Le revers de trop    Dilapidation de deniers publics : Ahmed Ouyahia face à la justice    La justice "accélère" la cadence    Le général Bouazza nommé à la tête de la DSI    Les chantiers de la refondation du collectif Nabni / Chantier 2 - Rendre les urnes au Peuple Bâtir un système électoral zéro-fraude en moins de ...    Les bus de l'Etub ne circulent plus    Les réfrigérateurs Slimmed Down de LG : Plus minces et aliments plus frais    20 ans de monnaie unique dans l'UE: "L'euro, tel qu'il est aujourd'hui, n'est pas stable"    Huawei va déployer la 5G durant la CAN-2019    La Badr refuse-t-elle de payer les retraités de France?    Après la mort d'une journaliste : Arrestations et appel au calme en Irlande du Nord    Daesh revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    4 assaillants tués en attaquant un QG de la sécurité    L'Algérie fer de lance de Seat dans le monde    Conseil de la Ligue arabe : M. Sabri Boukadoum participe à la réunion consacrée à la question palestinienne    28e journée de la Ligue 2 : Statu quo en tête, l'USMH n'est plus relégable    Grève contre le retour du directeur    L'OMA en quête de financement    C'est déjà plié pour Rivaldo    Quinze wilayas sont concernées    Des enfants à sauver    4 kg de kif saisis et 4 individus arrêtés    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    13 réalisatrices au festival de Cannes 2019    Tamazight prochainement disponible sur Google traduction    De nouvelles salles de cinéma pour le Ramadhan    Session extraordinaire le 4 mai    La date fixée au 21 juin    Ouyahia, la chute d'un dinosaure    Feu vert officiel pour la mise en service    Ould Abbes dans de mauvais draps    Tizi Ouzou.. Les routes de tous les dangers    Championnat de Ligue 2.. Mobilis Le WAT et l'ASO à 3 points de l'élite    AG des fédérations sportives.. Les défis de l'heure    Il s'est mal comporté avec Bahloul à l'AG de l'UAFA.. Raouraoua déclare la guerre à la FAF    207 morts dans les attaques terroristes.. Massacre au Sri Lanka    Grippe saisonnière.. Net recul cette année    Mois du patrimoine.. Un riche programme    Lutte contre la criminalité : Près de 2900 suspects interpellés en mars dernier    Début du référendum constitutionnel en Egypte    Grandiose 20 Avril à Tizi Ouzou    Algérie-Mali, le 16 juin à Abu Dhabi    Trucs et astuces    Des remèdes complémentaires pour soulager une entorse de la cheville    La progression féconde    …sortir…sortir…sortir…    «Le prix payé pour tamazight a été exorbitant»    Forte explosion et tirs dans le centre de Kaboul    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dynasties républicaines
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 05 - 2009

Le président Wade, qui se revendiquait haut et fort du libéralisme, avait, au nom du Sopi (le changement), mis un terme au long règne des socialistes sénégalais. La victoire électorale du président Wade a été nette et sans bavure. Une majorité de citoyens, lassés par le trop long et plutôt inefficace règne des dirigeants post-indépendance, avaient finalement opté en avril 2000 pour le changement prôné par l'avocat libéral.
Réélu en 2007, le président Wade a depuis longtemps abandonné son mot d'ordre fondateur. Les structures politiques sénégalaises, incontestablement démocratiques, ont montré leur adaptabilité à des changements d'hommes. En effet, le changement d'homme à la tête du pays ne s'est guère traduit par un changement concret pour le citoyen. «Socialiste» ou «libéral», le Sénégal reste une démocratie présidentielle, largement organisée autour des confréries maraboutiques et du clientélisme. Il n'empêche, dans un continent ou les transformations démocratiques ont lieu dans la douleur, quand elles ont lieu, le Sénégal fait figure d'exemple. Au-delà de l'alternance au sommet, la vie politique existe vraiment et les acteurs sont représentatifs des courants et tendances qui traversent le pays.
Le tableau est cependant nuancé par le recul des libertés publiques depuis quelques années. Dans un contexte de crise et de trop faibles performances économiques, le président Wade a plusieurs fois remanié la Constitution sans l'aval des assemblées et l'instrumentalisation de la justice à des fins de règlements de comptes politiques est une pratique particulièrement inquiétante.
Mais le sujet de préoccupation essentiel est bien dans la succession du président Wade, qui, à quatre-vingts ans, n'a ni dauphin ni successeur désigné. Son parti, le Parti démocratique sénégalais (PDS,) s'est vidé des personnalités susceptibles de représenter une alternative, le Président s'étant employé à écarter tous les prétendants trop pressés ou ceux dont les prétentions lui déplaisaient. Pour les observateurs, le Président, en se débarrassant de concurrents potentiels, pavait la voie à son fils Karim. Ce dernier, homme d'affaires dynamique, a confirmé son ascension lorsque son père lui a confié la responsabilité des préparatifs du sommet de l'Organisation de la Conférence islamique. Karim Wade a eu la haute main sur les importants contrats d'infrastructures et d'aménagement de la capitale. Beaucoup ont vu dans cette désignation une sorte de mise en selle.
Mais Abdoulaye Wade a toujours réfuté les intentions qu'on lui prêtait, car il n'était nullement question de mettre son fils en orbite présidentielle. Au lendemain d'élections municipales marquées par la défaite du camp présidentiel, un remaniement voit l'entrée au gouvernement de Karim Wade en tant que ministre d'Etat, à la tête d'un département aux prérogatives élargies. La nouvelle a surpris le landerneau politique dakarois, d'autant que le nouveau ministre fait partie du contingent des candidats les plus largement battus. Pour de nombreux hommes politiques sénégalais, il s'agit là, outre d'une marque de népotisme évident, de la matérialisation d'une stratégie visant à faire de Karim Wade un postulant crédible pour la candidature aux futures présidentielles.
Démocratique ou non, le Sénégal fera-t-il partie de ces étranges dynasties républicaines qui se sont multipliées ces dernières années ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.