Allègement des hôpitaux: vers la reconsidération des services d'urgences de proximité    Sétif : le spectacle "Rassassat ghadr" reproduit le début des massacres du 8 mai 1945    Fedissah: La question sahraouie ne peut être résolue que par un référendum d'autodétermination    L'Allemagne demande des explications au Maroc au sujet de la décision de convocation de son ambassadeur à Berlin    Découverte du cadavre d'une personne à Oued Mitar à Boussaâda    Real : Zidane prêt à s'en aller si le club l'exige    ASO Chlef : Un gardien de but à la rescousse    Habitudes de consommation durant le ramadhan à Constantine : Quand la galette fait de l'ombre au pain    Visite du ministre de l'habitat à Biskra : Remise des clefs de 1735 logements sociaux    MC Alger – WA Casablanca : Avancé pour ce vendredi    Législatives: le délai pour l'examen des dossiers de candidatures prend fin dimanche    Les massacres du 8 mai 1945 en Algérie, une continuité des grandes répressions de la conquête française    Libye : du soulèvement populaire à l'ingérence étrangère (2e partie et fin)    Tirage au sort lundi au Caire    Doigts de kounafa    Un nouveau recteur pour Tizi    Benhamza et Serrar défendront les intérêts des clubs auprès des instances    USMA-MCA éclipse tout    Festival national de la calligraphie arabe    Transfert    Mémoires du 8 Mai : de l'abjection coloniale à l'impossible repentance    "PAS DE MUSELIÈRE"    Des choix budgétaires très compliqués    Lourdes accusations contre les syndicats    Brèves    Coronavirus : Washington met son poids dans la bataille pour l'accès aux vaccins à l'OMC    CFA : Première réunion lundi    Le CNRC veut assainir la liste des importateurs    Forte mobilisation à Alger    Un doctorat soutenu en Italie et consacré à la vallée Ighzer Amellal : La géo-archéologie sur les traces de nos ancêtres    Décongestion routière dans la capitale : Coup d'envoi de la réalisation de deux nouvelles pénétrantes    Santé: Lancement du Registre des refus de don d'organes    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    Mise en garde    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Les mises en garde du gouvernement    Le gaspillage atteint son apogée    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    Grève nationale des infirmiers les 25 et 26 mai    L'ambassadeur du Mozambique à Annaba    Les slogans sortis de laboratoires    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    La pasionaria Djamila Boupacha    Le fabuleux destin d'un héros oublié    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    "J'ai toujours pensé que j'en étais capable"    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La JS Bordj Ménaïel : à la recherche du football perdu
Publié dans La Nouvelle République le 09 - 01 - 2011

De mémoire des algériens et plus spécialement du monde sportif, jamais au grand jamais le football n'est ancré dans l'esprit de toute une région plus connue par la ville des Coquelicots. Le football à Bordj Ménaïel est le second soleil du monde pour les milliers de fans de cette région. Créée dans les années 1932, la Jeunesse sportive de Bordj Ménaïel a toujours été un réservoir de talentueux footballeurs qui ont fait les beaux jours des grands clubs de l'élite, tels que la JSK, MCA, Widad de Rouiba ainsi qu'à l'équipe nationale algérienne. Le football est le seul langage qu'utilise à longueur de journée, les habitants de cette coquette et charmante ville des Coquelicots. On aime le ballon rond, on l'adore au point où il est devenu le sujet de discussion le plus approprié. L'histoire retiendra que la ville des Coquelicots a beaucoup contribué à l'émancipation du football algérien. Le ballon rond, c'est une culture générale dans chaque famille. Il est privilégié à tous les autres sports. La Jeunesse