L'Algérie saura relever tous les défis auxquels elle fait face et s'en sortira plus forte    L'état de santé du président n'est pas inquiétant    Le procès de Zoukh, l'ex-wali d'Alger, reporté au 17 novembre    Les produits pétroliers disponibles durant les fêtes d'El Mawlid Ennabaoui et du 1er novembre    287 nouveaux cas en Algérie    Djerad inaugure la 1re Conférence nationale sur l'oeuvre de Malek Bennabi    Zetchi évasif sur la question du deuxième mandat    LDC: Le Real arrache un nul inespéré à Gladbach    Sahara occidental/Minurso: réunion mercredi du Conseil de sécurité    Sahara occidental : l'ONU doit obliger le Maroc à fermer la brèche illégale à El-Guerguerat    Arkab: le projet d'amendement de la Constitution "jette les fondements d'une économie productive diversifiée"    L'amendement de la Constitution, un moyen de réaliser les objectifs ambitieux pour les enfants de l'Algérie    Campagne: appel à voter pour le changement et l'édification de l'Algérie nouvelle    Projet d'amendement de la Constitution : le référendum, une opportunité pour tracer les contours de l'Algérie nouvelle    Sélection algérienne: "Le contrat de Belmadi a déjà été prolongé"    Qualifications CAN-2021 (4e j.): des arbitres soudanais pour Zimbabwe - Algérie    Covid-19: 287 nouveaux cas, 171 guérisons et 9 décès    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès de l'ex-wali Zoukh au 17 novembre    Nouveau rassemblement de soutien à Khaled Drareni    LE GENERAL CHANEGRIHA AFFIRME : ‘'L'Algérie sortira gagnante''    CELEBRATION DU MAWLID ENNABAWI : Appel au strict respect des mesures préventives    BECHAR : Tentative de suicide par immolation    FETE DE LA REVOLUTION :La journée du dimanche prochain chômée et payée    LES ELEVEURS SONT EXCEDES : Hausse des prix de l'aliment de bétail à Mostaganem    Economie d'énergie : nécessité d'un nouveau mode de consommation du citoyen    Les arabes, les musulmans et la vie sans camembert Président    Le gardien Donnarumma positif au Covid-19    Rahmoun Yazid en renfort    Une caravane médicale au profit des populations nomades    Le 10 novembre, dernier délai pour le dépôt des demandes de licences    Le procès de Karim Tabbou reporté au 16 novembre    Actucult    Risque de covid-19 : Regroupements dangereux des parents devant les écoles    Village le plus propre de Béjaïa : «A Aguemoune Nat Amar, nous avons toujours été propres et organisés»    Le système politique algérien, formation et évolution (1954-2020) : Bonnes feuilles    Reprise des négociations tripartites aujourd'hui    La comptabilité analytique au sein des entreprises en vue d'assuer l'accès aux marchés extérieurs    Une troisième tentative de cessez-le-feu vole en éclats    BMS Corona    L'hôpital Nedjma d'Oran équipé de 14 lits de réanimation    L'ENCRE ET L'HISTOIRE    ES Sétif: La stabilité enfin payante ?    Une majorité de Soudanais contre la normalisation avec Israël    Mascara: Des terres agricoles non exploitées seront récupérées    Bouira: Apprendre à reconnaître les «fake news»    Choc inévitable ?    Tlemcen: L'Institut français relance ses activités    Tiaret: La radio locale souffle sa 22e bougie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le combat de Zahia Ziouani
Publié dans La Nouvelle République le 14 - 12 - 2019

Depuis 1998, avec l'Orchestre symphonique Divertimento qu'elle dirige, Zahia Ziouani joue aussi bien à la Philharmonie de Paris que dans des salles plus petites de banlieue.
«Nous sommes un des rares orchestres à jouer à la Philharmonie, à l'Opéra de Paris mais aussi à Stains, à Vaulx-en-Velin ou dans la banlieue du Mans. A chaque fois avec le même engagement, les mêmes solistes, les mêmes habits car nous ne faisons pas de distinction entre les petites et grandes salles». Zahia Ziouani est cheffe d'orchestre. Cela fait maintenant vingt ans qu'elle tente de sortir la musique symphonique des temples qui lui sont dédiés. Au départ, uniquement actifs en Seine-Saint-Denis, Zahia Ziouani et son orchestre professionnel, baptisé Divertimento, font aujourd'hui raisonner Bach et Bizet dans les maisons de quartier et les salles polyvalentes de sept régions. «Il n'y a pas une semaine, pas un mois où nous ne nous déplaçons pas.» L'objectif est simple : faire découvrir à tous les publics et notamment aux habitants des banlieues la musique symphonique. «Ça demande du temps, de l'énergie mais ça fonctionne. Je n'ai jamais vu un enfant dire : "ça ne m'intéresse pas." Tout le monde est sensible à cette énergie, aux émotions… La musique symphonique comme culture populaire, c'est tout à fait possible et pour toutes les tranches d'âge.» Comme outil pour améliorer le vivre ensemble également. «L'idée c'est que cette diversité que l'on voit quand nous jouons dans les quartiers populaires se retrouve ensuite dans les grandes salles de concert. Il y a quand même eu des progrès en dix ou vingt ans. A cette époque, parfois on me riait presque au nez quand je défendais la culture en Seine-Saint-Denis. Aujourd'hui cela surprend moins, c'est plus ancré dans les consciences même si les moyens ne sont pas forcément à la hauteur des ambitions.» Née le 27 juin 1978 à Paris, Zahia Ziouani s'installe à l'âge de 3 ans, avec sa famille à Pantin. A 8 ans, elle dirige la chorale de son école et suit des cours de guitare au conservatoire. À 12 ans, elle apprend l'alto et intègre l'orchestre des élèves, puis ambitionne de devenir cheffe d'orchestre professionnelle. Après des diplômes en analyse musicale, orchestration et en musicologie de l'université Paris-Sorbonne, elle décroche divers prix de conservatoire (alto, guitare classique, musique de chambre). Etudiant la direction d'orchestre à Munich auprès du maestro Sergiu Celibidache, elle dirige depuis 1998 l'Orchestre symphonique Divertimento de la région Ile-de-France, réunissant 70 musiciens. En 2007, elle est nommée première cheffe d'orchestre invitée de l'Orchestre national d'Algérie et est aussi cheffe d'orchestre associée de l'Ensemble instrumental Densités 93. Elle se produit sur des scènes prestigieuses (Cité de la musique, Salle Pleyel, Olympia, Théâtre national algérien, Palais Stéphanie Cannes, …) aux côtés de solistes connus (Raphaël Pidoux, Adam Laloum, Patrick Messina…). Entre 2010 et 2013, elle a notamment dirigé l'Orchestre national des Pays de la Loire, la Philharmonie nationale de Bosnie-Herzégovine, l'Orchestre régional de Cannes PACA, l'Orchestre philharmonique des jeunes de la Communauté arabe, l'Orchestre symphonique du Caire, l'Orchestre symphonique national de Tunisie, et de nombreux orchestres en Algérie, Pologne, Mexique…. Très sensible aux problématiques d'accès à la culture de tous les publics, Zahia Ziouani se consacre à des actions et projets ambitieux permettant de sensibiliser les publics à la promotion de la musique symphonique et lyrique.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.