Affaire Tahkout : poursuite du procès avec l'audition d'autres accusés et des parties civiles    Minurso: l'Afrique du Sud regrette l'absence d'un mandat étendu aux droits de l'Homme    Sétif: des mesures d'urgence pour assurer un confinement rigoureux    Le Président Tebboune présente ses condoléances à la famille de l'avocate Terrafi Yasmine    Russie : Un conseiller du chef de l'agence spatiale russe arrêté pour «trahison»    Signature d'une convention entre le ministère des Affaires religieuses et l'ONPLC    Oran : Distribution de 5000 ouvrages aux bibliothèques communales    Lancement d'un service de prêt sur réservation    Les 13 manifestants acquittés    Révision de la Constitution: Les propositions du MSP    Mali: tirs d'obus contre un camp de forces onusiennes, françaises et maliennes    Ligues 1 et 2: La reprise du championnat s'éloigne    Bi-nationalisme    Complexité insurmontable ?    Tiaret: Près de 1.800 logements attribués    DENSIFICATION    Oran: trois éléments de soutien aux terroristes arrêtés    Abdelhak Lamiri: «L'idée de relance de l'économie n'a jamais vu le jour»    Constructions inachevées et non conformes aux permis de construire: Plus de 15.000 dossiers régularisés par les commissions des daïras    Institut Cervantès: Un riche programme éducatif et culturel pour juillet    Le financement participatif bientôt opérationnel    Belhadj actionne la tenue de l'AG    Derradji confiné à l'hôtel Mouradi en Tunisie    Griezmann, une reconnexion "brillante" avec Messi et Suarez    Abderazak Makri, toujours dans la surenchère sur la question de l'identité    Colère des souscripteurs AADL à Médéa    Le Coram soutient 27 projets pour 150 millions d'euros    Le Salon international de Genève de 2021 annulé    Près de 300 migrants interceptés par la Turquie    Un sixième centre de dépistage mis en service à Oran    Réception prochaine d'un service des urgences médico-chirurgicales    Les commerçants tirentla sonnette d'alarme    Le groupe PSA se mobilise en Algérie    Marché automobile : le bout du tunnel ?    Flambée des prix des climatiseurs    "Le 7e art a permis un changement profond dans les révolutions"    Epopée d'un pays en construction    Eléments constitutionnels de "l'Etat démocratique et social"    Beaucoup de promesses et peu de décisions concrètes de la France    Mahieddine Tahkout auditionné pour son implication dans plusieurs affaires de corruption    Boukadoum prend part à la 9e réunion ministérielle du FCCEA    La Juventus pied au plancher, la Lazio au rattrapage    Les Algériens Benchabla et Mordjane dans le Top 10    «Un mépris confondant et scandaleux envers ceux que la France coloniale a exploités, opprimés et massacrés»    Tebboune préside une séance de travail aujourd'hui: Le plan de relance socioéconomique au menu    Enfin !    Le général-major Hassan Alaimia inhumé au cimetière d'El-Alia    Le ministre des sports répond a Taoufik Makhloufi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Corneille n'est pas l'auteur des pièces de Molière
Publié dans La Nouvelle République le 08 - 12 - 2019

Depuis Boileau au XVIIe jusqu'au romancier Pierre Louÿs à la fin du XIXe, la paternité des œuvres fait couler de l'encre. Une étude linguistique menée par deux chercheurs prouverait l'inanité de cette polémique.
«Dans ce sac ridicule où s'enveloppe Scapin, je ne reconnais plus l'auteur du Misanthrope», dénonçait déjà, il y a plus de trois siècles, Boileau dans son Art poétique. Ce mystère, et surtout le doute bientôt attaché à la genèse des œuvres de Molière, fera l'objet d'une accusation de plagiat défendue par le romancier Pierre Louÿs à la fin du XIXe. Selon lui, Pierre Corneille aurait écrit tout ou partie des pièces de Jean-Baptiste Poquelin. Aujourd'hui, une nouvelle étude scientifique menée par deux chercheurs du CNRS et de l'École nationale des Chartes, qui se fonde sur une analyse statistique réalisée à l'aide d'un algorithme de linguistique, c'est-à-dire une reconnaissance des manières d'écritures d'un auteur, prouverait «scientifiquement» que Molière est bien l'auteur de L'Avare, du Malade imaginaire et de Tartuffe.
Molière et Shakespeare même combat ?
En 1919 donc, le romancier français Pierre Louÿs affirma avoir dévoilé une supercherie littéraire : Molière n'aurait été que le prête-nom de Pierre Corneille, une polémique qui rappelle celle selon laquelle, derrière le pseudonyme de Shakespeare, se cachaient un ou plusieurs auteurs qui n'étaient pas le célèbre dramaturge anglais.
Ceux qui défendent cette théorie, relancée au début des années 2000, pensent que les styles des deux dramaturges montrent trop de similitudes. Et ils posent cette question : «comment un comédien, présumé sans grande éducation littéraire, à la fois valet de chambre du roi et directeur de troupe de théâtre, aurait-il pu écrire tant de chefs-d'œuvre», comme le rappelle une étude publiée mercredi dans la revue américaine Science Advances.
Florian Cafiero, ingénieur de recherche au CNRS qui a travaillé avec Jean-Baptiste Camps, maître de conférences à l'École des Chartes, semble désormais balayer cette interrogation, en affirmant : «Sur toutes les caractéristiques qu'on étudie, Corneille n'est jamais près de Molière. Le résultat est sans appel.»
Des algorithmes utilisés par les polices scientifiques
Le chercheur explique aussi pourquoi des «fausses» ressemblances peuvent apparaître lors d'une première lecture : «Le théâtre du XVIIe siècle est très codifié, il y a la règle des unités, une versification elle aussi très codifiée, des manières de faire rythmer. Il y a des sources d'inspiration qui sont les mêmes. Tout va vite se ressembler.» Les conclusions de Florian Cafiero sont sans appel : «Molière fait partie de ceux qui s'isolent le mieux. Il s'identifie extrêmement bien. Il n'y a vraiment pas de doute.»
L'étude, qui se concentre principalement sur des comédies, repose sur l'analyse d'un corpus de 70 pièces, incluant d'autres auteurs du XVIIe, avant de le restreindre à 37 pièces de Corneille, de son frère Thomas Corneille, de Molière, de Rotrou et de Scarron. Les chercheurs ont utilisé la méthode dite de «linguistique computative» qui consiste à analyser statistiquement plusieurs caractéristiques, dont les préfixes, suffixes et même des mots de liaison comme «et», «de», et «si».
Ce savoir-faire comparatif est employé par les meilleures polices scientifiques du monde. Il sert notamment à confondre les corbeaux, les faussaires et les plagiaires. Pour Florian Cafiero, il serait un gage d'une vérité scientifique indiscutable : «Ces parties inconscientes de la linguistique, pour beaucoup, signent quel auteur on est.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.