Il sera inhumé aujourd'hui à El Alia: Abdelkader Bensalah n'est plus    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Exonérations totale des pénalités et des majorations de retard: La CASNOS sensibilise    Réunion Gouvernement-walis samedi prochain    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Bekkat Berkani: Une réforme du système de santé est nécessaire    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Annaba a trouvé la parade    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    40 000 ha prévus pour la prochaine campagne agricole    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    Cinglant revers du makhzen    «La rupture avec le Maroc était nécessaire»    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Le MOC et le CRT dans l'embarras    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Les Vertes bouclent leur stage d'évaluation    Tuchel ne lâche pas Werner    Hakimi veut marquer l'histoire du club    Les préoccupations locales dominent    Les projections de l'Anade    Ca grogne    Une saignée inévitable    MERIEM    Démarrage des soldes    De nouveaux établissements inaugurés    La pénurie en eau potable était évitable    182 affaires en 9 mois    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    L'EVEIL DES CONSCIENCES    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    Lamamra s'entretient avec son homologue français    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



une école, une culture
Le théâtre :
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 04 - 2021

Il s'agit d'un théâtre formateur mais virtuel, qui rappelle le théâtre antique, classique, moderne, de boulevard. Cependant, il a cette particularité d'avoir des acteurs fictifs issus du monde des travailleurs de la terre de tous les temps, particulièrement de l'ancien temps.
Les travaux des champs sont à peu près les mêmes depuis la nuit des temps avec cette particularité qu'aujourd'hui les outils utilisés ont, en certains endroits ont changé, les personnages chargés des travaux de la terre et le décor sont identiques, seulement il faut des scénarios pour mieux voir comment s'organise la vie des champs pour l'apparenter à un théâtre. L'essentiel est qu'il prenne en charge tout le quotidien de ceux qui vivent dans les champs, alors que jadis le théâtre n'était pas fait pour rencontrer la classe ouvrière, particulièrement celle qui vit des produits de la terre. Ce théâtre permet de vivre l'ensemble des conjonctures que connait le vécu champêtre dans ce qu'elle a de plus authentique. Le travail de chaque travailleur de la terre demande un savoir-faire et des efforts. Le laboureur exerce un métier exigeant beaucoup de patience et d'endurance, il est aussi moissonneur infatigable. Le berger a aussi un travail spécifique, garder les vaches, chèvres, mouton, une bête de somme pour le transport du bois et du fourrage et il d'autres tâche non moins importantes à faire. L'arboriculteur s'occupe de planter, tailler, greffer, il peut être aussi à ses heures de loisir, apiculteur ou rebouteux. Les femmes des agriculteurs jouent des rôles importants pour tous : faire à manger, élever des petits enfants, faire le feu pour cuisiner, s'occuper de bien d'autres tâches ardues et toutes ces activités que le destin a voulu qu'elle soient les seules à pouvoir les accomplir dans la dignité, toute sa vie de responsable d'un secteur sensible, elles s'en sont occupées méticuleusement. Et chacun de faire du mieux qu'il pouvait pour rendre à chacun la vie agréable, en essayant de réduire les difficultés de la vie. La famille est une école où tous les jeunes apprennent toutes les pratiques agricoles en lien avec les aléas des conditions atmosphériques et la qualité du travail. C'est une culture qui s'acquiert au fil du temps par le contact direct et permanent avec les plus chevronnés, on y apprend à prendre conscience de son rôle à exercer avec sérieux pour le bien de la collectivité. Cela consiste à rendre chacun responsable de son travail, facteur de prospérité et du temps qu'il faut savoir gérer à bon escient ainsi que du savoir faire de chacun nécessaireCela consiste à rendre chacun responsable de son travail, facteur de prospérité et du temps qu'il faut savoir gérer à bon escient ainsi que du savoir faire de chacun nécessaire pour un meilleur rendement. Donc, la vie dans les champs était subordonnée à des règles de conduite strictes et à un code édicté par les anciens.
La vie dans les champs, une suite d'odyssées
La vie dans les a toujours été une lutte perpétuelle, un combat quotidien qui est mené pour assurer l'avenir, préserver les récoltes qui assurent l'alimentation pour une longue période. C'est lorsqu'on interroge les travailleurs qu'on découvre ce qu'ils ont subi pour arriver à faire fructifier leur dur labeur. Une fois, c'était au moment des moissons, un propriétaire de champ qui avait fort à faire avec sa récolte, il utilisait sa faux pour couper les tiges et rassembler celles-ci en gerbes. C'était de l'orge et cette année là, il y eut une très bonne récolte si bien que notre fellah avait du mal à terminer sa moisson. Chaque jour, il commençait le plus tôt possible pour ne terminer que très tard et il rentrait chez lui bien après le coucher du soleil. Sa femme, au lieu de le comprendre lorsqu'il racontait des difficultés qu'il avait à terminer et d'après son état d'homme fatigué, sentant la sueur, elle le soupçonnait d'aller ailleurs après le travail. Un jour, elle lui proposa de venir travailler avec lui, l'homme fut enchanté d'avoir de la compagnie et dès le lendemain, la femme se mit à l'œuvre avec sa faucille, elle moissonnait tant qu'elle put, le matin, mais l'après-midi, la fatigue commença à se faire sentir tandis que son mari travaillait sans se retourner et il avançait infatigablement. Cependant pour la dame, le moissonnage se faisait de plus en plus pénible. Elle demanda à son mari si elle pouvait continuer mais en s'asseyant, d'accord lui dit son homme. Elle supporta le travail tant qu'elle put et on sentait qu'elle fut au bout de ses forces si bien qu'elle demanda à son mari de travailler en se couchant. «Lève-toi !», lui dit-il et rentrons vite à la maison. Jamais on n'a vu quelqu'un moissonner couché. Voilà un modèle de couple qui peut inspirer pour un théâtre comique, on peut faire jouer cette histoire en une comédie en trois actes mettant en relief deux caractères qui n'arrivent à se comprendre. Une femme soupçonneuse qui fait des siennes à son mari à chaque fois qu'il rentre tard, lessivé de son travail. Au lieu de comprendre, sa méchante épouse lui fait la tête, quelquefois c'est des scènes de ménage à n'en plus finir. Le mari, est bon de caractère, il veut sauver le couple fragilisé. Il ne dit rien, ayant la conscience tranquille, il espère que l'orage passager va passer, il ne dit rien par esprit de sagesse et c'est très discret alors que sa dame lave son sale en public, elle raconte à toutes ses amies ce qui lui arrive, bien qu'il n'y ait rien d'anormal, elle dramatise. Et puis, un jour, elle a voulu être plus près de la réalité et décide d'aller voir le bal champêtre où son mari s'attarde chaque soir, elle découvre la réalité. Si elle avait un gramme de logique, elle aurait pensé qu'avec l'état dans lequel rentrait son mari, il n'y avait pas lieu de penser à la tromperie. Les choses se sont passés ainsi, mais pour une pièce de théâtre tragicomique, pour un grand dramaturge qui sait transformer la réalité en une donnant quelques notes de fiction, la pièce serait enrichie. Tel es le travail de maître de la mise en scène.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.