Les gardiens nominés pour le trophée Yachine    Six demandes de rendez-vous déposées auprès de l'ANIE    Pour renflouer les caisses sociales déficitaires :    «Nos structures de maintenance sont certifiées par l'aviation civile»    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    PROPOS DE SAADANI SUR LE SAHARA OCCIDENTAL : Le gouvernement réagit    Drapeau amazigh : Quatre détenus devant le juge au tribunal de Sidi M'hamed    CNAS : Le système de gouvernance critiqué    TIZI-OUZOU : Un jeune de 26 ans sauvagement assassiné à Boghni    ECOLE PRIMAIRE ‘'CHEIKH ABDERRAHMANE DISSI ‘' A MOSTAGANEM : La surcharge de deux classes irrite les parents d'élèves    GROUPEMENT DE GENDARMERIE DE MOSTAGANEM : Saisie de 7440 comprimés de psychotropes sur la RN°11    Real Madrid: contre Galatasaray, Zidane joue gros...    Des enseignants protestent devant le siège du ministère de l'Education    L'autre révolution des Tunisiens    Les Libanais crient liberté, révolution    Daesh derrière le bouclier d'Erdogan    Djaballah poursuit en justice Tahar Missoum    Une coordination internationale de la diaspora installée le 1er novembre    Des «GAG» à plus de 10 milliards de DA par le Conseil des ministres…    Le football local victime de bricolage    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    Championnats du monde de Karaté Do (Cadets-juniors et espoirs)    D'autres actions des supporters en vue    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    Londres demande officiellement le report du Brexit    La police disperse les manifestants à Hong Kong    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Un espace de tous les arts    Esquisse d'une subversion plombée par la justification    Le mouvement littéraire en Algérie affecté par l'absence de critique    Participation du Crasc d'Oran avec la présentation de 4 nouvelles publications    Monaco : Des stats impressionnantes pour le duo Ben Yedder-Slimani    Saisie de plus de 47 kg de kif traité    Visioconférence à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi»: Unification de la terminologie sécuritaire utilisée dans les médias    Près de 240 nouveaux cas depuis le début de l'année: Campagne de sensibilisation sur le dépistage du cancer du sein    LA SANTE ENTRE L'EPICERIE ET LE MOUROIR    «Papicha» ou le drame de la censure?    M'SILA : Pose de 514 km de câbles de fibres optiques en 2019    Salah-eddine Dahmoune met en garde la "fitna"    Bordj-Bou-Arreridj : Réunion du Conseil exécutif de la wilaya    Guerre drogue au Mexique: Un fils du Mexicain "El Chapo" arrêté, puis libéré par des narcos surarmés    Finances: M. Loukal aux plénières des Assemblées annuelles de la BM et du FMI à Washington    Recul de la facture d'importation    Sonatrach explique son projet    Six candidats prennent rendez-vous    Priorité aux jeunes auteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il fête ses 50 ans de carrière à Alger
Publié dans La Nouvelle République le 15 - 09 - 2019

L'auteur- compositeur Julien Clerc, figure emblématique de la chanson française, a animé jeudi soir à l'Opéra d'Alger Boualem-Bessaih, un concert-événement à l'occasion de la célébration de ses 50 années de carrière et de succès devant un public de fans nombreux.
Organisé par l'Institut français d'Algérie, le spectacle inscrit dans le cadre de la tournée (mondiale) des cinquante ans de l'artiste, a drainé des centaines de fans de ce chanteur, auteur d'une vingtaine d'albums écoulés à des millions d'exemplaires à travers le monde. Allure d'un jeune homme, le chanteur de 70 ans, accompagné de Benjamin Constant, au piano, claviers et accordéon et Evert Verhees à la guitare, a interprété ses plus grands succès comme «Fais-moi une place», «Laissez entrer le soleil», «Ce n'est rien», «Les séparés», ou encore «C'est en septembre», entrecoupés d'autre chansons de son large répertoire.
En guise d'hommage à Charles Aznavour, autre icône de la chanson française, Julien Clerc a interprété «For me formidable», un tube de cet artiste disparu il y a un an. Des membres du corps diplomatique accrédité en Algérie dont l'ambassadeur de France à Alger, Xavier Driencourt, ont assisté à ce spectacle marquant le parcours «brillant» et continu de cet artiste qui se produit en concert pour la deuxième fois en Algérie, 44 ans après. «Je me suis produit à la salle Atlas (Alger) en 1975. Je suis très ravi de retrouver un public encore plus accueillant, chaleureux et formidable qu'auparavant», se souvient encore Julien Clerc.
