Tebboune autorise la réouverture progressive des mosquées et des plages    4 ans de prison ferme requis à l'encontre de Drarni, Belarbi et Hamitouche    Décès de Saïd Amara: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Constantine: saisie de 90 000 comprimés psychotropes    Djerad accuse des parties qui chercheraient à provoquer la « Fitna »    AID EL ADHA : Plus de 10 000 commerçants non mobilisés ont assuré la permanence    Louisa Hanoune évoque son emprisonnement    COUPURES DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE : Le DG de l'ADE s'explique    TRAITEMENT CONTRE LA COVID-19 : Le ministre de la santé Benbouzid apporte des précisions    Covid-19: 507 nouveaux cas, 482 guérisons et 8 décès    Boumerdès: fin de confinement pour 236 algériens rapatriés de Russie    M'hamed Benredouane enterré au cimetière de Bouzaréah à Alger    Raids israéliens sur Ghaza: le Hamas dénonce une "escalade et une agression"    FEUX DE FORETS : 8800 Hectares ravagés en 2 mois    MOSTAGANEM : Les citoyens appelés au respect des horaires de dépôt des ordures ménagères    La chaîne "El Maarifa" désormais diffusée sur Nilesat    6 personnes tuées dans l'explosion d'un engin artisanal    Louisa    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    L'opposition prépare une deuxième motion de défiance contre Ghannouchi    Trump provoque un tollé politique en évoquant un possible report de la présidentielle    Alger surprise par la liste de l'UE    L'hommage unanime du métier    À fleur de peau de Meriem Mesraoua au Festival du film de Venise    18 civils tués dans une attaque de Boko Haram    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    Talaie El-Houriat réclame des réformes structurelles profondes    Le combat douteux du syndicat    Décès de l'ancien président de la FAF, Saïd Amara    Trois candidats en compétition    La fille des Aurès    Fin de cavale pour le secrétaire particulier de Gaïd Salah    "Le 4e art est le produit de luttes engagées"    Une palette azurée pour effacer le gris du confinement    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    CHEQUES ET LIQUIDITES    Nucléarisation rampante    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    Mesurer les distances à l'œil nu    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits
Publié dans La Nouvelle République le 22 - 07 - 2019

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a indiqué jeudi que, à mesure que les missions onusiennes touchent à leur terme, des partenariats plus solides étaient nécessaires pour que les pays sortant d'un conflit puissent passer avec succès à une phase de paix et de développement durables.
L'ONU met davantage l'accent sur les périodes de transition, lorsqu'elle réoriente ses missions ou quitte un pays, a-t-il déclaré lors d'une réunion du Conseil de sécurité sur le renforcement des partenariats pour une transition réussie sous contrôle national. Le processus de réforme en cours aux Nations Unies conduit à davantage d'«engagement conjoint», allant du déploiement de missions de paix à leur réorientation et à leur retrait éventuel, a poursuivi M. Guterres. Le chef de l'ONU a souligné l'importance des partenariats et de la collaboration étroite entre l'ONU et les gouvernements hôtes pour assurer des transitions réussies. «Nous devons établir des priorités et renforcer les partenariats avec les parties prenantes nationales, à travers le système des Nations unies, avec les institutions financières internationales et avec les Etats membres, en vue d'une action collective susceptible d'assurer leur succès», a expliqué le secrétaire général. Des partenariats solides peuvent aider à éviter une perte de soutien lorsque l'ONU réduit ou modifie sa présence dans un pays, a-t-il estimé. Les pays qui «se remettent d'un conflit peuvent faire face à des défis urgents et complexes» et ont besoin d'un soutien pour s'attaquer aux «causes profondes des conflits» dans des domaines tels que le leadership politique, les institutions fortes et le développement durable, a noté le chef de l'ONU. Il a cité le Cadre de coopération des Nations unies pour le développement durable comme «outil central» de ce soutien. Il a insisté sur le fait que le rôle de l'ONU dans les transitions devait être «global et cohérent» et fonctionner de manière intégrée pour s'attaquer aux facteurs de conflit, notamment «la pauvreté, l'exclusion, les inégalités, la discrimination et les violations des droits de l'homme, exacerbées par le changement climatique et le mouvement des personnes». Les phases de transition après le départ des missions de l'ONU ne doivent pas être négligées Les phases de transition liées au départ ou à la reconfiguration d'une mission des Nations unies dans un pays ne doivent pas être négligées, a indiqué jeudi le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres. Les missions politiques spéciales et les opérations de maintien de la paix des Nations unies sont «efficaces» mais «temporaires» pour la paix et la sécurité internationales, a indiqué le chef de l'ONU lors d'une réunion du Conseil de sécurité consacrée à la consolidation de la paix. «Nous nous concentrons davantage sur les moments de transition, lorsque nos missions sont reconfigurées ou quittent un pays». M. Guterres a rappelé que la phase de transition dans laquelle entre une mission de l'ONU est généralement le résultat d'un progrès vers la paix. Mais les transitions de mission posent également des risques. Les gains stratégiques obtenus au cours de décennies de soutien international peuvent être en jeu. «Nous devons tirer des enseignements des exemples précédents, notamment ceux du Timor-Leste et de la Côte d'Ivoire, qui fournissent des enseignements importants sur le partenariat et la continuité», a signalé M. Guterres. Le rôle des Nations Unies dans les processus de transition doit être global et cohérent, et s'articuler de manière intégrée pour s'attaquer aux facteurs de conflits interdépendants et souvent persistants tels que la pauvreté, l'exclusion, l'inégalité, la discrimination et les violations des droits de l'Homme, exacerbés par le changement climatique et les déplacements de populations. Il a indiqué que le processus de réforme en cours de l'ONU permet un engagement accru, en soutien aux efforts nationaux, déployés tout au long du continuum de paix, depuis le déploiement d'une mission de maintien de la paix jusqu'au retrait et à la reconfiguration d'une mission politique. Si les gouvernements sont les principaux partenaires de l'ONU dans ces processus, les bailleurs de fonds, les organisations internationales et régionales, les institutions financières internationales, la société civile, les institutions locales et le monde des affaires ont tous un rôle essentiel à jouer. «La nature changeante de notre appui nous incite davantage à collaborer, à communiquer et à participer à un effort collectif dans lequel chacun a un rôle à jouer et un enjeu de réussite», a souligné le chef de l'ONU.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.