L'APLS mène de nouvelles attaques contre les positions des forces de l'occupant marocain    Danemark-Finlande : La demande d'Eriksen à ses coéquipiers    Aïn Defla: Abbass M'hamed, un exemple de la fidélité au pays et de l'amour de la patrie    Législatives: clôture des bureaux de vote, début du dépouillement des voix    Législatives: les électeurs plus nombreux dans les bureaux de vote durant l'après-midi à l'Est du pays    Belmadi: "Cette série d'invincibilité n'est pas le fruit du hasard"    Coronavirus: 343 nouveaux cas, 236 guérisons et 5 décès    AEP à Alger: instructions fermes pour un approvisionnent régulier    Foot/Amical: Algérie (A') - Liberia (A) le 17 juin à Oran    Législatives/Alger-est : une plus importante affluence dans l'après-midi    Covid-19: plus de 5 millions de cas en Afrique    Tabbou, Ihsane El-kadi et Drareni relâchés    La Sadeg élabore un plan d'action pour les examens de fin d'année    Yasser Bouamar et Kaouther Ouallal éliminés d'entrée    Vers l'extradition d'El Wafi Ould-Abbès    Toute colonisation est un investissement perdu    Lumières rend hommage à plusieurs artistes    Hausse de 45,5% de nouveaux inscrits    Durcissement du Code pénal    LE VERDICT REPORTE AU 23 JUIN    Khaldi : "Revoir la politique du football"    Coton Sport-JSK à Yaoundé    LE NOUVEAU STADE D'ORAN OU LE 5-JUILLET POUR ABRITER LA FINALE    Sévère rappel à l'ordre du parlement européen au Maroc    Un salon dédié à la santé de l'étudiant    Saisie de 10 000 comprimés psychotropes    Finalisation de l'examen des décrets exécutifs    L'EXECUTIF SE MONTRE OPTIMISTE    Une série de dispositions annoncées pour redynamiser le secteur    Utilisation optimale des caméras de surveillance    Afrique du Sud: une alliance politico-syndicale réitère son soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    La Casbah d'Alger : L'artisanat disparaît peu à peu    L'ISACOM "salue la décision du Parlement européen condamnant le Maroc"    Véhicules de moins de 3 ans, tabac, fonds détournés...: Les nouveautés de la LFC 2021    Huit blessés dans 2 accidents de la route    Aïn El Turck: Retour en force de l'informel dans les localités côtières    Les habitants en appellent au wali: Une décharge sauvage en plein cœur de Haï Chahid Mahmoud    Complotisme : arme de la paresse intellectuelle et de la gouvernance institutionnelle    Les menaces de troisième génération    L'époux devenu loque    La Libye prend exemple de l'Algérie    Un quartier palestinien d'El Qods convoité par les sionistes    Neuf pays africains sur 10 pourraient ne pas atteindre l'objectif    Les défis de l'après-12 juin    Les avocats menacent de marcher    L'ami et le collègue de 56 ans!    Hommage à Fawzi Saïchi    «Unzipped Exposition», expo unique en Europe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Opération cosmétique ou volonté de changement ?
Publié dans El Watan le 05 - 01 - 2020

Le hirak a retrouvé en ce 46e vendredi ses couleurs, sa force de mobilisation, sa détermination et l'espérance du changement du système portée par le mouvement populaire du 22 Février.
La libération de 76 détenus d'opinion, dont le moudjahid Lakhdar Bouregaâ et le général à la retraite Hocine Benhadid, la veille de la marche hebdomadaire du hirak, a galvanisé les manifestants qui ont célébré l'événement dans un air de liesse populaire et de victoire sur l'arbitraire, aux côtés des détenus libérés alignés en héros aux premiers rangs des manifestations.
Outre le caractère injuste de ces arrestations massives, qualifiées de rafles par certains, et dont l'objectif était de casser le hirak en le frappant à la tête à travers l'incarcération de ses animateurs les plus en vue, le pouvoir réalise que l'opération coup-de-poing contre le hirak est politiquement contre-productive et judiciairement lourde à porter pour l'image du pays à l'extérieur en termes de respect des libertés et des droits de l'homme.
Le séjour en prison n'a fait qu'accroître la détermination des détenus qui sont sortis forgés par l'injustice de leur incarcération, les dures conditions de détention dénoncées par nombre d'entre eux et avec, en prime, une âme de militants radicalisés qui va sans doute servir de puissant carburant à l'action du hirak.
C'est pourquoi il faut espérer que la décision de vider les prisons des détenus du hirak ne soit pas une opération de politique politicienne destinée à jeter uniquement des passerelles avec le hirak dans la perspective du dialogue auquel a appelé le président Tebboune, et qu'elle reflète une réelle volonté du pouvoir de rompre avec le système de gouvernance autoritaire en place depuis l'indépendance.
Libérer les détenus tout en poursuivant les interpellations, les incarcérations et les actions de provocation à l'encontre du hirak serait pour le pouvoir un coup d'épée dans l'eau. Il serait présomptueux de croire que l'élargissement des détenus – dont beaucoup ont par ailleurs purgé leur peine – va à lui seul provoquer un déclic dans les rangs du hirak pour susciter un engouement au dialogue projeté par le pouvoir.
La rue attend d'autres gestes politiques plus forts, telles que l'indépendance de la justice, l'ouverture des champs politique et médiatique comme mesures urgentes avant d'ouvrir le grand chantier des institutions et du nouveau système politique à bâtir. Le fait accompli de l'élection présidentielle, présentée par ses instigateurs comme la clé de voûte du changement, n'a pas infléchi la problématique de fond des revendications de l'aile majoritaire du hirak, qui plaide pour la nécessité de la mise en œuvre de la transition comme seule issue de sortie de la crise.
Objet de toutes les critiques et des tirs nourris du hirak, comme on l'a vu ce vendredi, le président Tebboune tente depuis son investiture, par des messages en clair et codés, d'imprimer son empreinte à la gestion de la crise en optant pour la méthode Coué, privilégiant le changement prétendu ordonné à l'équation de la transition jugée par le pouvoir aventureuse et porteuse de risques pour la stabilité du pays.
C'est probablement cet esprit qui a présidé à la formation du nouveau gouvernement en faisant l'impasse sur les partis de l'alliance présidentielle de Bouteflika condamnés par le tribunal de l'histoire et du hirak. La non-reconduction dans l'organigramme du gouvernement du poste de vice-ministre de la Défense nationale, assumé par feu Gaïd Salah dans l'Executif précédent, mérite également d'être soulignée.
Néanmoins, cette concession (technique ?) faite au hirak n'est pas pour autant le signe probant que le pays a basculé dans un nouveau régime politique civil tel que réclamé par le mouvement citoyen, lequel requiert des réformes structurelles plus audacieuses.
La première intervention du nouveau chef d'état-major de l'armée, le général-major Chengriha, qui tranche singulièrement par sa retenue par rapport aux discours enflammés et inquisiteurs de son prédécesseur à l'encontre du hirak, et son recentrage sur sa vocation de défense nationale et du territoire de l'Anp dénotent un changement de ton et de discours. Mais il serait pour le moins hasardeux d'en tirer, pour l'heure, des conclusions hâtives.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.