Le Président Tebboune préside une séance de travail au siège du MDN    Entre indifférence et inconscience    Plan d'annexion en Cisjordanie: la Fédération internationale des syndicats condamne la démarche israélienne    La BM retire des cartes géographiques du Maroc incluant illégalement le Sahara occidental    Deux terroristes neutralisés, un autre s'est rendu en mai dernier    Le RND dénonce les campagnes d'information tendancieuses des médias français contre l'Algérie    Un webinaire interactif pour la région Mena    Les frais de transport des dépouilles à la charge de l'état    Raouya présente le PLFC 2020 devant la commission spécialisée    Mustapha Hamici, nouveau directeur général    Baadji Abou-El-Fadhl confiné chez lui    Le référendum constitutionnel fixé au 1er juillet    Le Zimbabwe convoque l'ambassadeur américain à Harare    L'Amérique brûle    Réunion du Bureau Fédéral de la FAF : La reprise des activités liée à la levée du confinement    Milan AC (Italie) : L'Algérien Bennacer intransférable pour le futur entraîneur    L'Epreuve    L'infrangible lien…    Les remplaçants acceptent, les titulaires refusent    Manchester City : Mahrez victime d'un cambriolage à plus de 500 000 euros    Le procès de Karim Tabbou renvoyé au 29 juin    Covid19-Aides aux commerçants: l'ANCA se félicite des décisions du Conseil des ministres    8 décès et 119 nouveaux cas en 24 heures    Les écoles privées rappelées à l'ordre    Mila : 73 enfants victimes de violences depuis le début de l'année    On vous le dit    La sanction infligée à l'émission "Insahouni" d'Ennahar TV réduite à une suspension provisoire    Le journaliste Henri de Grandmaison tire sa révérence    "Je pense porter plainte pour manipulation"    De l'orientation sociale du savoir au contrôle de la société    Fresque murale vandalisée à Alger-Centre : «Abu rouleau» rentre dans l'art    Grèce : Plus de 11 000 réfugiés seront expulsés    Récits de Miel et de Sang, ou le voyage dans le temps    Sidi Bel Abbès: Plus de 400 kg de viande issue de l'abattage clandestin interceptés    Football - Agents de joueurs: Entre affairisme et parfaite illégalité !    Allemagne: Quatrième passe décisive pour Bensebaïni    Impactés par les retombées du confinement: Les gérants des auto-écoles réclament la reprise de leur activité    El-Bayadh: La production céréalière impactée par la sécheresse    "La chloroquine a prouvé son efficacité" selon Benbouzid    Les plages algéroises interdites à la baignade    Ce que prépare le gouvernement...    Les amendements introduits    TRIBUNAL DE KOLEA : Le procès de Karim Tabbou à nouveau reporté    Mustapha Hamici installé à la tête du quotidien Echaâb    Boukadoum: Oeuvrer sans relâche à redonner à l'Algérie la place qui lui sied    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    La mort au temps du corona    Les violentes manifestations se poursuivent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un objet légendaire (II)
Le Graal
Publié dans La Nouvelle République le 02 - 08 - 2010

Selon une légende, un juif (ou un homme de Ponce Pilate) aurait dérobé le Saint Calice au Cénacle puis l'aurait remis au gouverneur de la Palestine, Ponce Pilate. Certaines légendes ajoutent même que Ponce Pilate y aurait puisé l'eau avec laquelle il s'est lavé les mains après avoir accompli odieux forfait.
Des légendes multiples
Par ailleurs, il existe également d'autres légendes qui diffèrent de celle qu'on a évoquée plus haut.
Ainsi, une autre légende, par exemple, a affirmé que Joseph d'Arimathée, le profanateur, devait rester chez lui et de ne pas bouger de là pendant quarante jours. Dans la légende, il restera enfermé dans son cachot, pendant trente à quarante longues années (dans certaines légendes, une colombe vient déposer tous les jours une galette dans la coupe pour qu'il puisse se restaurer de façon frugale).
Ce n'est pas la seule légende car une autre vient généralement se rattacher à une autre légende, celle de la maladie de l'empereur romain Vespasien.
