La DGSN commémore le 58e anniversaire de l'indépendance par un riche programme    Industriel public: recul de 6,7% de la production durant le 1er trimestre 2020    ALGER : 7909 logements AADL livrés le 5 juillet    Lancement d'une nouvelle version du site web officiel du MDN    Coronavirus : 441 nouveaux cas,311 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24h    CORONAVIRUS ALGERIE : Benbouzid se prononce sur le ‘'reconfinement''    Décès du général-Major Hassen Alaïmia    BANQUE D'ALGERIE : Emission de nouveaux billets et pièces de monnaie    441 nouveaux cas confirmés et 6 décès en Algérie    AFFLUENCE RECORD D'ESTIVANTS A ORAN : La plage de Kristel prise d'assaut    FETE DE L'INDEPENDANCE ET DE LA JEUNESSE : Le président Tebboune décrète une nouvelle grâce présidentielle    La Suisse bannit les importations agricoles en provenance du Sahara occidental occupé    Restes mortuaires des 24 martyrs: funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire inhumés au Carré des martyrs du cimetière d'El-Alia    Un procès à huis clos !    Quels moyens pour respecter le protocole sanitaire ?    Sept blessés lors d'une tentative d'attentat près du port de Mogadiscio    Trudeau hésite à aller à Washington pour un sommet sur le nouvel Aléna    Des milliers de personnes reconfinées en Australie    Incertitudes sur le rituel du sacrifice du mouton    Sachez-que    Poussée populaire et promesse d'une nouvelle Algérie    Laskri compte piloter une liste    Arrivée du cortège funèbre des restes de 24 chefs de la Résistance populaire au cimetière d'El-Alia    Les martyrs de la Mitidja : les oubliés de l'Histoire    La «longue liste» des auteurs retenus dévoilée    Des dizaines de morts dans des combats en Syrie    Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien    L'ONU cherche toujours un émissaire pour la Libye    L'Algérie et la France doivent affronter le problème de la Mémoire qui hypothèque les relations bilatérales    Un activiste devant la justice    "Oran doit s'attendre à un 4e pic de contamination"    26 décès et 1 500 personnes infectées    Benrahma inscrit un triplé contre Wigan    "Je ne spéculerai pas sur l'avenir de Messi"    Voici le contenu de la mise au point    Développement de Talents : La FIFA retient 13 écoles algériennes    Banque Mondiale : L'Algérie passe à la catégorie pays à revenu intermédiaire inférieur    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    A quoi sert un musée ?    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    L'Algérie exportera 50 millions de gants vers l'Espagne    L'infrangible lien...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Seule œuvre peinte lorsqu'il souffrait de psychose
Publié dans La Nouvelle République le 22 - 01 - 2020

Des experts ont confirmé lundi l'authenticité d'un autoportrait de Vincent Van Gogh où il affiche un air triste, mettant fin à des décennies d'incertitude autour de la toile considérée par eux comme la seule œuvre peinte par l'artiste néerlandais pendant qu'il souffrait de psychose.
Sur le tableau, appelé Self Portrait (1889), l'artiste tourmenté s'est représenté de trois-quarts, la tête inclinée vers le bas, le regard vide, une expression de tristesse sur son visage fermé, le tout dans des teintes sourdes.
Des doutes depuis un demi-siècle
L'authenticité de ce tableau, propriété de la National Gallery d'Oslo, a été confirmée par des experts du musée Van Gogh à Amsterdam, qui ont fini par balayer les doutes qui planaient sur l'attribution de la toile depuis 1970. En 2014, le musée norvégien avait décidé de soumettre le tableau à l'oeil expert de spécialistes néerlandais. Après une analyse scientifique aux rayons X, l'étude des coups de pinceau et des références au tableau dans des lettres du peintre à son frère Théo, les experts ont établi que la toile avait été peinte à la fin de l'été 1889, lorsque Van Gogh séjournait dans un asile psychiatrique à Saint-Rémy-de-Provence, dans le sud de la France. La toile est peinte avec des couleurs plus sourdes que d'autres Van Gogh de la même période, et une partie de la peinture semble inachevée.
«C'est une œuvre d'art qui, pour beaucoup de raisons, était de lui mais qui présentait néanmoins certains aspects différents des autres tableaux», explique Louis van Tilborgh, chercheur principal au musée Van Gogh. «Nous avons donc dû trouver une explication à cela, ce qui a été difficile, mais je pense que nous avons résolu cela et nous sommes fiers d'avoir plus ou moins restitué son travail», poursuit-il. Le musée d'Oslo a acheté le tableau en 1910 à un collectionneur à Paris pour 10 000 francs, ce qui en fait le premier autoportrait de Van Gogh à être entré dans une collection publique. Les experts identifient désormais la peinture comme une toile compagne de deux célèbres autoportraits détenus par la National Gallery of Art de Washington et le Musée d'Orsay à Paris, réalisés un peu plus tard par un Van Gogh, soigné de sa psychose.
Une œuvre «thérapeutique» pour le peintre
Contrairement à ces deux tableaux, la toile du musée d'Oslo «représente indéniablement une personne mentalement malade», observe M. Van Tilborgh. Un an avant de réaliser cet autoportrait, Van Gogh s'était coupé l'oreille après une dispute avec son ami et peintre Paul Gauguin. Ce geste avait marqué le début d'une période d'allers et retours dans des hospices et des asiles.
L'œuvre est la seule susceptible d'être liée à un autoportrait que Van Gogh a décrit dans une lettre à son frère le 20 septembre 1889 comme «un essai de quand j'étais malade». Le peintre a été frappé par un «épisode psychotique grave» qui a duré un mois et demi à partir de juillet de la même année, et bien qu'il se soit senti capable de peindre à nouveau à la fin de cette période, il a reconnu qu'il restait «perturbé».
«Même si Van Gogh avait peur d'admettre à ce moment-là qu'il se trouvait dans un état similaire à celui des autres personnes à l'asile, il a probablement peint ce portrait pour se réconcilier avec ce qu'il voyait dans le miroir : une personne qu'il ne voulait pas être mais qu'il était», avance M. Van Tilborgh, professeur d'histoire de l'art à l'Université d'Amsterdam.
«Cela fait partie de ce qui rend le tableau si remarquable et même thérapeutique. C'est la seule œuvre de Van Gogh dont on est certain qu'elle a été peinte lorsqu'il souffrait de psychose», poursuit-il. L'œuvre est actuellement exposée au musée Van Gogh d'Amsterdam et reviendra en Norvège lors de l'ouverture de son nouveau musée national à Oslo en 2021.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.