Aucune restriction dans la révision constitutionnelle    La ville de Kherrata célèbre le 1er anniversaire    Le Président s'attaque aux lobbies de l'importation    Tebboune ne veut plus de cortèges officiels de 30 voitures    "100 mds DA injectés dans les communes dès le mois de mai"    Ferhat: «Merci à tous pour vos messages, ça me va droit au cœur»    Motion de soutien du Conseil de la Nation au plan d'action du gouvernement    Crise libyenne: la position de l'Algérie privilégiant une solution politique réitérée    Montage automobile: le nouveau cahier des charges promulgué dans 2 mois    Le Gouvernement examine de nouvelles mesures en faveur de la gestion décentralisée    Kherrata, une convergence et des messages    CONSEIL DE SECURITE DE L'ONU : L'Algérie réclame deux sièges permanents pour l'Afrique    L'instruction de l'affaire ETRHB Haddad bouclée    TAMANRASSET : Plus de 500 affaires de contrebande traitées en 2019    Tebboune : "Aucune restriction hormis ce qui a trait à l'unité et à l'identité nationales"    TIARET : Des citoyens observent un sit-in devant la mairie d'Ain Dehab    AIN EL-TURCK : Des taxis demandent le double de la course    Le Président Tebboune: les responsables locaux tenus de briser le cloisonnement entre les citoyens et l'Etat    La pièce "Tmenfla" du theatre d'Oum-el-Bouaghi ouvre le festival international du théâtre de Bejaia    Il était une fois, le plus grand pays d'Afrique    Les pièges de l'assistanat    Slimani en sauveur !    Zelfani prépare le Paradou    L'ESS nouveau leader    Le Targui    À tout jamais…    5 personnes retrouvées mortes après leur enlèvement    Encore un manifestant assassiné à la place Tahrir    Yémen : entrée de 138 000 migrants et réfugiés en 2019    Enseignants du primaire : marche nationale demain à Alger    Des TV-offshores et des pollutions millénaires !    ACTUCULT    Emouvant hommage à la militante Nabila Djahnine    Le répertoire andalou dans toute sa splendeur    Ciné-houma rend hommage aux femmes victimes de violences    La Cinémathèque algérienne célèbre les films sur la guerre de Libération    La quête de la connaissance et de la vérité    Mali: le bilan de l'attaque contre le village d'Ogossagou passe à 31 morts    Coupe arabe des nations (U20) : Les Algériens s'installent en Arabie Saoudite    USM Alger : Dziri reste    Epidémie du ncoronavirus : L'économie mondiale fortement impactée    Prime du service civil pour les spécialistes: Les décrets en voie de finalisation    Sidi El-Houari, Sidi El-Bachir, El Badr, El Emir et Es Seddikia: Lancement du bitumage d'une trentaine d'axes routiers    Les spécialistes plaident pour le dépistage précoce: 236 nouveaux cas de cancer de la prostate enregistrés au CHUO en 2019    Commerce extérieur: Plus de 6 milliards de dollars de déficit en 2019    Information officielle: La Présidence revient à la charge    LA RESONNANCE D'UN ATTENTISME    Le double jeu de Makri et de ses députés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le peuple insiste sur l'édification d'un Etat libre et uni
Publié dans La Nouvelle République le 24 - 01 - 2020

Le mot d'ordre pour la nouvelle marche hebdomadaire du vendredi, la libération de tous les détenus d'opinion, sans aucune exception et la dénonciation des dernières arrestations survenues lors du dernier vendredi. Les rues de la capitale, Alger et celles de plusieurs régions du pays, ont été investies par les manifestants, sortis pour, également, contester «l'exploitation du gaz de schiste dans le sud du pays», évoquant ses risques sur l'environnement et sur la santé publique.
Tôt le matin, les premiers groupes de manifestants arrivent au niveau de la grande poste. Ils commencèrent à s'organiser avant le début de la grande marche populaire du 49ème vendredi. Sous la haute surveillance policière et l'interdiction de sillonner certains endroits, les marcheurs se sont imposés et se sont rassemblés devant la grande-poste et à la place Maurice Audin, devenue au fil de la mobilisation une tribune pour débattre et échanger les idées et discuter des différentes perspectives de sortie de crise qui ne sont autres que celles échafaudées le 22 février 2019. A deux semaines du premier anniversaire du déclenchement de la contestation populaire, plusieurs personnalités publiques et anciens détenus du «Hirak» ont occupé la rue pour dénoncer les dernières arrestations et interpeller le pouvoir sur la «mise en place de mesures d'apaisement» devant accompagner sa démarche vers un dialogue inclusif. «Nous avons senti de la volonté de libérer les prisonniers d'opinion, mais les dernières interpellations ont démontré le contraire», s'interroge, Ahmed. Y, membre actif du mouvement populaire et qui, il y a deux jour, convaincu par la nécessité de structurer le mouvement afin de mettre en œuvre la plateforme du «Hirak» et s'imposer sur la scène politique. Une solution requise par certains afin de contribuer à sortir le pays de la crise interne et surtout à faire face aux menaces étrangères qui n'arrange pas la situation difficile du pays, actuellement. A la croisée du chemin, l'Algérie devra relever le défi d'instaurer un Etat démocrate, libre et juste. «La révision de la Constitution devra se faire et être approuvée par le peuple, la seule source du pouvoir», souligne Rachida, juriste qui a rejoint la manifestation après trois manquements. Pour cette nouvelle journée de marche, la mobilisation s'est accrue pour dénoncer «l'exploitation du gaz de schiste et réclamer l'indépendance de la justice». Le cortège des manifestants a arpenté les allées et boulevards du centre-ville d'Alger, dans le calme, comme à son habitude. Les manifestants ont exprimé pour la énième fois leur attachement à leur liberté et surtout à la consécration des revendications populaires pour pouvoir désamorcer la situation et rebâtir une «nouvelle Algérie à l'unisson». Le 49ème vendredi s'achève dans l'espoir d'un écho favorable à leurs revendications et soutenir les libertés.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.