Tebboune autorise la réouverture progressive des mosquées et des plages    4 ans de prison ferme requis à l'encontre de Drarni, Belarbi et Hamitouche    Décès de Saïd Amara: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Constantine: saisie de 90 000 comprimés psychotropes    Djerad accuse des parties qui chercheraient à provoquer la « Fitna »    AID EL ADHA : Plus de 10 000 commerçants non mobilisés ont assuré la permanence    Louisa Hanoune évoque son emprisonnement    COUPURES DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE : Le DG de l'ADE s'explique    TRAITEMENT CONTRE LA COVID-19 : Le ministre de la santé Benbouzid apporte des précisions    Covid-19: 507 nouveaux cas, 482 guérisons et 8 décès    Boumerdès: fin de confinement pour 236 algériens rapatriés de Russie    M'hamed Benredouane enterré au cimetière de Bouzaréah à Alger    Raids israéliens sur Ghaza: le Hamas dénonce une "escalade et une agression"    FEUX DE FORETS : 8800 Hectares ravagés en 2 mois    MOSTAGANEM : Les citoyens appelés au respect des horaires de dépôt des ordures ménagères    La chaîne "El Maarifa" désormais diffusée sur Nilesat    6 personnes tuées dans l'explosion d'un engin artisanal    Louisa    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    L'opposition prépare une deuxième motion de défiance contre Ghannouchi    Trump provoque un tollé politique en évoquant un possible report de la présidentielle    Alger surprise par la liste de l'UE    L'hommage unanime du métier    À fleur de peau de Meriem Mesraoua au Festival du film de Venise    18 civils tués dans une attaque de Boko Haram    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    Talaie El-Houriat réclame des réformes structurelles profondes    Le combat douteux du syndicat    Décès de l'ancien président de la FAF, Saïd Amara    Trois candidats en compétition    La fille des Aurès    Fin de cavale pour le secrétaire particulier de Gaïd Salah    "Le 4e art est le produit de luttes engagées"    Une palette azurée pour effacer le gris du confinement    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    CHEQUES ET LIQUIDITES    Nucléarisation rampante    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    Mesurer les distances à l'œil nu    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





6.800 agents et 25 laboratoires en alerte
Publié dans La Nouvelle République le 20 - 07 - 2019

Outre la mission qu'ils ont la charge d'entreprendre durant la saison estivale, les services de contrôle au ministère du commerce participent aux travaux de la commission nationale pluridisciplinaire. Celle-ci est chargée de la préparation de ladite saison placée sous la tutelle du ministère de l'Intérieur.
Composée de représentants des secteurs du tourisme, de la santé, de l'environnement, des ressources en eau et de l'énergie, cette commission complète, à travers des commissions de wilayas, celle du ministère du Commerce au niveau local. L'objectif est de couvrir le plus grand nombre d'espaces commerciaux et de régions, a-t-il ajouté. Sur sa lancée, l'inspecteur général a révélé l'enregistrement de plus de 1.700 infractions commerciales durant le seul mois de juillet à Alger. Comme il a indiqué qu'à travers ses services extérieurs, le secteur contribue aux travaux des commissions communales chargées de la protection de la santé. Les éléments de celle-ci sont répartis à travers les wilayas côtières confrontées à une forte affluence des estivants chaque année.
C'est, donc, un véritable branle-bas de combat auquel s'est adonnée l'inspection générale. Et comment en serait-il autrement quand on sait qu'elle a procédé au déploiement de quelques 6.800 agents au niveau national et 25 laboratoires spécialisés dans le contrôle de la qualité et la lutte contre la fraude. Il y a aussi la lutte contre la corruption et l'impunité indispensable dans la marche vers le développement sous entendant la maîtrise du contrôle de toutes les places commerciales. Ce qui impose la contribution de la société civile. Sa participation aurait permis de prêter main-forte à toute initiative visant à assainir la gestion de ce secteur. A ces moyens humains et matériels s'ajoutent ceux des services de police et de la Gendarmerie nationale.
L'objectif assigné aux uns et aux autres est d'effectuer le contrôle technique des marchandises et produits commercialisés. Cette démarche importante a été précédée par celle du ministère du Commerce. Ce dernier a entamé l'examen du dossier des agents de contrôle conformément à l'engagement qu'il avait pris. Ce dernier consiste en la prise en charge des revendications portant sur la révision du statut, l'élargissement du Fonds de revenus complémentaire (FRC), le régime indemnitaire au profit des agents ainsi que celui indemnitaire au profit des corps techniques chargés du contrôle et des dossiers de la formation et des promotions. Rappelons que durant les 9 premiers mois de l'année écoulée, plus de 170.000 infractions avaient été relevées dans le cadre des 1.391.629 interventions effectuées.
Celles-ci ont permis l'établissement de 161.539 procès-verbaux de poursuites judiciaires ainsi que la proposition de fermeture de 12.497 locaux commerciaux. Ces statistiques ne précisent pas si, quelque part, en collaboration avec les acteurs des services décentralisés et des autorités locales, des dispositions ont été prises pour remédier à ce fléau que représente le marché parallèle avec tout ce qu'il véhicule comme maladie. C'est le cas des effets vestimentaires mis sur le marché parallèle. A base de textile plastique, ils représentent un danger potentiel pour la santé publique. Ce sont également ces lunettes, ces jus et ces limonades, produits laitiers et bien d'autres dont les producteurs ne disposent pas de siège social ou même de numéro fiscal attestant de leur existence morale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.