La Cnas de Béjaïa lance une campagne d'information    Trois morts et une blessée dans un accident    Placé sur liste noire par les Etats-Unis, le Chinois Xiaomi répond    «Un départ en fanfare» : le dernier caprice de Donald Trump    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    Chronique du grand éclat de la diplomatie algérienne    La Lamborghini des bourdes !    La Juventus et l'Inter, deux visions du mercato    La Lazio se relance en corrigeant la Roma dans le derby    L'AG ordinaire de la FAC le 23 janvier à Alger    Relance des travaux    Les infusions et les jus pour soigner la douleur sciatique    Saviez-vous que ... ?    Le lait en sachet, une denrée rare    Chachnaq 1er, Ouyahia et la «boîte noire»    Les super-héros Marvel de retour sur petit écran en noir et blanc    Record pour un dessin de Tintin : 3,175 millions d'euros    Le SNM s'en prend à la Cour suprême et au Conseil d'Etat    Les adversaires de Mellal n'ont pas mobilisé    La Tunisie et la Libye à pied d'œuvre à Alger    Zetchi entame sa campagne    Les avocats plaident l'innocence    Le schiste américain remonte la pente    Museveni réélu avec 58,6% des voix pour un 6e mandat    300 millions de centimes dérobés    Jan Kubis, nouvel émissaire de l'ONU pour la Libye    La rue fait monter la pression au Soudan    L'Algérie classée derrière la France et la RDC    Situation politique et questions régionales au menu    Hommage à la mère et à la Kabylie    Le moudjahid Moussa Cherchali inhumé au cimetière de Sidi Yahia    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Oran : Tremblement de terre de magnitude 3,5    Relizane : Des demandeurs de logement manifestent    Métro d'Alger : La décision de reprise tarde à venir    LOURDE CHARGE    Football - Ligue 1: Le MCA refroidit l'ESS, le WAT de mal en pis    O. Médéa: L'Olympique force le respect    Hausse inédite des prix: Mise en garde contre la dégradation du pouvoir d'achat    Régularisation des détenteurs de contrats pré-emploi: 30.000 postes budgétaires pour l'Education    Lentement ou sans précipitation ?    Tribune - De Gaulle peut-il être un personnage passerelle entre la France et l'Algérie ?    230 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Le RCD fustige le gouvernement    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une marche de soutien improvisée à Alger
Publié dans La Nouvelle République le 10 - 12 - 2019

Un rassemblement pour dénoncer l'ingérence étrangère et soutenir le processus électoral ainsi que le rôle de l'Armée populaire nationale (ANP) a été organisé hier matin à Alger, la capitale.
Le sit-in a été suivi par une marche, durant laquelle les protagonistes des élections présidentielles ont «appeler les citoyens à voter massivement et à soutenir la position de l'ANP pour sauver l'Algérie». Sous la haute surveillance policière, les manifestants pour les élections ont réaffirmé leur volonté d'aller voter «pour l'Algérie» et ont incité «les antagonistes à respecter la volonté et le droit de chaque personne». «Personne n'a le droit d'empêcher les gens d'aller voter», commente, Yousra, une fonctionnaire dans une administration publique qui a fustigé le comportement et les agissements de certains ressortissants algériens à l'étranger et qui ont usé d'invectives et de violence pour entraver le déroulement du vote de la diaspora qui a commencé le 7 décembre dernier. «Il faut dénoncer ce type de comportement qui ne reflète pas l'éducation des Algériens», ajoute Alhdaj, qui tenait dans sa main une pancarte, sur laquelle il est inscrit «J'aime l'Algérie, je vote». Expliquant que «les Algériens doivent dépasser cette certaines parties malveillantes tentent de récupérer». Un point de vue que partagent ces camarades qui ont arpenté les boulevards du centre-ville avant de se confronter au mouvement des protestataires de cette élection. Sans réelle incidence, étant donné que les forces de l'ordre sont intervenues pour éviter «tout dépassement». «Il ne faut pas céder à la manipulation», esquisse un vieux qui se proclamait comme fils de chahid et louait le rôle de l'Armée nationale dans le maintien de l'ordre public. «Nous ne voulons pas de confrontation entre Algériens. Nous appartenons à la même patrie, même objectif, mais avec une vision différente», estime, Abdessamad, jeune chômeur qui a rejoint la marche des pro-élections dans la matinée. Pour ce lundi, 9 décembre, soit deux jours avant le début du vote en Algérie, le centre-ville de la capitale a été chargé en émotion. Deux vagues déferlent sur la place Maurice Audin, ceux qui soutiennent les élections et ceux qui les rejettent. En dépit de cette nuance, la journée bien qu'elle soit tendue s'est achevée dans le calme. Les citoyens qui sont sortis pour appeler leurs compatriotes à voter «pour sauver l'Algérie» ont marché pour la deuxième fois sur Alger en l'espace de deux semaines. Après la marche initiée par l'Union nationale des travailleurs algériens (UGTA), une autre initiative qui s'inscrit dans le même objectif celui de «dénoncer l'ingérence étrangère et celui de soutenir l'élection». Ainsi, ils ont joint leur voix à celles de leurs semblables à travers le pays pour exprimer leur appréhension quant à «l'ascension des violences qui pourront faire sombrer le pays dans le chaos si l'opération du vote est avortée», souligne Nasser avant de se séparer du cortège des manifestants pour reprendre son travail, vers 14h00.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.