Rentrée 2022-2023 : le ministère de l'Education publie la liste officielle des fournitures scolaires    Retour sur le rôle actif du martyr Mokhtar Kritli dans les préparatifs de la Révolution (TEMOIGNAGES)    Real : Vers le départ en prêt de Ruben Blanco    Liverpool : Klopp en veut à Darwin Nunez    La faim plus menaçante    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    U 23 - Après le ratage des Jeux de la Solidarité Islamique 2022: Des lacunes à combler chez les Verts    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    La série noire continue à Tiaret: Deux morts et trois blessés dans une collision    Des feux de forêts toujours actifs dans plusieurs wilayas: Des centaines d'hectares carbonisés et des familles évacuées    Le pain, la viande et le poulet    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    Le vieux de mon village    Dimanche, le pic!    Le grand retour    «Garante d'une sécurité alimentaire durable»    Les Verts déjà en forme    Altercation entre Tuchel et Conte    PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    L'Union africaine se penche sur le Tchad    La Chine relance ses manœuvres militaires    Un Palestinien tombe en martyr    Retrouvailles familiales    Près de 200 personnes évacuées aux urgences    «Complet» partout    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Une troisième voie «pointe du nez»    Une autobiographie de Rachid Boudjedra    Riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Saïd Chanegriha préside l'ouverture du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    Incendie dans une église du Caire: l'Algérie présente ses condoléances    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quelles perspectives pour le cours du pétrole/gaz, la sécurité alimentaire et la coopération Algérie-Europe dans le domaine énergétique ?
Face à la crise ukrainienne
Publié dans La Nouvelle République le 21 - 03 - 2022

N'oublions pas les négociations en cours avec le Qatar 15 000 milliards de mètres cubes gazeux de réserve, le Nigeria 5 500 milliards de réserves de gaz, la Libye 42 milliards de barils de pétrole et 1 500 milliards de mètres cubes de gaz, l'Algérie plus de 10 milliards de barils de pétrole et 2 500 milliards de mètres cubes, pour le gaz. Cette présente contribution est une synthèse de l' analyse développée dans une long débat interviewé par le PDG de Beur/FM Paris, que vous pouvez écouter le 13/9/2022 de 17h à 18h, posant cette question : quels impacts la crise ukrainienne sur le cours du pétrole/gaz, sur la sécurité alimentaire et des relations entre l'Algérie et l'Europe tant dans le domaine géostratégique qu'énergétique ?
1.- Nous sommes à l'ère de la mondialisation et durant cette conjoncture particulière de la crise avec l'Ukraine, l'Europe est dépendante de plus de 26% pour le pétrole et plus de 40% de la consommation de gaz. Les exportations énergétiques représentent la moitié des exportations de matières premières et pour 2021, la moitié des exportations énergétiques russes sont dirigées vers l'Union européenne, soit environ 125 milliards de dollars et 8,5% du PIB russe et les exportations de pétrole vers l'Union européenne représentent plus de 100 milliards de dollars pour la Russie, soit environ 7% du PIB. La Russie avec une population de 144 millions d'habitants et un PIB de 1 473 Md USD en 2020, la 11e économie mondiale, contribue à plus de 12% de la production mondiale étant le troisième producteur mondial d'aluminium, un des plus gros producteurs de nickel au monde, le troisième derrière l'Indonésie et les Philippines et du côté aluminium, selon le World Bureau of Metal Statistics. Plus précisément le flux des échanges commerciaux entre la Russie et le reste du monde pour les importations, les principaux partenaires pour les importations sont l'Union européenne 34%, la Chine 23%, Biélorussie 5%, USA 6%, Turquie 2%, la Corée du Sud 3% et autres pays 27%. Plus précisément, pour les partenaires en matière d'exportation, nous avons l'Union européenne 38%, dont plus de 40% pour l'énergie, la Chine 14%, Biélorussie 5%, USA 3%, Turquie 5%, la Corée du Sud 4% et autres 31%. Bien que le rouble a été dévalué de plus de 40% en un mois, ce qui a des incidences sur le taux l'inflation, la Russie a des réserves de change au 1er janvier 2022 de 630 milliards de dollars dont 2 200 tonnes d'or.
