A-t-on les moyens de bâtir une Algérie nouvelle et forte ?    Conférence de Berlin: mobiliser les efforts internationaux pour régler la crise en Libye    MONOXYDE DE CARBONE : 30 morts depuis début janvier    Air Algérie menacée par des compagnies françaises !    Vers un mouvement dans le corps des walis ?    GRANDE MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur n'est pas candidat au CFCM    Ould Abbès plaide la folie    NAAMA : Saisie de 3,5 kg de kif traité à Moghrar    EN L'ESPACE DE 3 JOURS : Plus d'une centaine de harraga interceptés    ARCHIVES NATIONALES : Colloque national sur la procédure de communication    L'ancien journaliste de l'APS, Abdelkrim Hamada, inhumé au cimetière d'El-Kettar    Discours haineux et régionalistes sur les réseaux sociaux: Mise en garde des spécialistes    Hand-CAN 2020 (2e j): six pays dont l'Algérie passent à la seconde phase    La troupe de danse de Chengdu (Chine) séduit le public de l'Opéra d'Alger    Ligue1 (mise à jour): l'USMA pour confirmer à Chlef, duel de mal classés à Magra    Large vague d'indignation    Réaménagement du calendrier des éliminatoires    Almas négocie avec Taoussi    L'Algérie se qualifie dans la douleur !    Yaïche tire la sonnette d'alarme    Les explications sur le cas Belkaroui    JSK : Velud s'en va    FFS : la réconciliation compromise ?    Début du procès de Donald Trump au Sénat    Washington et Pékin ont encore beaucoup à faire pour «soigner leurs fractures»    Séminaire de formation médicale continue sur le cancer du sein    L'interdiction pour les citoyens de travailler au Koweït réimposée    Le directeur du Sheraton d'Alger en détention à El-Harrach    Le Président Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Conférence de Mohamed Arezki sur le patrimoine algérien    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Difficultés financières de l'Eniem : Les discussions avec le CPE «sur la bonne voie»    Plusieurs dizaines de détenus en prison et sans procès : Quelles sont les arrière-pensées des autorités ?    48e vendredi du mouvement populaire : «Non à l'état policier !»    La cotation du Sahara Blend algérien perd près de 7 dollars    Chlef, Mostaganem: 33 harraga interceptés, des passeurs arrêtés    El-Bayadh: Plus de 2 quintaux de viande blanche saisis    Tebboune recevra mardi des responsables de médias publics et privés    Constantine: 11 personnes, dont des cadres de la BNA, arrêtées    Transport maritime: Un navire de la CNAN bloqué au port d'Anvers pour créance impayée    La guerre des «boutons»    Fichier des demandeurs de logements : une nouvelle application électronique    Arrestation de 7 individus    Le Président Ghali annonce la composition du nouveau gouvernement de la RASD    Découverte d'une sépulture et d'objets en poterie    L'écrivain et traducteur Abderrahmane Meziane n'est plus    Souk-Ahras accueille la première édition    «La nécessité d'accompagner l'ADE pour offrir un meilleur service au citoyen»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une marche de soutien improvisée à Alger
Publié dans La Nouvelle République le 10 - 12 - 2019

Un rassemblement pour dénoncer l'ingérence étrangère et soutenir le processus électoral ainsi que le rôle de l'Armée populaire nationale (ANP) a été organisé hier matin à Alger, la capitale.
Le sit-in a été suivi par une marche, durant laquelle les protagonistes des élections présidentielles ont «appeler les citoyens à voter massivement et à soutenir la position de l'ANP pour sauver l'Algérie». Sous la haute surveillance policière, les manifestants pour les élections ont réaffirmé leur volonté d'aller voter «pour l'Algérie» et ont incité «les antagonistes à respecter la volonté et le droit de chaque personne». «Personne n'a le droit d'empêcher les gens d'aller voter», commente, Yousra, une fonctionnaire dans une administration publique qui a fustigé le comportement et les agissements de certains ressortissants algériens à l'étranger et qui ont usé d'invectives et de violence pour entraver le déroulement du vote de la diaspora qui a commencé le 7 décembre dernier. «Il faut dénoncer ce type de comportement qui ne reflète pas l'éducation des Algériens», ajoute Alhdaj, qui tenait dans sa main une pancarte, sur laquelle il est inscrit «J'aime l'Algérie, je vote». Expliquant que «les Algériens doivent dépasser cette certaines parties malveillantes tentent de récupérer». Un point de vue que partagent ces camarades qui ont arpenté les boulevards du centre-ville avant de se confronter au mouvement des protestataires de cette élection. Sans réelle incidence, étant donné que les forces de l'ordre sont intervenues pour éviter «tout dépassement». «Il ne faut pas céder à la manipulation», esquisse un vieux qui se proclamait comme fils de chahid et louait le rôle de l'Armée nationale dans le maintien de l'ordre public. «Nous ne voulons pas de confrontation entre Algériens. Nous appartenons à la même patrie, même objectif, mais avec une vision différente», estime, Abdessamad, jeune chômeur qui a rejoint la marche des pro-élections dans la matinée. Pour ce lundi, 9 décembre, soit deux jours avant le début du vote en Algérie, le centre-ville de la capitale a été chargé en émotion. Deux vagues déferlent sur la place Maurice Audin, ceux qui soutiennent les élections et ceux qui les rejettent. En dépit de cette nuance, la journée bien qu'elle soit tendue s'est achevée dans le calme. Les citoyens qui sont sortis pour appeler leurs compatriotes à voter «pour sauver l'Algérie» ont marché pour la deuxième fois sur Alger en l'espace de deux semaines. Après la marche initiée par l'Union nationale des travailleurs algériens (UGTA), une autre initiative qui s'inscrit dans le même objectif celui de «dénoncer l'ingérence étrangère et celui de soutenir l'élection». Ainsi, ils ont joint leur voix à celles de leurs semblables à travers le pays pour exprimer leur appréhension quant à «l'ascension des violences qui pourront faire sombrer le pays dans le chaos si l'opération du vote est avortée», souligne Nasser avant de se séparer du cortège des manifestants pour reprendre son travail, vers 14h00.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.