Julien Clerc, né Paul-Alain Leclerc1
le 4 octobre 1947 à Paris. Après des études au lycée Lakanal à Sceaux, il obtient son baccalauréat en 1965. Son père le destinant à de hautes études, il tente l'examen de Sciences-Po puis s'inscrit à la faculté de droit en septembre 1966. Il décide finalement d'entamer un cursus d'anglais à la Sorbonne. Mais il néglige ses études et refait le monde avec ses camarades en cette année qui annonce les bouleversements de Mai 68. À cette époque, il compose ses premiers morceaux, son ami d'enfance, Maurice Vallet devenant son premier parolier, avant d'être remplacé par Étienne Roda-Gil. L'écriture nouvelle de Roda-Gil est empreinte de nostalgie et d'hermétisme militant. Elle est alors associée à la voix, haut perchée et chargée de vibrato très serré, de Paul-Alain Leclerc, ainsi qu'à son sens de la mélodie. Ces différents éléments aboutiront à un succès.
Grâce à une relation familiale, sa cousine Jacqueline Socquet-Clerc, dont le frère est directeur artistique chez Pathé Marconi, il signe dans la maison de disques et sort le 9 mai 1968 son premier 45 tours, La Cavalerie. La chanson de l'artiste, qui a pris le nom de scène de Julien Clerc, passe en boucle à la radio. Parlant d'«abolir l'ennui», elle trouve un écho dans la jeunesse de mai 1968 qui se découvre une idole toute neuve. Après une tournée avec Adamo, il monte pour la première fois sur la scène de l'Olympia en première partie de Gilbert Bécaud en mars 1969 et obtient un triomphe. Entre 1971 et 1976, il sort cinq albums (Ce n'est rien, Liberté, Égalité, Fraternité... ou la Mort, Julien, Terre de France et No 7), comprenant des succès comme Ce n'est rien, Si on chantait, Le patineur, Ça fait pleurer le bon Dieu, C'est une andalouse, Danse-s'y, This Melody, Elle voulait qu'on l'appelle Venise, Souffrir par toi n'est pas souffrir ainsi que deux 45 tours comprenant des titres inédits en albums : Le cœur volcan (Avec en face B Mon alezan) en 1971 et Ballade pour un fou (Loco, Loco) (Avec en face B Si tu frappes à la tête) en 1975. Julien Clerc varie la liste de ses auteurs à partir de 1976 et l'album À mon âge et à l'heure qu'il est comprend entre autres Le Cœur trop grand pour moi (écrite par Jean-Loup Dabadie) ainsi que la chanson éponyme et Amis (écrites par Maxime Le Forestier). En 1978, il fête ses trente ans, et Le Forestier lui écrit à cette occasion la chanson J'ai eu trente ans ; ce titre paraît à l'automne 1978 dans l'album Jaloux qui est son premier grand succès en nombre de ventes (400 000 exemplaires) grâce notamment au titre de Dabadie Ma préférence.
En 1982, sort son douzième album, incluant Femmes, je vous aime et Lili voulait aller danser. Il quitte sa maison de disques, Pathé Marconi, pour intégrer la firme anglaise Virgin qui, à l'époque, n'est encore qu'un petit label. Il sort alors son tube Cœur de rocker en phase avec l'esprit de l'époque et commence à changer son image. Mais c'est avec La Fille aux bas nylon qu'il explose et devient un chanteur des années 1980.
Il confirme son succès avec un troisième tube, Mélissa. Il sort au tout début de l'année 1990 l'album Fais-moi une place qui grâce à la chanson du même titre, écrite par Françoise Hardy, qui l'enregistre également, rencontre à nouveau un grand succès populaire. Mais l'album, malgré le titre Petits pois lardons, encore dans le style de ses succès populaires des années précédentes, semble déjà amorcer un retour à une chanson française plus intimiste, et plus proche de celle de ses débuts, comme le montre le titre Nouveau Big Bang, écrit par son ami Maurice Vallet. Le succès commercial (et critique) de l'album lui permet de remplir le Zénith de Paris en novembre et décembre 1990. L'album Utile, sorti en 1992, sous la plume d'Étienne Roda-Gil. En 1997, il fête sur scène ses cinquante ans avec Marc Lavoine, Renaud, Alain Souchon, Françoise Hardy, Maurane et Pascal Obispo. Il en sera alors retiré un disque enregistré en public intitulé Le 4 octobre qui correspond à la date de son anniversaire.
Pour l'album Si j'étais elle, sorti en novembre 2000, Julien Clerc fait appel pour la première fois à Carla Bruni qui lui écrit la majorité des textes. Son album Double enfance sort fin 2005 et rencontre un beau succès dans une période où le marché du disque s'effondre. Il s'inscrit comme son meilleur album de la décennie, comportant entre autres deux chansons d'Étienne Roda-Gil, disparu quelques mois plus tôt et la chanson-titre revenant sur sa propre enfance, écrite par Maxime Le Forestier.
Le 7 novembre 2011 sort l'album Fou, peut-être, réalisé par Philippe Uminski. Julien Clerc y collabore avec Maxime Le Forestier, Charles Aznavour, Gérard Manset, Alex Beaupain et Julien Doré. Le 4 novembre 2014, sort l'album Partout la musique vient, Julien Clerc chante Alex Beaupain, Carla Bruni, L, Gérard Duguet-Grasser et Maxime Leforestier. Le 20 octobre 2017, sort l'album À nos amours. La pochette s'inspire du tableau La Méridienne, de Vincent van Gogh.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.