sportive de Bordj Ménaïel est un grand club et personne ne peut toucher ou changer l'histoire de cette honorable association sportive qui a beaucoup d'honneur. Le football à Bordj Ménaïel a connu ses années de gloire dans les années 1979 à 1995, en frelatant la vedette aux autres clubs plus huppés tels la JSK, MCA, MCO, l'USMBA, MCS, l'USMAn, NAHD, le RCK et autres. Devenu incontestablement l'un des plus prestigieux clubs d'Algérie autour duquel ont gravité tout un beau monde constitué d'une pléiade de grands joueurs de football de la vaste région d'Algérie à l'image de Mechdal, Kerraz Zoubir (dit Tereza), Meghrici Tayeb, Belaidi, Lamrani, Moudjari, Nesnes, rbaoui, Guessoum, Zemiti, Ali Boudar, Ould Ameur, Bouzmada, Aït el Hocine, Salah Kamel, Izri, Amara, Cherfaouin, Termoul, Rahmani, Haddadi, Belhadj, Hamrani, Maatki, Amirou, Merabtène, Bourahla, Azzoug, Benchikha, Adjal, Benbouteldja, Bentalâa, Zeggour…
Certes, Bordj Ménaïel joue les profondeurs du football algérien, mais cela n'enlève pas à son mérite d'avoir représenté l'Algérie dans les éliminatoires de la Coupe d'Afrique, d'avoir joué une finale de Coupe d'Algérie en 1987, d'avoir également été champion d'Algérie ex aequo avec l'US Chaouia et la JSK, d'avoir atteint les quarts et les demi-finales de la Coupe d'Algérie. Si certains lui prédisaient un avenir radieux d'autres par contre savaient bien que le temps finit toujours par faner toutes les fleurs même les plus belles les plus éclairées. Gangrené par des luttes intestines d'intérêt et d'influence depuis le décès de feu Tahanouti Ali, le club sombra dans un profond coma. Tahanouti Ali ou ammi Ali a géré la JSBM pendant plus de 20 longues années, d'abord comme dirigeant puis comme président de 1982 à 1994. suite à sa disparition, la déchéance s'est installée et les soi disant présidents, connaisseurs du football qui se sont succédé ont amené la JSBM à la faillite. De véritables charlatans de tous bords se sont bousculés à son chevet avec leur chimériques potions magiques afin de redorer le blason perdu. Malheureusement, ils n'ont fait qu'aggraver son état. Force est de reconnaître que la JSBM a de tout temps été une grande école de football qui a produit de grands footballeurs pour les équipes de l'élite ainsi qu'à l'équipe nationale algérienne. Les regrettés Slimane Madène et Hocine Amrous ont fait les beaux jours de la JSK, Farouk Belkaïd, Kesraoui Omar et Djouab Ouahid. Louanci Bendahmane, l'enfant de Baghlia est passé à la SJBM avant d'opter pour la JSK et l'équipe nationale algérienne. Samadi, l'ex-gardien de but de l'USM Blida et des verts a fait toutes ses classes et son apprentissage avec les Coquelicots, Driouche également est passé par la JSBM pour devenir canari et titulaire à part entière au sein des verts algériens. Galoul Samir de l'USMB est passé également par la grande école de la JSBM sans oublier Ferradj Moh Seghir, Hamadou Yassine et Fawzi Chaouchi. Avant cela, Ramdani Brahim a opté pour le MCA au même titre que Amrous Sadek (champion d'Afrique 1976) ainsi que le regretté international algérien Amrous Tayeb, tandis que Tabet Ali, le grand gardien de but du WAR et de l'équipe nationale algérienne de la police, est plus connu par Ali Bondit à cause de ses superbes plongeons.
Ferhat Malik a fait un passage à la JSK et au CRB tout en étant international cadet et junior. Hamrani Essaid la coqueluche de Bordj Ménaïel a fait partie de l'équipe nationale algérienne en compagnie de Rabie Nafâa et de Chaouchi Rachid. Ce dernier a été plébiscité meilleur gardien de but au tournoi de Malaisie. En évoquant le passé de la JSBM, on ressent la chair de poule !
Kouider Djouab
A voir
n Sport+ : Naples - Juvetus Turin à 20h30
n Sport+ : Espanyol Barcelone - Real Saragosse à 17h


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.