L'Etat signe les décrets validant les avenants de ces contrats    La démocratisation est-elle soluble dans le pétrole ?    Mise en garde contre l'impact des réseaux sociaux sur la cohésion de la société    Pas d'entente actuellement sur l'interdiction des armes nucléaires    Mahrez absent du déplacement de Gaborone    MCA - CABBA délocalisé au stade Omar-Hamadi    13 personnes sauvées en 24 heures à Constantine    Les spécialistes tirent la sonnette d'alarme    Insistance sur la sensibilisation et la culture d'alerte pour combattre la traite des êtres humains    Remise des prix et hommage à Moussa Haddad    Des clichés immortalisant la beauté de l'Algérie    Judo / Open africain 2019 de Dakar : les Algériens Rebahi et Ezzine en or    Détérioration du passage «provisoire» sur l'oued Tamendjar à El Ancer (Jijel) : Financer en urgence un pont vital    Faire du partenariat avec les start-up "un chantier ouvert" à toutes les volontés sincères    "El-Mouggar-2019", point de départ du processus d'intégration économique africaine    Présidentielle du 12 décembre : signature par les médias de la charte d'éthique des pratiques électorales    France 24, Le Drian et Tebboune ..!    Marches pacifiques à Batna, Tébessa et Bordj Bou Arreridj    PRESIDENTIELLE : Bengrina promet un développement global    Tebboune lâché par son Directeur de campagne    PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Les 5 candidats signent la Charte d'éthique    LOGEMENTS AADL 2 : Ouverture du site pour le retrait des attestations de pré-affectation    SE PLAIGNANT DE LEUR SITUATION : Les imams menacent de recourir à la grève    Belkacem Sahli trompé par son notaire    mca : Sakhri «On a eu l'accord de Medouar pour jouer le CABBA à Bologhine»    NAHD : Saoudi : «Prêts à saisir la justice pour récupérer le bilan»    JSK : Mohamed Al Tubal nouvelle recrue    Les Chiliens appelés aux urnes pour voter une nouvelle Constitution    Les manifestants durcissent leur mouvement    Le pays "ne sera plus le même" après la contestation    Qui est responsable, Air France ou Czech Airlines ?    Une élue FLN écartée de l'exécutif de l'APW    Appel à un sit-in devant le siège de Total à Montréal    Les assurances du ministère de la Santé    Un livre révèle l'infiltration des Emirats en Algérie    La sexualité dans la société arabo-musulmane : tabou, obsession, honte et honneur    "J'ai voulu raconter cette ville qui m'habite encore"    Participation de quatre artistes algériens    Ouverture prochaine d'une direction régionale de l'Onda à Béchar    El Harrouch: Camion contre voiture, 3 morts et 2 blessés    Pour fraude fiscale de plus de 670 milliards de centimes: Cinq personnes arrêtées dont trois employés des impôts    Agressions et vols, deux arrestations    Ligue 1 - Match retard PAC - USMBA: Encore une bourde de la LFP !    Human Rights Watch: La «vague d'arrestations vise à affaiblir toute tentative d'opposition»    Concours de la calligraphie arabe    Chikhi Kamel-Eddine, nouveau P-dg    Belkaroui et Zerdoum suspendus trois matchs    La présence américaine en Syrie conduirait à une résistance armée populaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sellami : «Le taux annoncé par le ministère des Finances est dopé»
Publié dans La Nouvelle République le 14 - 10 - 2019

Le ministère des Finances a annoncé que le taux de recouvrement des impôts tourne autour de 10 à 11%. Le président de l'Association nationale des conseillers fiscaux Algériens, Boubekeur Sellami, a affirmé, lors de son passage, hier, sur les ondes de la radio algérienne, que ce taux est «gonflé» et «dopé».
Intervenant à l'émission «L'invité de la Rédaction» de la chaîne III, le même responsable a indiqué que le taux de recouvrement des impôts avancé par les autorités est «gonflé». M. Sellami estime que «le taux de recouvrement des impôts tourne autour de 8 à 9% pas plus». En outre, il a précisé que «des nombreuses catégories échappant à l'impôt et dont les redevances représentent le double du budget de l'Etat», tout en ajoutant que l'informel constitue une échappatoire au payement de celui-ci. Dans le même sillage, le président de l'ANCFA, a expliqué que «selon la définition d'un économiste américain connu, «parmi les principes de l'impôt ; la justice et l'égalité de l'impôt. Sans ces deux principes, l'impôt ne pourra jamais atteindre ses objectifs». M. Sellami a précisé qu'«en Algérie, nous avons un problème économique qui a fait son apparition en 2014, et ce, avec la chute du prix du pétrole». Selon lui, c'était en 2014, qu'on a constaté que notre système fiscal économique ne peut être libre et indépendant des hydrocarbures, tout en considérant cet état comme un grand problème. «Depuis le temps, les autorités concernées n'ont rien fait pour résoudre cet obstacle», a-t-il regretté. Donnant plus de détails à ce sujet, le président de l'Association nationale des conseillers fiscaux Algériens, Boubekeur Sellami a déploré le fait que depuis la découverte de ce problème au niveau du système fiscal, aucune stratégie fiscale n'a eu lieu. Il a dit également qu'il y a uniquement certaines petites amendes. Cela ne répond pas, a-t-il poursuivi, à une crise qui a duré plus que cinq ans. Selon M. Sellami, la cause essentielle de l'immigration des contribuables vers l'informel, est l'absence de la justice fiscale. Pour lui, «aujourd'hui, on a une population de l'informel qui a avoisine les 50% de la population». «L'inégalité devant l'impôt est la cause essentielle de l'immigration vers l'informel, lequel constitue 50% du tissu économique», a-t-il détaillé. L'expert a expliqué, également que l'informel qui constitue une force, aujourd'hui, résiste à toute démarche d'intégration parce qu'il est encouragé par «l'inégalité fiscale». «Le système fiscal algérien c'est presque du copier coller de la fiscalité française, alors que ce n'est pas la même réalité économique entre l'Algérie et la France», a-t-il affirmé.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.