«Le dialogue doit prendre en considération les craintes légitimes de l'opposition»    Plus de 82 % des citoyens satisfaits des services de police    Omari insiste sur l'accompagnement des projets agricoles    Les modalités de fonctionnement d'un compte d'affectation spéciale fixées au JO    Rentrée sociale et balance des paiements au menu    Signature d'une convention entre le secteur des forêts et l'unité d'ingénierie    Hassan Rabehi à Ouargla évoque le rôle capital des médias    ARRESTATION DU DIRECTEUR DE L'AGENCE FONCIERE D'ORAN : Plusieurs hauts responsables impliqués dans un scandale immobilier    TISSEMSILT : Des coupures intempestives d'électricité au quotidien    30 milliards de dollars dilapidés au ministère du Travail    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    COUR SUPREME : Tayeb Louh placé sous mandat de dépôt    COUR DE JUSTICE DE MOSTAGANEM : Le nouveau président et le procureur général installés    Drame du concert de Soolking : 5 morts et 17 blessés    BIR EL DJIR (ORAN) : Le nouveau maire suspendu par le wali    RENTREE SCOLAIRE A MASCARA : Plus de 230.000 élèves bientôt sur les bancs de classes    JUSTICE : Zeghmati veut nettoyer son secteur    Naples: Lozano a signé (officiel)    Real Madrid: Neymar, un pied qui inquiète    Vers la fin du pouvoir militaire ?    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Les souscripteurs montent au créneau    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Amrani reste    Velud : "Je suis confiant pour la qualification"    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits
Publié dans La Nouvelle République le 22 - 07 - 2019

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a indiqué jeudi que, à mesure que les missions onusiennes touchent à leur terme, des partenariats plus solides étaient nécessaires pour que les pays sortant d'un conflit puissent passer avec succès à une phase de paix et de développement durables.
L'ONU met davantage l'accent sur les périodes de transition, lorsqu'elle réoriente ses missions ou quitte un pays, a-t-il déclaré lors d'une réunion du Conseil de sécurité sur le renforcement des partenariats pour une transition réussie sous contrôle national. Le processus de réforme en cours aux Nations Unies conduit à davantage d'«engagement conjoint», allant du déploiement de missions de paix à leur réorientation et à leur retrait éventuel, a poursuivi M. Guterres. Le chef de l'ONU a souligné l'importance des partenariats et de la collaboration étroite entre l'ONU et les gouvernements hôtes pour assurer des transitions réussies. «Nous devons établir des priorités et renforcer les partenariats avec les parties prenantes nationales, à travers le système des Nations unies, avec les institutions financières internationales et avec les Etats membres, en vue d'une action collective susceptible d'assurer leur succès», a expliqué le secrétaire général. Des partenariats solides peuvent aider à éviter une perte de soutien lorsque l'ONU réduit ou modifie sa présence dans un pays, a-t-il estimé. Les pays qui «se remettent d'un conflit peuvent faire face à des défis urgents et complexes» et ont besoin d'un soutien pour s'attaquer aux «causes profondes des conflits» dans des domaines tels que le leadership politique, les institutions fortes et le développement durable, a noté le chef de l'ONU. Il a cité le Cadre de coopération des Nations unies pour le développement durable comme «outil central» de ce soutien. Il a insisté sur le fait que le rôle de l'ONU dans les transitions devait être «global et cohérent» et fonctionner de manière intégrée pour s'attaquer aux facteurs de conflit, notamment «la pauvreté, l'exclusion, les inégalités, la discrimination et les violations des droits de l'homme, exacerbées par le changement climatique et le mouvement des personnes». Les phases de transition après le départ des missions de l'ONU ne doivent pas être négligées Les phases de transition liées au départ ou à la reconfiguration d'une mission des Nations unies dans un pays ne doivent pas être négligées, a indiqué jeudi le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres. Les missions politiques spéciales et les opérations de maintien de la paix des Nations unies sont «efficaces» mais «temporaires» pour la paix et la sécurité internationales, a indiqué le chef de l'ONU lors d'une réunion du Conseil de sécurité consacrée à la consolidation de la paix. «Nous nous concentrons davantage sur les moments de transition, lorsque nos missions sont reconfigurées ou quittent un pays». M. Guterres a rappelé que la phase de transition dans laquelle entre une mission de l'ONU est généralement le résultat d'un progrès vers la paix. Mais les transitions de mission posent également des risques. Les gains stratégiques obtenus au cours de décennies de soutien international peuvent être en jeu. «Nous devons tirer des enseignements des exemples précédents, notamment ceux du Timor-Leste et de la Côte d'Ivoire, qui fournissent des enseignements importants sur le partenariat et la continuité», a signalé M. Guterres. Le rôle des Nations Unies dans les processus de transition doit être global et cohérent, et s'articuler de manière intégrée pour s'attaquer aux facteurs de conflits interdépendants et souvent persistants tels que la pauvreté, l'exclusion, l'inégalité, la discrimination et les violations des droits de l'Homme, exacerbés par le changement climatique et les déplacements de populations. Il a indiqué que le processus de réforme en cours de l'ONU permet un engagement accru, en soutien aux efforts nationaux, déployés tout au long du continuum de paix, depuis le déploiement d'une mission de maintien de la paix jusqu'au retrait et à la reconfiguration d'une mission politique. Si les gouvernements sont les principaux partenaires de l'ONU dans ces processus, les bailleurs de fonds, les organisations internationales et régionales, les institutions financières internationales, la société civile, les institutions locales et le monde des affaires ont tous un rôle essentiel à jouer. «La nature changeante de notre appui nous incite davantage à collaborer, à communiquer et à participer à un effort collectif dans lequel chacun a un rôle à jouer et un enjeu de réussite», a souligné le chef de l'ONU.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.