami    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    Entre la liberté de réfléchir et l'interdiction de penser    Institut Cervantès d'Oran: Le cycle « Hispanistadesdecasa » à partir de demain    Les précisions de Ferhat Ait Ali    Les Algériens non concernés    Impact du Covid-19: la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le fléau de la corruption perdure
Publié dans La Nouvelle République le 27 - 06 - 2019

La matérialisation de la décision du gouvernement de transférer certaines compétences de Directions centrales à des Directions locales dans les secteurs de l'habitat, du tourisme et de l'environnement n'est toujours pas à l'ordre du jour des structures locales.
A ce niveau, la bureaucratie poursuit son œuvre de blocage des initiatives de relance des activités du secteur du tourisme. Pratiquement dans toutes les wilayas, le temps est aux réunions sans lendemain ou aux cérémonies officielles de la saison estivale que l'on organise avec les mêmes animateurs, généralement des gestionnaires d'agence de voyage et de tourisme extérieur. Et pourtant, la décision prise par le gouvernement ne prête à aucune autre interprétation et encore moins un quelconque retard. Cette décision précise, les prérogatives des structures concernées pour le transfert aux wilayas et wilayas déléguées, les modalités relatives à l'octroi et la délivrance du certificat d'urbanisme, celui de l'agrément pour l'exercice de la profession de promoteur immobilier et d'agent immobilier, et l'approbation des études sur l'environnement de 43 projets.
Les responsables concernés de part et d'autres paraissaient ignorer la mesure préconisée par le gouvernement. Ce dernier a, pourtant, précisé que la mesure vise «le rapprochement de l'administration du citoyen, la simplification des procédures administratives et l'instauration de plus de décentralisation au sein des administrations publiques». Selon des informations collectées au fil de nos investigations, alors que nos voisins de l'est et de l'ouest se sont lancés dans des activités touristiques autres que celle de la gestion des voyages organisés à destination des lieux saints, dans notre pays, on est encore à compter les lits. Nos sites touristiques paradisiaques partout dans l'immensité de l'Algérie restent étrangement désertés.
On en est aussi à toujours à poser la question du refus des investisseurs nationaux et étrangers à s'intéresser à notre pays. C'est comme si, le secteur du tourisme algérien s'est figé au lendemain des dénonciations sans équivoques de Abdelkader Bengrina, ancien ministre du Tourisme et de l'Artisanat, actuellement président du parti politique El Bina. Cet ancien haut responsable a évoqué la dilapidation des biens touristiques propriétés de l'État. Comme il a mis en relief les difficultés rencontrées par les opérateurs économiques nationaux et étrangers à investir dans notre pays à l'image de Chelkh Abdallah Ben Jassen II, responsable des investissements au Qatar. Il s'était déplacé en Algérie avec dans sa mallette 12 milliards de dollars destinés à la réalisation de plusieurs hôtels, résidences et sites touristiques. Il en est reparti en affirmant publiquement que des responsables algériens ont demandé du bakchich pour l'autoriser à investir.
Dans le lot, il y a l'ex-directeur général des résidences d'État du Sahel (Club des Pins) et de la société d'investissements hôteliers (SIH) Hamid Melzi. Celui-là même qui a vendu Moretti au dinar symbolique, et des villas cossues de 200 à 300 millions DA cédées à des prix bas. Une d'entre elles n'a pas atteint les 140.000 DA. La même politique du bakchich est appliquée dans la majorité des wilayas, particulièrement celles à fort potentiel touristique. Quiconque intéressé par un investissement dans le secteur doit obligatoirement débourser. Il n'en demeure pas moins que de nombreux workshop ont été organisés à travers le pays au profit des professionnels. L'objectif était de vanter le produit touristique algérien sous toutes ses formes. Pour permettre aussi de passer en revue la multitude d'atouts susceptibles d'attirer les touristes étrangers.
Dans ce contexte, l'accent a été mis sur la nécessité de tout mettre en œuvre pour faire connaître davantage l'Algérie et ses énormes potentialités, afin de conquérir ce marché prometteur. D'où l'importance de multiplier les manifestations de promotion de la destination à travers l'organisation de workshops et campagnes de communication. C'est dire qu'à elle seule, la décision du gouvernement de transférer certaines compétences de Directions centrales à des Directions locales dans les secteurs de l'habitat, du tourisme et de l'environnement ne suffit pas.
Comme il a été souligné par les spécialistes du tourisme, la nécessité d'aller de l'avant pour relever les multiples défis imposés au secteur et gagner d'autres challenges destinés, notamment, à faire de l'Algérie une «Smart destination» s'appuyant sur le concept du tourisme durable. Les mêmes spécialistes ont estimé urgent la création d'un pôle d'observation et de prospective qui sera un véritable tableau de bord régional. Cette structure aura pour mission le positionnement de l'Algérie comme destination «nature» et «aventure» durable. Mais faudrait-il d'abord combattre le fléau de la corruption qui perdure et qui impose à tout opérateur économique de débourser pour espérer disposer d'un document.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.