[Vidéo] Scène héroïque des sapeurs-pompiers à M'sila    Real Madrid: Zidane vers la sortie ?    Ligue des champions: Mahrez dans l'équipe type de la semaine    Congé de maternité: Une campagne d'information sur les demandes en ligne    EN: deux à trois matchs amicaux au menu des Verts en juin    AADL2 : Près de 4.600 souscripteurs ont retiré les ordres de versement de la 1ère tranche    Coopération : lancement officiel du projet de création d'un Conseil d'affaires algéro-mozambicain    Ligue des champions (1/4 de finale - aller) : CRB-EST décalé au samedi 15 mai    La position française par rapport à ce qui se passe au Tchad est anti-démocratique    Coronavirus: 201 nouveaux cas, 138 guérisons et 8 décès    Espagne: la justice dément avoir convoqué le président sahraoui Brahim Ghali    La recherche de solutions aux différentes revendications doit se faire dans le cadre d'une approche progressive    Le général Medjahed débat avec Anouar Haddam    Algérie-Libye : une position ferme et réaliste (1re partie)    Le Parlement adopte l'amendement de la loi sur la Cour constitutionnelle    Nous sommes fiers de l'acquis démocratique polonais    Six mois de prison avec sursis pour Bendiar Maamar    «Le FLN est en décadence»    Les prix se consolident    L'ouverture de bureaux de change n'est pas envisageable    Sonatrach évoque une reprise de ses activités en Libye    Messaoudi (JSS) maintient le cap    Les finances et la fin de saison au menu    «Ce n'est pas évident de mettre toujours un onze compétitif»    Renflouage du barrage de Taksebt depuis l'oued Sebaou    Cap sur le 6e congrès    2 personnes trouvent la mort sur la RN 47    Tajine de poulet sucré-salé    Les pompiers exigent la réintégration de leurs collègues    Relâchement généralisé et persistant    Algérie-France : la question de la mémoire doit être traitée dans le cadre d'un dialogue d'Etat à Etat    Bac artistique : la musique et la danse seront-elles enfin licites ?    Les artistes rendent hommage à Sid Ahmed Agoumi    "Certains de nos comédiens ont du mal à incarner leur personnage"    Inexistant au centre-ouest du pays : Le projet de CHU relancé à Chlef    Le parcours du combattant    La néo-théorie du «bon cercle» !    Eric Zemmour, visé par des accusations d'agressions sexuelles    L'armée hausse le ton    Les démarches de sa prise en charge engagées    Les candidats retiennent leur souffle    Les mises en garde de l'Armée    Les agents agréés de l'Otan aux abois    L'UA condamne les attaques terroristes au Burkina-Faso, Mali et Niger    Un policier tué dans une attaque jihadiste sur des puits de pétrole    Huit auteurs du meurtre des trois expatriés ont été abattus    Appel à l'exploitation économique du patrimoine culturel    Le roman de Salim Bachi parait aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Macron commente les propos de Djâaboub
Algérie-France
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 04 - 2021

Les efforts de réconciliation entre la France et l'Algérie se heurteraient à des «résistances» en Algérie, selon le Président français Emmanuel Macron qui a exprimé cette appréciation dimanche 18 avril, lors d'un entretien au quotidien parisien, Le Figaro.
Il estime que la volonté de réconciliation des mémoires entre Français et Algériens est «très largement partagée», mais qu'elle ferait face à «quelques résistances» en Algérie. Le même constat – de la volonté de réconciliation des mémoires entre Français et Algériens, «très largement partagée» – a déjà été fait par les autorités algériennes, avec cette différence qu'elles ont enregistré les «quelques résistances» plutôt en France. La plus grosse résistance porte sur l'affaire des séquelles des essais nucléaires effectués au Sahara par la France et sur les responsabilités historiques de la France et de son armée. Les Algériens attendent du concret, car là, il s'agit non pas de considérations «morales» sur le passé colonial français, mais de l'impact de produits radioactifs sur la population des zones où ont eu lieu les essais nucléaires et qui sont encore contaminées à ce jour par des déchets dont la localisation est connue par l'armée française.
Par ailleurs, dans son entretien au Figaro, le Président Macron a évoqué la dimension franco-française de la question de la mémoire : «Au fond, nous n'avons pas réconcilié les mémoires fracturées ni construit un discours national homogène (…) La mémoire fracturée, c'est celle des Pieds-noirs, celle des harkis, celle des appelés du contingent, celle des militaires français, celle des Algériens venus ensuite en France, celle des enfants de cette migration, celle des binationaux…». «Je ne suis ni dans la repentance ni dans le déni. Je crois dans une politique de la reconnaissance qui rend notre nation plus forte», a-t-il ajouté. Dans le même entretien, le Président Macron a commenté la petite phrase du ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, Hachemi Djaâboub, qui qualifiait la France d'«ennemi traditionnel et éternel» des Algériens.
Pour Emmanuel Macron, cette déclaration est «inacceptable». C'est lors d'une séance plénière au Conseil de la Nation, jeudi 8 avril 2021, portant sur le déficit que connaît la Caisse nationale des retraites (CNR), et en citant l'exemple du déficit de la caisse des retraites française, que le ministre du Travail a tenu ces propos. Dans le même contexte, les marches du vendredi, même si elles drainent moins de monde qu'avant, ont pris une tournure anti-France, avec des slogans qui font référence à son passé colonial et à ses prétentions néo-coloniales. Les médias français ignorent l'importance que prend la question mémorielle chez les jeunes Algériens, exprimée en ce moment par ceux qui participent aux marches du Hirak, à travers des slogans qui ont surpris ceux qui ne connaissent pas le peuple algérien en profondeur.
Il ne s'agit pas d'une position conjoncturelle. La place, dans la mémoire des jeunes Algériens, du passé colonial de la France et des crimes commis durant la période d'occupation, est gravement sous-estimée par les médias français qui traitent cette question avec une surprenante légèreté, alors que la confiance en dépend. D'ailleurs, il semble que la méfiance soit revenue en force, après le geste inamical d'un groupe de LREM, parti créé par le Président Macron, qui a installé une antenne à Dakhla, au Sahara occidental, en territoire occupé par le Maroc.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.