L'empire Haddad s'écroule    Le procès de Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Karim Tabbou sera-t-il libéré ?    Sonatrach sort ses griffes    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Clubs et LFP mis devant le fait accompli !    «Les quinze prochains jours seront cruciaux»    Les hôtels et les cités U à la rescousse    Installation des colonnes mobiles pour la lutte contre les feux de forêt    Un triptyque de Francis Bacon vendu 84,6 millions de dollars aux enchères sans public de Sotheby's    Ali Laskri se rallie à l'option du congrès extraordinaire    3 ans de prison ferme requis    12 terroristes éliminés et 05 autres arrêtés durant le premier semestre 2020    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    Communiqué de l'AJSA    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    On vous le dit    Du sens du patriotisme en Algérie    Covid19: possible recours aux infrastructures hôtelières pour couvrir le déficit enregistré par certains établissements hospitaliers    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    L'hommage de son ancien élève Noureddine Melikchi, expert à la NASA    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Nouveau pôle urbain d'Oued Tlélat: Des dispositions pour livrer 8.000 logements LPL    Chlef: Des souscripteurs AADL en colère    La mère des batailles    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    Youcef Benmicia, nouveau président    La FAF s'est fixé une date butoir    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Vu à Tizi Ouzou    Le pétrole progresse,    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Les retombées de la crise sanitaire en débat    Répression contre l'opposition à Hong Kong    Un mort et des blessés dans les manifestations de mardi    L'épreuve    L'infrangible lien...    Plus de 200 corps exhumés en trois semaines en Libye    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    CAN-2021 : La compétition décalée à 2022    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ramadhan: cuisine et soirées familiales classiques à Adrar
Publié dans Algérie Presse Service le 16 - 08 - 2010

La vie sociale durant le Ramadhan revêt une saveur particulière dans la wilaya d'Adrar et diffère d'une zone à une autre, chacune se distinguant par ses propres traditions ancestrales et habitudes culinaires qui font le charme de ce mois saint. Durant le Ramadhan, toutes les familles de la région de Touat rivalisent d'ingéniosité dans la préparation des différents plats traditionnels notamment "El H'sa", une soupe à base de blé local communément appelé Zambou et qui est à l'origine du goût "exceptionnel" de ce plat traditionnel très prisé, confient les connaisseurs. Entre autres ingrédients utilisés dans l'assaisonnement de ce fameux plat, les épices que les familles sélectionnent et préparent soigneusement et spécialement pour le mois de Ramadhan.
"El Khtim" est un mélange renommé à Adrar, composé d'épices fermentées et gardées sous forme de petites pattes asséchées, pour l'usage quotidien et la préparation d'El Hsa.
Par ailleurs, les habitants de la région de Touat passent les soirées du Ramadhan chacun selon ses goûts, jusque sur les dunes de sables, souvent autour d'un thé. Rien de bien original à signaler de ce côté, en l'absence notoire d'activités culturelles dignes de ce nom.
Certaines traditions ancestrales demeurent très ancrées dans les villes et villages d'Adrar notamment durant El S'hour, et là, on retrouve le bon vieux "Messaharati", cet homme qui prend volontairement sur lui la tâche de réveiller les habitants pour le dernier repas avant la reprise du jeûne, au son du tambour et en scandant des récitals religieux rappelant les vertus du s'hour. Les familles adraries accordent également un intérêt particulier aux enfants qui pratiquent le jeûne pour la première fois, et qu'elles tiennent à l'occasion à inviter à partager le repas du f'tour chez elles, en guise d'encouragement et de rappel de l'importance symbolique de ce pilier de l'Islam.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.