Mali: appel à un retour rapide à l'ordre constitutionnel et une transition civile    Tizi-Ouzou: 2 oléiculteurs locaux primés au concours national Djaffar Aloum    Décès de l'historien Abdelmadjid Merdaci: Goudjil présente ses condoléances    Libye: levée "sous conditions" du blocus sur les champs et ports pétroliers    Affaire Prince Ibara: l'interdiction de recrutement infligée à l'USMA levée    Parution du livre "Béjaïa, terre des lumières" de Rachik Bouanani    Ligue 1-USMA: l'entraîneur Ciccolini attendu dimanche à bord d'un vol spécial    CAN U17 et U20 (Qualifications): les sélections nationales en stage en septembre    Quelque 3300 habitations palestiniennes démolies les six dernières années    Covid-19: des sociétés d'assurance font un don à la PCH    Les nouveaux membres de la CRTF installés hier    Projet de musée dédié au costume traditionnel    Le manque de médecins gynécologues, justifié par leur choix du secteur privé    ANP: installation du commandant de l'Ecole d'application de la reconnaissance    Tebboune adresse une instruction aux membres du gouvernement et aux responsables des corps de sécurité    Rezig préside une réunion sur la promotion des exportations de services    Décès de Abdelmadjid Merdaci: le Président Tebboune présente ses condoléances    Le comité de village de Tighilt-Mahmoud perpétue les valeurs de "Tajmaat"    Le développement des zones d'ombre passe par la promotion de leurs habitants    Décès du sociologue et historien Abdelmadjid Merdaci    Le Président opère un mouvement partiel dans le corps diplomatique    Des intellectuels appellent à la libération des détenus politiques et d'opinion    Khaled Drareni emprisonné : la liberté d'expression condamnée à Alger.    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    La dernière ligne droite    Entre les espoirs d'un vaccin et la baisse des stocks et de l'offre    Fin des épreuves aujourd'hui    13 décès et 232 nouveaux cas en 24 heures    76 harragas interceptés en 24 heures    75 permis de chasse délivrés    Régime sec    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    Recours introduit pour la sanction de Mellal    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    Tizi Ouzou : Les distributeurs de lait saisissent les autorités    Les non-dits    CORONA, l'ennemi sans nom    Vers l'abolition du règlement de Dublin sur les demandes d'asile    La France regrette que le gouvernement ne soit toujours pas formé    La fille des Aurès    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    La Protection civile dresse son bilan: Plus de 7 millions d'estivants et 7 noyades depuis le 15 août    Paix et subterfuges    Détournement, dilapidation de deniers publics...: 8 ans de prison pour Ould-Abbès et 4 pour Barkat    Le Président Tebboune honore un engagement fondamental    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Nos alliés et nos adversaires militarisent l'espace», dit la ministre des Armées
Publié dans La Nouvelle République le 29 - 07 - 2019

Des avions de combat non identifiés opérant pour le compte du maréchal Khalifa Haftar, ont bombardé aujourd'hui 27 juillet 2019 l'école de l'Armée de l'air située à Misrata. Espionnage, brouillage, cyberattaques, armes antisatellite. L'espace, indispensable aux opérations militaires, est devenu un champ de confrontation entre nations.
Les plus grandes puissances spatiales mondiales notamment les États-Unis, la Chine et la Russie sont engagées depuis plusieurs années dans une course pour la domination de l'espace et en mars 2019, L'Inde a rejoint le club très fermé des nations capables d'abattre par un tir de missile un satellite dans l'espace. Or ; La ministre des Armées françaises Florence Parly dévoile la nouvelle stratégie spatiale française, au côté du général Philippe Lavigne, depuis la base de Lyon Mont Verdun le 25 juillet 2019. «Il s'agit de décourager, voire de se protéger activement des agressions de nos adversaires potentiels», a fait savoir Florence Parly le 16 juillet à l'Assemblée nationale, en rappelant le cas du «satellite-espion» russe Louch-Olympe qui avait tenté en 2017 de s'approcher du satellite militaire franco-italien Athena-Fidus.
La Loi de programmation militaire française (PME) 2019-2025 prévoit en l'état un budget de 3,6 milliards d'euros pour le spatial de défense. Il doit notamment permettre de financer le renouvellement des satellites français d'observation CSO et de communication (Syracuse), de lancer en orbite trois satellites d'écoute électromagnétique (CERES) et de moderniser le radar de surveillance spatiale GRAVES. Avec ses deux milliards d'euros d'investissements annuels dans le spatial militaire et civil, la France reste loin derrière le trio de tête du secteur : les États-Unis investissent annuellement 50 milliards de dollars dans le spatial, la Chine 10 milliards et la Russie 4 milliards, selon les chiffres du gouvernement français.
«Aujourd'hui, nos alliés et nos adversaires militarisent l'espace. Nous devons agir. Nous devons être prêts, Des satellites espionnés, brouillés, ou encore éblouis: les moyens de gêner, neutraliser ou détruire les capacités spatiales adverses existent et se développent», a-t-elle souligné, en dévoilant la nouvelle stratégie spatiale de défense de la France. En effet, Paris reconnaît le retard dans les armes laser à haute énergie utilisées pour aveugler les satellites, indiquent certaines agences d'informations. Il s'agit dans le mode défensif, de protéger avant tout les satellites et une éventuelle station orbitale d'une collision délibérée opérée par un autre objet en orbite ou éviter un missile anti-satellite.
En mode offensif, les plates-formes utilisées en orbite basse pourraient être armées avec des ogives nucléaires ou à neutrons, ou plus simplement dotés de lanceurs cinétiques, ajoute-t-on Dans ce volet il faut savoir que les ressources spatiales françaises à défendre contre une éventuelle attaque en orbite ne sont pas aussi importants que celles des États-Unis, de la Russie ou de la Chine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.