Le FFS face au défi du rassemblement    La classe politique sort de sa léthargie    Le RCD s'en prend aux "philistins attitrés"    Cap sur les mines    Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up    "L'Algérie accueillera les pourparlers interlibyens"    Démission du ministre de la Justice    Le parlement vote une loi controversée sur les avocats en Turquie    Encore un doublé de Benrahma    À qui profitent les blocages ?    COVID-19: Benbouzid met l'accent sur une meilleure prise en charge du citoyen    Covid-19: Approvisionnement des wilayas concernées par l'interdiction de la circulation    De nouvelles mesures prises à Oran    8 décès et 470 nouveaux cas en 24 heures    Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    Un recrutement en catimini    Le Chabab défend le recrutement de Benmenni (CABBA)    Alerte aux pesticides périmés à Blad-Touahria    Kafkaien    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    La nouvelle feuille de route    Le Syndicat des directeurs accuse la tutelle    Ce que se ronger les ongles dit de votre personnalité    Les nouveautés, en temps de pandémie    Hourof El Jenna, un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    MO Béjaïa : Le club interdit de recrutement    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    Une voiture dans un sac à dos    Les pro-démocratie ouvrent les primaires pour les législatives à Hong Kong    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    CS Constantine: Rachid Redjradj poussé vers la sortie    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    Victimes de plus en plus d'agressions: Les gardes forestiers réclament des armes    FIFA - Coronavirus: Amendement du code de l'éthique    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tlemcen : Les grottes de Mghanine attirent des visiteurs en pleine crise sanitaire    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    TLS Contact Algérieréaménage ses RDV- visas    Boukadoum réaffirme le rejet par l'Algérie de toute ingérence étrangère en Libye    La liste de Hakim Belahcel à la tête de l'instance présidentielle    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ramadhan, cuisine et soirées familiales classiques
Adrar
Publié dans La Nouvelle République le 17 - 08 - 2010


Durant le Ramadhan, toutes les familles de la région du Touat rivalisent d'ingéniosité dans la préparation des différents plats traditionnels notamment «El h'sa», une soupe à base de blé local communément appelé Zambou et qui est à l'origine du goût «exceptionnel» de ce plat traditionnel très prisé, confient les connaisseurs. Entre autres ingrédients utilisés dans l'assaisonnement de ce fameux plat, les épices que les familles sélectionnent et préparent soigneusement et spécialement pour le mois de Ramadhan. «El Khtim» est un mélange renommé à Adrar, composé d'épices fermentées et gardées sous forme de petites pattes asséchées, pour l'usage quotidien et la préparation d'el hsa. Par ailleurs, les habitants de la région du Touat passent les soirées du Ramadhan chacun selon ses goûts, jusque sur les dunes de sable, souvent autour d'un thé. Rien de bien original à signaler de ce côté, en l'absence notoire d'activités culturelles dignes de ce nom. Certaines traditions ancestrales demeurent très ancrées dans les villes et villages d'Adrar notamment durant el s'hour, et là, on retrouve le bon vieux «Messaharati», cet homme qui prend volontairement sur lui la tâche de réveiller les habitants pour le dernier repas avant la reprise du jeûne, au son du tambour et en scandant des récitals religieux rappelant les vertus du s'hour. Les familles adraries accordent également un intérêt particulier aux enfants qui pratiquent le jeûne pour la première fois, et qu'elles tiennent à l'occasion à inviter à partager le repas du f'tour chez elles, en guise d'encouragement et de rappel de l'importance symbolique de ce pilier de l'Islam.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.