Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Le projet de loi en débat au gouvernement    "Je demande pardon au peuple algérien"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Premier dictionnaire de toponymie algérienne des lieux habités
Haut-Conseil de la langue arabe
Publié dans La Nouvelle République le 06 - 07 - 2021

Le Haut-Conseil de la langue arabe (HCLA) a organisé, dimanche à Alger, une journée d'information à l'occasion de la publication du premier volume du «Dictionnaire de toponymie algérienne des lieux habités» en concomitance avec le double anniversaire du 59ème anniversaire de la fête de l'indépendance et de la jeunesse.
«Le Dictionnaire de toponymie algérienne des lieux habités, premier du genre en langue arabe, est le fruit d'une année de travail commun entre les chercheurs du HCLA et ceux des centres de recherche, des universités nationales, de l'Institut national de cartographie et de télédétection (INCT), du ministère de la Défense nationale, du ministère du Tourisme et du Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC) d'Oran», a fait savoir le président du HCLA, Salah Belaid, lors de la présentation de la nouvelle publication au siège du HCLA. Selon M. Belaid, le dictionnaire dont la date de publication a été choisie en concomitance avec le 59e anniversaire de la fête de l'Indépendance et de la Jeunesse, est le fruit des efforts d'équipes nationales de recherche ayant effectué un travail de terrain pour vérifier la précision de l'onomastique (anthroponymie et toponymie).
Il a souligné dans le même contexte, que cette partie comprend la toponymie de 16 wilayas, de Adrar à Alger, où de nombreuses références ont été adoptées et des techniques modernes ont été utilisées qui traitent méticuleusement les coordonnées des cartes, tableaux et nomenclature, dans le but de «généraliser l'usage de la langue arabe dans tous les aspects de vie et rectifier l'appellation de certains lieux impactés par les changements de relief ou victimes de la destruction par le colonisateur de notre identité culturelle», ajoute l'orateur. Doté d'un programme numérique intelligent, ce dictionnaire dont le code de lecture rapide est téléchargeable pour chaque wilaya, a-t-il ajouté précisant que le dictionnaire peut être téléchargé à partir du site Web du HCLA, tandis que des exemplaires seront distribués au niveau des bibliothèques publiques, rappelant que «le Conseil a lancé une page Facebook à partir d'aujourd'hui pour enrichir le travail au niveau de 58 wilayas et 1.541 communes».
Dr Salah Balaïd a, également, indiqué que le processus d'élaboration du projet devrait bientôt prendre fin, dans l'attente de la parution des trois autres volumes du «Dictionnaire de toponymie algérienne des lieux habités», (70% de taux d'avancement), lesquels seront rendus public à l'occasion de la célébration de la Journée internationale de la langue arabe, coïncidant au 18 décembre prochain. Pour sa part, le chargé de mission à l'Institut national de cartographie, M. Abdou Mohamed, a passé en revue dans son allocution la contribution de l'Institut à la réalisation du «Dictionnaire de toponymie algérienne des lieux habités», notant que cette réalisation scientifique et linguistique servira de «référence majeure pour la nomenclature géographique au niveau de l'Algérie».
La rencontre scientifique, à laquelle a participé le chef du Conseil maghrébin de la choura, Saïd Mokaddam, a été rehaussée par la présentation de riches interventions de chercheurs des universités et des instituts nationaux chargés de la réalisation de ce dictionnaire numérique, lancé au début de l'année en cours, des interventions qui ont évoqué les plus importants contenus et les étapes de son élaboration qui constitue selon eux un moyen important de recherche dans les appellations des lieux à travers le territoire national en raison de la charge sociale, historique, culturelle et anthropologique du nom, pour mieux comprendre l'évolution de la société algérienne et de ses spécificités. Dans le même cadre, une exposition de cartes a été organisée pour l'Institut national de cartographie et de télédétection, mettant en évidence le rôle de cet institut dans la réalisation, le développement et l'élargissement du champ des études.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.