Tamanrasset: une formation spécialisée pour l'exploitation artisanale de l'or    Benbouzid: le ministère disposé à consolider les relations avec les associations des cancéreux    Retour en classe. Les Etudiants Vont-ils Faire leur Rentrée?    Le gouvernement sahraoui condamne "les allégations mensongères" du PM marocain    Laïb destitué de la présidence de l'USM El Harrach : Un directoire prend les commandes    CR Belouizdad : Saâd s'engage pour 4 ans    CAN-U20 : Les Verts entament un stage à Alger    FLN : Baadji soutient le projet de révision de la Constitution    Boukadoum reçu par le chef du Gouvernement tunisien    Covid-19: 146 nouveaux cas, 102 guérisons et 5 décès    Des peines de prison pour usurpation de fonction au ministère de la Justice    Atletico Madrid : Simeone juge les débuts de Luis Suarez    INVESTIGATIONS LIEES A LA CYBERCRIMINALITE : Des juges algériens prennent part à un atelier international    STATIONS SERVICES : Vers la suppression de l'essence super avec plomb    Real Madrid : Toni Kroos blessé !    Organisation d'examens pour les étudiants résidant dans le Sud    L'UNOA boycotte l'activité judiciaire au niveau national    Lutte contre la rage: atteindre l'objectif de "zéro cas" en Algérie    Naples : Revirement de situation pour Koulibaly ?    Visite du président du gouvernement espagnol    Amaaaar ! Parloir ! C'est pour la passation de consignes !    Campagne de sensibilisation pour l'utilisation des TPE    La flamme de l'espoir    48 directeurs d'annexes Ansej limogés    Adel Kansous, nouveau P-dg de l'Anep    Mohamed Sbahi dément sa convocation par la justice    Nabila Smaïl démissionne de l'APW de Tizi Ouzou    Belhoucini à Umm Salal, c'est fait !    L'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Investiture controversée de Loukachenko au Bélarus : L'opposition redescend dans la rue    Le ministère de la Défense dénonce une atteinte à la sécurité    Le SG de l'ONU en appelle à la responsabilité des états    Téhéran dévoile un nouveau missile sur fond de tensions avec les états-Unis    Hamidou appelle à la promotion d'un tourisme responsable et durable    Les partenaires sociaux pas très convaincus    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Un tribunal de la "raison" et de la "saison"    "Le prix Yamina-Mechakra toujours dans l'attente d'un agrément"    Actucult    Beni Amrane : Le déplacement de la stèle des martyrs contesté    Mutisme !    Une délégation en visite à la Zone industrielle d'Es-Senia: La Chambre du Commerce apporte son soutien aux opérateurs économiques    LE BIENFAIT D'UN VIRUS    De pays de demain et de l'Algérie post-novembriste    «Le vent du sud ou ouargla la sultane des oasis»    Les contaminations continuent de baisser    Sit-in des avocats à Alger    Report du procès en appel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sellami : «Le taux annoncé par le ministère des Finances est dopé»
Publié dans La Nouvelle République le 14 - 10 - 2019

Le ministère des Finances a annoncé que le taux de recouvrement des impôts tourne autour de 10 à 11%. Le président de l'Association nationale des conseillers fiscaux Algériens, Boubekeur Sellami, a affirmé, lors de son passage, hier, sur les ondes de la radio algérienne, que ce taux est «gonflé» et «dopé».
Intervenant à l'émission «L'invité de la Rédaction» de la chaîne III, le même responsable a indiqué que le taux de recouvrement des impôts avancé par les autorités est «gonflé». M. Sellami estime que «le taux de recouvrement des impôts tourne autour de 8 à 9% pas plus». En outre, il a précisé que «des nombreuses catégories échappant à l'impôt et dont les redevances représentent le double du budget de l'Etat», tout en ajoutant que l'informel constitue une échappatoire au payement de celui-ci. Dans le même sillage, le président de l'ANCFA, a expliqué que «selon la définition d'un économiste américain connu, «parmi les principes de l'impôt ; la justice et l'égalité de l'impôt. Sans ces deux principes, l'impôt ne pourra jamais atteindre ses objectifs». M. Sellami a précisé qu'«en Algérie, nous avons un problème économique qui a fait son apparition en 2014, et ce, avec la chute du prix du pétrole». Selon lui, c'était en 2014, qu'on a constaté que notre système fiscal économique ne peut être libre et indépendant des hydrocarbures, tout en considérant cet état comme un grand problème. «Depuis le temps, les autorités concernées n'ont rien fait pour résoudre cet obstacle», a-t-il regretté. Donnant plus de détails à ce sujet, le président de l'Association nationale des conseillers fiscaux Algériens, Boubekeur Sellami a déploré le fait que depuis la découverte de ce problème au niveau du système fiscal, aucune stratégie fiscale n'a eu lieu. Il a dit également qu'il y a uniquement certaines petites amendes. Cela ne répond pas, a-t-il poursuivi, à une crise qui a duré plus que cinq ans. Selon M. Sellami, la cause essentielle de l'immigration des contribuables vers l'informel, est l'absence de la justice fiscale. Pour lui, «aujourd'hui, on a une population de l'informel qui a avoisine les 50% de la population». «L'inégalité devant l'impôt est la cause essentielle de l'immigration vers l'informel, lequel constitue 50% du tissu économique», a-t-il détaillé. L'expert a expliqué, également que l'informel qui constitue une force, aujourd'hui, résiste à toute démarche d'intégration parce qu'il est encouragé par «l'inégalité fiscale». «Le système fiscal algérien c'est presque du copier coller de la fiscalité française, alors que ce n'est pas la même réalité économique entre l'Algérie et la France», a-t-il affirmé.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.