Ainsi, selon cette dernière, un pèlerin avait raconté à Vespasien qu'il a vu en Judée un prophète ayant accompli de nombreux miracles. Bien que ce prophète, Jésus-Christ, soit mort (selon la fausse version chrétienne), l'empereur Vespasien pouvait être guéri s'il touchait quelque chose lui ayant appartenu de son vivant. Alors, cet empereur ordonna d'envoyer ses hommes de Rome vers la lointaine terre de Palestine à la recherche d'un tel objet devant être dans la ville sainte de Jérusalem qui pourrait le guérir, enfin, de sa maladie.
L'alchimie et le Graal
L'ouvrage de l'alchimiste Fulcanelli, le Mystère des Cathédrales, donne du Graal une interprétation initiatique. La compréhension s'élargit à la seule condition d'avoir reçu une initiation maçonnique dans les règles de l'art. Les nombreuses initiations avaient pour but de réveiller des symboles cachés qui se transmettaient de façon très particulière et, souvent, par la douleur ressentie. Le Graal existe, ainsi, mais dans le vécu de l'initié et c'est quelque chose de tellement particulier et effroyable qu'on ne pouvait l'exprimer. Non pas dans le sens de la crainte d'un quelconque châtiment mais l'homme est en contact avec lui-même. Il savait ce qu'il était et ce qu'il avait toujours été. Toute tentative d'explication était vaine ; plus il devait essayer d'expliquer, plus il était incompris au point de se sentir face à des juges.
Le Graal entre science et symbole
La quête du Graal a aussi un sens moderne beaucoup plus concret : il décrit un objectif difficilement réalisable, mais qui apportera au monde des nouvelles connaissances ou permettra une application originale sur la matière. Ainsi, en physique, on qualifie la théorie de grande unification (théorie du tout) de «Graal des physiciens». Encore, la compréhension du mécanisme par lequel les gènes contrôlaient la physionomie des organes serait le «Graal des généticiens».
Le Graal serait un objet mystérieux :
1 - C'est un objet caché : personne ne l'a jamais vu et il n'aura réellement accompli son rôle qu'après avoir été, enfin, retrouvé pour toujours.
2 - C'est un objet sacré aux pouvoirs puissants : seul un être pur pourra le trouver et en prendre possession.
* Selon certaines légendes, la découverte du Graal devait annoncer la fin des Temps Aventureux.
Pourtant, tous les chevaliers du Moyen-Age devaient le chercher coûte que coûte, et le monde n'aura de paix qu'après sa découverte, mais, paradoxalement, c'est à celui qui ne le cherchait pas qu'il sera donné de le trouver, selon un obscur auteur, Wolfram. On peut ainsi donner plusieurs interprétations à la quête des chevaliers :
1 - L'énergie dépensée et les épreuves rencontrées font grandir ou révèlent les qualités des chevaliers de la Table Ronde, éventuellement leur permettent d'en acquérir de nouvelles. Il s'agit donc d'une quête initiatique et de révélation personnelle.
2 -La recherche d'un objet sacré comme but dans la vie, et même au risque de sa vie, montre que la finalité peut être plus importante que sa propre existence : vision chrétienne de la vie terrestre, vécue comme un passage avant un monde meilleur.
3 - Le Saint Graal déposé par un chevalier au centre de la Table Ronde, lieu de rencontre des puissants du royaume, marque symboliquement l'instauration du christianisme grâce aux pouvoirs temporels (politiques ou militaires). Il montre aussi la primauté du religieux sur le temporel, puisqu'il justifie les efforts accomplis par les chevaliers.
4 - L'ancienne civilisation celtique druidique puis moyenne ageuse païenne chaotique faite de magie, de sorcellerie et de superstition se termine pour laisser place à la civilisation chrétienne (humaniste).
L'utilisation ésotérique du Graal
Les sectes profitent de la fascination suscitée par le mystère du Graal. L'aspect magique et symbolique du Graal favorise l'interprétation ésotérique (voir la pléthore de forums sur Internet actuellement consacrés au Graal et à son interprétation «véritable»).
Signalons, en fin de cet article, que la Commission parlementaire sur les sectes, dans un pays comme la France, avait, notamment, identifié au cours de l'année 1995 plusieurs sectes se rapportant à la légende du Graal. Parmi ces dernières, il existerait le «Mouvement du Graal en France» (qui compterait entre 500 à 2 000 adeptes). Une autres secte porte l'appellation d'«Ordre du Graal ardent» (qui regrouperait en son sein quelque 50 à 500 adeptes).
(suite et fin)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.