Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    La Moudjahida Annie Steiner sera inhumé aujourd'hui à El Alia    Que faire pour réguler le marché ?    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Le Conseil de sécurité face à ses responsabilités    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    7 décès et 182 nouveaux cas    Les 22 manifestants maintenus en détention    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Promenade des Sablettes : Campagne de sensibilisation à la sécurité routière    Plus de 600 affaires traitées depuis janvier    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie mise sur «le principe de la complémentarité et d'intégration en Afrique»
Malgré un bilan mitigé du Nepad
Publié dans La Nouvelle République le 30 - 01 - 2021

Vingt ans après sa création, on peut dire que le bilan du Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (Nepad) est assez mitigé et souvent contradictoire. Cependant, malgré ces difficultés et défaillances, les perspectives d'atteindre des objectifs stratégiques souhaités sont encore fortes. Tous les pays africains, y compris l'Algérie, mènent depuis plusieurs mois une course contre la montre pour réduire l'impact social et économique de la crise sanitaire qui n'a fait qu'aggraver la situation politique et sécuritaire dans la région.
Ce qui est sûr, tous les gouvernements africains s'accordent sur l'échec des programmes de développement et de lutte contre la pauvreté et la paix, ce qui a compliqué la mission du Nepad sur le terrain et les efforts de la Banque africaine de développement (BAD). Engagée dans sa lutte pour la paix et la réconciliation en Afrique, l'Algérie aspire tirer toujours profit de l'alliance africaine dans le domaine du développement économique et humain. Un objectif qui permettra au «continent de sortir de la spirale du sous-développement». C'est ce qu'a déclaré le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, jeudi dernier au Symposium de haut niveau sur le Nouveau Partenariat pour le Développement de l'Afrique (Nepad), en qualité de représentant du président de la République, Abdelmadjid Tebboune. M. Djerad a fait la lumière sur l'engagement de l'Algérie dans le développement du continent africain afin d'apprécier tous les enjeux économiques et sociaux régionaux. «Partant de sa ferme conviction de la nécessité de consolider le processus d'intégration continentale en Afrique, l'Algérie s'est empressée d'adopter une approche régionale, aussi bien pour les projets d'infrastructure nationaux que pour ceux régionaux, en vue de soutenir efficacement et concrètement la tendance de complémentarité et d'intégration en Afrique», a-t-il affirmé. De hauts dirigeants africains ont pris part à cette rencontre animée par visioconférence, lors de laquelle ils ont examiné et évalué les actions de chaque gouvernement dans la mise en œuvre des programmes de développement du secteur agricole pour renforcer la sécurité alimentaire. Un objectif encore chimérique. Après vingt ans, le projet phase de l'Union africaine (UA) reste à l'état embryonnaire en raison des tensions régionales et la menace terroriste grandissante. L'histoire du Nepad a été marquée par de nombreuses crises mondiales depuis sa création, la plus récente étant la crise sanitaire de la Covid-19. Depuis sa transformation en 2018, en Agence de développement de l'Union africaine (Auda-Nepad), les gouvernements africains espèrent opérer d'importants et radicaux changements dans la gestion des programmes de développement et de lutte contre la pauvreté en exploitant toutes les potentialités humaine et naturelle du continent. Ainsi parvenir à s'adapter aux mutations économiques et technologiques mondiales. L'entrée en activité de la Zone de libre échange continentale africaine démontre la volonté des pays africains de briser tous les verrous de la dépendance et de construire un nouvel espace commun d'échange et de coopération pour atteindre, également, les objectifs fixés dans le projet de l'Auda-Nepad. «La création du Nepad avait pour objectif de permettre aux pays africains de compter sur leurs potentiels et capacités pour faire sortir le continent de la spirale du sous-développement», a déclaré lors de cette rencontre le président du Rwanda, Paule Kagamé, qui a mis l'accent sur «l'importance de l'accord entre l'Auda-Nepad et la nouvelle Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf)». Cette collaboration donnera un nouvel élan à la coopération africaine qui devra amorcer une phase transitoire du développement économique et social. Deux projets indissociables. Ce qui sera effectif avec la distribution du vaccin anti-Covid-19 et la réouverture des frontières. «Le respect de nos engagements statutaires en tant qu'Etats membres n'est pas seulement notre devoir. C'est aussi la meilleure façon d'utiliser nos ressources», a-t-il assuré Une vision que partage le chef du Gouvernement algérien qui a exprimé, à son tour, «l'importance de tirer les enseignements de l'échec des divers programmes de développement et de lutte contre la pauvreté, lancés à l'époque par plusieurs instances régionales et internationales», estimant que «cette situation a conduit les dirigeants des pays africains à l'adoption d'une nouvelle approche de développement, consacrant un rôle pionnier pour l'Afrique dans le cadre d'un partenariat, ouvert et permanent, axé sur les préoccupations et besoins des pays africains». «Il était nécessaire de résoudre les problèmes structurels résultant du lourd héritage colonial et de reconsidérer les politiques nationales et régionales qui souffraient souvent de la faiblesse des capacités nationales de gestion et des effets négatifs de l'environnement économique mondial», a-t-il ajouté, affirmant «l'engagement de l'Algérie dans l'exécution du processus de promotion du développement dans le continent africain».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.