Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le PT satisfait et veut plus...
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 13 - 08 - 2009

Le Parti des travailleurs (PT) est «globalement» satisfait par les dernières mesures décidées par le gouvernement dans le cadre de la loi de finances complémentaire 2009. C'est ce qui ressort de la conférence de presse animée hier par Louisa Hanoune, porte-parole du PT, qui a tenu à saluer au passage «l'audace» du gouvernement qui a pris des mesures pour protéger, dit-elle, notre économie.
L'ancienne candidate à la magistrature suprême s'est interrogée par ailleurs sur le bruit fait, par certains patrons notamment, autour de la LFC et plus précisément sur la suppression du «crédit à la consommation» et l'instauration du «crédit documentaire» pour toute opération d'importation. «C'est incompréhensible toutes ces réactions», a-t-elle martelé hier en soulignant que «le gouvernement n'a pas à avoir honte». Louisa Hanoune reproche cependant au gouvernement de ne pas avoir engagé le débat et d'avoir gardé le silence au moment où certains tiraient à boulets rouges sur certaines mesures contenues dans la loi de finances complémentaire.
La porte-parole du PT a affirmé hier au siège de son parti à El-Harrach à l'Est d'Alger que certaines propositions qu'elle avait adressées personnellement à travers une lettre au président de la République sont prises en considération dans la LFC. Louisa Hanoune est, semble-t-il, convaincue que le chef de l'Etat a accordé de l'importance au document qu'elle lui avait envoyé avant les élections présidentielles et pour preuve certaines propositions formulées se sont matérialisées dans la loi de finances complémentaire, pense-t-elle encore.
«Nous avons étudié les textes de la loi de finances complémentaire et nous estimons au PT qu'ils ont été décidés pour le bien de notre économie et pour arrêter l'hémorragie des devises transférées de notre pays vers l'étranger», a déclaré la responsable du Parti des travailleurs. Cette dernière rappellera que le montant de l'évasion fiscale durant les années précédentes s'élève à 700 milliards de DA.
«Des centres occultes ont été créés lors de la tragédie nationale», a-t-elle ajouté en suggérant que les nouvelles mesures vont certainement mettre un frein à certaines pratiques utilisées par ce qu'elle qualifie de «maffia de l'importation». La porte-parole du PT parlera même de «victoire de l'Algérie» en évoquant d'autres mesures contenues dans la LFC à l'image de la mesure qui oblige les sociétés commerciales étrangères de droit algérien de céder 30% de leur capital aux nationaux, le réinvestissement en Algérie des bénéfices des sociétés étrangères, etc.
La conférencière s'est interrogée par ailleurs sur l'abcès de fixation du patronat algérien sur la suppression du crédit à la consommation et l'imposition du crédit documentaire dans les opérations commerciales effectuées à l'étranger. Concernant ce dernier point, Louisa Hanoune pense que la mesure «va dissuader les faux importateurs et la maffia qui gangrène le commerce et l'économie d'une manière générale». «Il y a des réactions très surprenantes des patrons», a-t-elle fait savoir en notant que le gouvernement est responsable des choix économiques du pays et que les patrons n'ont pas à être associés dans l'élaboration des lois.
«Il n'y aura pas d'émeutes après la suppression du crédit à la consommation», poursuit la conférencière qui décocha des flèches empoisonnées à l'adresse des concessionnaires automobiles qui se sont, dit-elle, assez enrichis. Le crédit à la consommation tel que pratiqué jusqu'ici par les banques est un moyen de faire fuir les capitaux vers l'étranger, soutient la porte-parole du PT qui appelle au rétablissement de certaines barrières tarifaires et le rétablissement du regard de l'Etat dans le secteur bancaire.
Par ailleurs, abordant le salaire national minimum garanti (SNMG), Louisa Hanoune estime qu'aujourd'hui une famille moyenne ne pourra pas vivre avec un salaire en dessous de 50.000 DA. Enfin, la première responsable du Parti des travailleurs pense que toutes les mesures prises jusqu'ici par le gouvernement ne sont pas encore suffisantes et veut encore plus afin d'aider le citoyen à vivre convenablement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.