"Forum de la voix de la jeunesse" pour un changement positif de la société    Ligue des champions (6e j): le MC Alger qualifié en quarts de finale    Boudjemâa: appel à contribuer à la politique de l'économie circulaire    Le refus de l'UE d'inclure le Sahara occidental dans l'accord "interbus" est une avancée intéressante    Le Gouvernement déterminé à développer une véritable industrie pharmaceutique    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Coupe de la ligue: résultat du tirage au sort    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    Acquittement pour 32 activistes    L'option du rationnement écartée ?    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    Les walis soumis à une évaluation périodique    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La France reconnaît que son armée a assassiné Ali Boumendjel
Mémoire
Publié dans La Nouvelle République le 03 - 03 - 2021

C'était prévisible après le Rapport Stora qui annonçait des «gestes symboliques» et préconisait, notamment, la reconnaissance par la France de l'assassinat d'Ali Boumendjel.
Arrêté au cours de la Bataille d'Alger, Ali Boumendjel a été placé au secret et torturé, puis assassiné par l'armée française le 23 mars 1957. Les Algériens le savaient. Les autorités françaises l'ont longtemps nié. Paul Aussaresses, sinistre général tortionnaire et assassin, a fini par avouer avoir ordonné à l'un de ses subordonnés de le tuer et de maquiller le crime en suicide. Enfin, le 3 mars 2021, par un communiqué officiel, la Présidence de la République française annonce que le Président français, Emmanuel Macron, a reconnu «au nom de la France» que l'avocat et dirigeant politique du nationalisme algérien, Ali Boumendjel «a été torturé puis assassiné» par l'armée coloniale pendant la Guerre de libération nationale». Selon ce communiqué, le mercredi 3 mars 2021 «le président de la République a reçu au Palais de l'Elysée quatre des petits-enfants d'Ali Boumendjel pour leur dire, au nom de la France, ce que Malika Boumendjel aurait voulu entendre : Ali Boumendjel ne s'est pas suicidé. Il a été torturé puis assassiné».
Le président Macron leur a également dit «sa volonté de poursuivre le travail engagé depuis plusieurs années pour recueillir les témoignages et encourager le travail des historiens par l'ouverture des archives, afin de donner à toutes les familles des disparus, des deux côtés de la Méditerranée, les moyens de connaître la vérité». Il annonce que «ce travail sera prolongé et approfondi au cours des prochains mois, afin que nous puissions avancer vers l'apaisement et la réconciliation». Emmanuel Macron admet que «regarder l'Histoire en face, reconnaître la vérité des faits, ne permettra pas de refermer des plaies toujours ouvertes, mais aidera à frayer le chemin de l'avenir». Le communiqué de l'Elysée rappelle que «Ali Boumendjel est né le 23 mai 1919, à Relizane, dans une famille riche en talents, imprégnée de voyages, de culture et de combats politiques. Son père, instituteur, lui transmit le goût des savoirs. Le brillant écolier se fraya sans mal une place sur les bancs de la Faculté de droit d'Alger. C'est fort d'une culture ouverte, généreuse, humaniste, puisant aux sources des Lumières, qu'Ali Boumendjel s'engagea bientôt en politique, contre l'injustice du système colonial et pour l'indépendance de l'Algérie».
«Ali Boumendjel laissait derrière lui un héritage politique important. Ses combats et son courage ont marqué à jamais les esprits algériens et français, parmi lesquels René Capitant, qui avait été son professeur», poursuit le communiqué. Le nouveau geste du Président Macron qui, au nom de la France, reconnaît que l'armée française a commis des assassinats d'Algériens pendant la Guerre de libération nationale, doit être suivi par d'autres gestes concernant toute la période coloniale. Les crimes commis par Bugeaud et consorts, doivent être reconnus et condamnés officiellement par la France. Idem pour les bombardements au napalm effectués par l'aviation française pour brûler à la fois les combattants de l'Armée de libération nationale (ALN) et les maquis et forêts qui leur servaient de refuges.
Autre spécialité de l'armée coloniale française : les enfumades associées au nom de sinistres généraux français ; une pratique inventée par le corps expéditionnaire français durant la conquête de l'Algérie, en 1844 et 1845, consistant à asphyxier des personnes réfugiées ou enfermées dans une grotte, en allumant devant l'entrée des feux qui consomment l'oxygène disponible et remplissent les cavités de fumée. Les populations ainsi annihilées, dont des femmes et des enfants, ont représenté des tribus entières, soit des milliers de victimes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.