Les incidences des sanctions économiques contre la Russie, par l'éviction du système SWIFT et le blocage du système de messagerie interbancaire, imposée par les pays occidentaux, bien que certaines banques continuent dans les transactions pour le gaz sous pression de l'Allemagne fortement dépendante du gaz russe, bouleverse l'architecture des relations financières internationales, ayant un impact négatif sur l'économie russe, mais parallèlement, sur l'économie mondiale, ce qui a conduit la Russie à étudier des alternatives vers le système de paiement interbancaire transfrontalier (CIPS) ; qui a été développé par la Chine en 2015, où les relations commerciales de Pékin et de Moscou étant régies à 17,5% par le yuan, le système de paiement CIPS étant principalement utilisé pour régler les crédits internationaux en yuan et les échanges liés à l'initiative «Belt and Road», agissant comme un système alternatif au traditionnel Swift créé en 1973, bien qu'il n'en soit pas encore totalement indépendant. Quant à l'impact de tensions en Ukraine sur la crise alimentaire, pour les produits alimentaires 30% des exportations mondiales proviennent de l'Ukraine et la Russie, le prix du blé ayant doublé par deux et risque d'être multiplié par trois. La tonne de maïs, sur l'échéance rapprochée d'une livraison en mars, se cotait le 3 mars 2022 à 280 euros pour remonter le 4 mars à 290 euros. Concernant le blé, celui-ci a atteint jeudi 316 euros le 3 mars, si la crise devait durait selon certains experts, il pourrait atteindre entre 450/500 euros, il en est de même pour les prix du tournesol, les deux pays représentant près de 80% des exportations mondiales d'huile de tournesol. Ainsi, les cours du colza progressent très nettement dans le sillage des autres huiles, selon le cabinet Agritel, l'huile de palme était de de 500 ringgit, à 6 458 ringgit la tonne, sur l'échéance de mai 2022.
L'impact la crise alimentaire mondiale serait plus dramatique sur les pays importateurs de produits alimentaires pas seulement l'Algérie et l'Egypte, et les plus vulnérables n'ayant pas les moyens de financement comme la Tunisie, le Liban et les pays d'Afrique subsaharienne qui sont les plus vulnérables. Par ailleurs, des pays peu diversifiés dépendants des hydrocarbures pour leur exportations, important massivement les denrées alimentaires des biens d'équipements et matières premières, ce qu'ils gagnent d'un côté, ils le perdent de l'autre avec la hausse de ces prix, les impacts seront négatifs. Sans une solution rapide, l'économie mondiale risque de connaître une récession pire que celle de l'impact du coronavirus et la crise de 2008, avec une poussée inflationniste et du chômage au niveau mondial ce qu'on qualifie de stagflation (voir nos contributions nationales et internationales sur la flambée du prix du pétrole et des denrées alimentaires) (www.google.com mars 2022). Le risque est l'accroissement d'accroître certes une récession de l'économie russe mais de vives tensions en Europe avec l'envolée du processus inflationniste, plus de 5% avec l'augmentation de la dette publique qui est passée antérieurement du fait de l'épidémie du coronavirus, d'environ 70% du PIB en 2007 à 124% du PIB en 2020 et au niveau mondial selon le FMI pour 2020, la dette globale ayant atteint un montant de 226 000 milliards de dollars pour atteindre 256% du PIB mondial.
Les expériences historiques récentes montrent qu'un prix du pétrole au dessus de 100 dollars entraîne à terme, avec une économie mondiale toujours fragile, des répercussions négatives sur la Chine locomotive de l'économie mondiale dont la majorité de ses exportations sont dirigées vers les USA et l'Europe, les relations Chine /Russie pour l'instant étant encore marginales, avec ce risque d'avoir à nouveau un prix en dessous de 50 dollars, en 2023/2024 en cas de récession de l'économie mondiale, le prix d'équilibre se situant entre 70/80 dollars (notre interview Radio Algérie Internationale 08/03/2022).
2.-Face à ces tensions l'Algérie, important acteur pour la sécurité de la région et acteur énergétique, est sollicitée à la fois contre le terrorisme et pour couvrir le déficit énergétique, mais ayant adopté une position de neutralité, ayant des relations avec les USA, l'Europe, la Russie et la Chine, prônant le dialogue et le respect du droit international.
Professeur des universités
Expert international
Dr Abderrahmane


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.