Le Conseil de la monnaie et du crédit décide de doubler le capital minimum des banques    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Echauffourées à Bab-el-Oued    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Le cancer de la thyroïde, le troisième cancer féminin en Algérie    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    Ornières et nids-de-poule à Aïn Beïda    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    Nouvelles d'Oran    Blida : Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs anticipe la célébration du Mawlid Ennabaoui Charif    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    La folie des sénatoriales    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Ould Abbès dégagé ?    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Enigme et interrogations    Consolidation de la démocratie participative    92 commerces fermés    L'Onu lève ses sanctions    Partenaires pour un hommage à Alloula    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    En bref…    Tout un programme pour l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Boumerdès: A quand un incinérateur pour l'hôpital ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 07 - 2009

Aucun centre hospitalier à la wilaya de Boumerdès ne dispose d'un incinérateur pour le traitement des déchets d'activités de soins à risques infectieux (Dasri) qu'on retrouve au niveau des hôpitaux et des centres de santé, et qui ne sont pas toujours pris en charge comme le prévoit le règlement en matière de collecte, de stockage et de destruction.
Pour preuve, à l'hôpital de Thénia, les seringues, les languettes, les déchets des perfusions sont déposés dans des bacs à ordures au même titre que celles ménagères, comme le montre la photo prise à proximité d'une structure de l'hopital. Ce dernier, faut-il le rappeler, dans un passé proche avait le statut de centre hospitalier et universitaire. Pis, les déchets (Dasri) sont collectés et transportés dans des camions à benne à l'air libre, n'accordant aucune importance aux recommandations prescrites lors des réunions et regroupements scientifiques et les risques de contamination.
Nombreux sont les séminaires organisés au profit des praticiens, des paramédicaux et aux gestionnaires des hôpitaux et des centres de santé. Les principaux thèmes débattus sont liés à la gestion et le traitement des déchets d'activités de soins à risques infectieux (Dasri). Un sujet, certes, délicat voire d'actualité que les pouvoirs publics, notamment le ministère de la Santé, accorde un intérêt particulier pour une bonne gestion et le traitement de ces derniers qui représentent un potentiel de toxité dangereux pour la population et l'environnement. Les Dasri, comme a tenu à le confirmer le docteur Touhami, sont des produits dangereux classés dans la rubrique 18 de la nomenclature de déchets.
Au niveau de cet établissement hospitalier de Thénia, les praticiens et le personnel paramédical bien que conscient de la situation s'accordent à dire, qu'en l'absence d'un incinérateur, ils ne disposent pas de matériels adéquat, citant les bacs pour les objets piquants et tranchants (seringues, bistouris) et les emballages en sachets, pour les autres déchets, aux normes internationales qui sont de couleur jaune avec le sigle BIO international des Nations unies avec mention «Attention haut risque d'infection».
Pour l'heure, les déchets d'activités de soins à risques infectieux ne sont guère traités comme le prévoit la réglementation, bien que le ministère ait consacré pas moins de 356 milliards de centimes pour la gestion de ces derniers. Alors, on s'interroge pourquoi des séminaires et tant d'argent si on ne respecte pas les recommandations ? Et à quand l'acquisition d'un incinérateur à l'hôpital de Thénia ? Faut-il le rappeler, cet équipement est indispensable pour le traitement des Dasri.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.