Crash d'un avion militaire: Le Président Tebboune observe une minute de silence à la mémoire des deux pilotes    Coronavirus: le Président Tebboune ordonne le rapatriement immédiat des Algériens établis à Wuhan    Palestine: le rejet du plan de paix américain pour le Proche-Orient s'intensifie    Préoccupations des citoyens: les cadres appelés à prendre leurs responsabilités    Début à Alger des travaux du Forum d'affaires algéro-libyen    Médéa : campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Abdelkader Ouali soupçonné de lourdes affaires de corruption    Un protocole à la tête du client ?    Le retrait militaire américain du Sahel inquiète Paris    Le successeur d'Al-Baghdadi menace de s'attaquer à Tel-Aviv    L'Algérie face à l'Allemagne, la Suède et la Slovénie    La CAT a saisi l'ITF    Anes Tounsi sacré «Meilleur nageur»    Kaci-Saïd : "Le MCA devait négocier le transfert de Bendebka"    Foot/ Ligue 1 (JS Kabylie): le Tunisien Yamen Zelfani nouvel entraîneur    Une perte annuelle de 2 milliards de dollars pour l'Algérie    Aucun vol annulé à cause du coronavirus    Noureddine Chegrane expose son «Hommage au jazz» à Dar Abdeltif    Une feuille de route «sérieuse et réaliste» pour réformer le domaine    Un monde pas si fou que ça !    Alger, Annaba, Constantine et Blida accueillent la "Nuit des idées"    Alger: récupération d'un montant volé de 1,9 milliard de centimes et 34.000 euros    Emploi et formation en Algérie : Opportunités et défis de la révolution numérique    Salah Goudjil refuse de quitter le perchoir    Cinq DG depuis le début du hirak    Plan d'action du gouvernement : Le Conseil des ministres se réunira la semaine prochaine    Cancer du sein: 3800 femmes bénéficient d'un dépistage précoce à Biskra    Installation du Comité algérien de soutien et de fraternité avec le peuple libyen    «En Libye, Erdogan et Poutine profitent du retrait des états-Unis et de la division des Européens»    Moyen-Orient : Spirale de violence en Irak    Coupes africaines : Le PAC se rapproche de l'élimination    Archéologie à Ferkane à Tébessa : Découverte d'un bain romain dans la commune de Ferkane    Ciné-club à Bejaïa : Nadia Zouaoui raconte «l'islam de (son) enfance»    Education: Grève dans le primaire et mécontentement chez les syndicats    Tébessa: La journée de la douane    Mostaganem: 35 personnes, dont un ex-wali et 11 cadres, accusés dans des affaires de corruption    L'après Berlin et la crise libyenne    MC Oran: Chérif El-Ouazzani dénonce des faits graves    Détenus du Hirak: Des libérations et des procès reportés    Il y a de l'eau dans le gaz !    BONBONS ET CARAMELS    Blida: Le lait en sachet disponible chez les épiciers    Démantèlement d'un gang armé spécialisé dans le vol par effraction    Deuxième place pour Reguigui    Décès du moudjahid Guergour Ahmed    11 harraga interceptés au large d'Oran    Le gouvernement dément la mort de manifestants    Le président Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Europe dénonce des tirs continus de missiles balistiques
Publié dans La Nouvelle République le 10 - 12 - 2019

La Corée du Nord a annoncé dimanche avoir mené un «test très important» sur sa base de lancement de satellites de Sohae, après avoir fustigé, la veille, les Européens qui ont récemment dénoncé ses «tirs continus de missiles balistiques», ajoutant que le pays n'avait pas besoin d'avoir de longues discussions avec les Etats-Unis sur la dénucléarisation.
Le porte-parole de l'Académie nationale des sciences du Nord, a indiqué dans un communiqué diffusé par l'agence KCNA, que le résultat de ce test aura un «effet important» en changeant le «statut stratégique» de la Corée du Nord, sans pour autant donner plus de précisions sur l'engin ou l'arme testée. Situé sur la côte Nord-ouest de la Corée du Nord, le site de Sohae, également connu sous le nom de Tongchang-ri, a été au cœur de la diplomatie à trois entre Pyongyang, Séoul et Washington depuis plus d'un an. Lors d'un Sommet à Séoul en septembre 2018, le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un s'était engagé à le fermer. Puis les progrès pour aller vers la "dénucléarisation" de la péninsule coréenne avaient fait long feu.
En mars, avaient été repérés par satellite des travaux sur cette base en vue d'une «rapide reconstruction». Mardi à Londres, le président américain Donald Trump a déclaré lors d'une réunion de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN) que les Etats-Unis avaient «l'armée la plus puissante». «Espérons-le, nous n'aurons pas à l'utiliser», mais «si nous devons le faire, nous le ferons», a-t-il affirmé dans une apparente référence à la Corée du Nord. La première vice-ministre des Affaires étrangères de la Corée du Nord, Choe Son Hui, a indiqué dans un communiqué que le ministère des Affaires étrangères de son pays ne pouvait pas «réprimer son mécontentement suscité par les propos tenus par le président Trump de manière inappropriée au moment le plus sensible».
«Cela a déclenché des vagues de haine de notre peuple contre les Etats-Unis et les Américains et elles vont de plus en plus haut», a-t-elle ajouté, affirmant que si de telles phrases étaient répétées et si elles étaient une nouvelle fois confirmées comme étant une «provocation calculée» des Etats-Unis contre la Corée du Nord, «nous commencerons également à employer un langage dur contre les Etats-Unis pour la contrer». Le chef de l'état-major de l'Armée populaire coréenne, Pak Jong Chon, avait pour sa part fait une déclaration similaire mercredi au sujet des propos «provocateurs» de Trump, annonçant «clairement ici», que si les Etats-Unis «utilisent la moindre force armée contre la Corée du Nord, "nous répondrons aussi promptement avec des actions correspondantes à tous les niveaux».
«La dénucléarisation n'est plus sur la table des négociations»
Les membres européens du Conseil de sécurité (CS) de l'ONU avaient condamné mercredi «les tirs continus de missiles balistiques de la Corée du Nord», réaffirmant la nécessité de maintenir les sanctions contre ce pays. Dans une déclaration publiée après une réunion à huis clos du CS tenue à leur demande, ces pays européens, à savoir la Belgique, l'Estonie (membre à partir de janvier), la France, l'Allemagne, la Pologne et le Royaume-Uni avaient dénoncé «la poursuite» du programme nucléaire nord-coréen, relevant que Pyongyang avait procédé à 13 tests de missiles balistiques depuis mai, dont le dernier le 28 novembre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.