Barcelone : Messi aurait lâché une bombe sur son avenir en interne !    Mondial de Handball: l'Algérie s'incline face au Portugal (26-19)    Milan AC : C'est officiel pour Mandzukic    Dalila Touat condamnée à 18 mois de prison ferme    Relaxe pour les hirakistes d'Oran    Le verdict en appel de trois activistes renvoyé au 25 janvier    Situation kafkaïenne des souscripteurs    Hausse des prix des pâtes alimentaires : Certains opérateurs pointés du doigt    Les raisons de la pénurie    Instruction aux walis    Importation des véhicules neufs : Qu'est-ce qui retarde la délivrance des agréments provisoires ?    Signature d'une convention de partenariat avec l'Inapi    La décision de Trump en cours d'examen par le staff de Biden    "Biden ne fera pas de bouleversements exceptionnels"    Des dizaines de victimes au Darfour-Sud    Le président Touadéra officiellement réélu en Centrafrique    La mouture de la commission Laraba favorise les partis de l'ancienne majorité : Les écueils aux changements maintenus    Chanegriha supervise l'exercice tactique «Al-Hazm 2021»    Brahim Laâlami reste en prison    L'Algérie s'impose face à la Libye    La FAF a-t-elle enfreint le décret exécutif 15-73 ?    Des soucis pour Dumas    «L'acquisition de plusieurs vaccins est une bonne décision»    Sit-in de protestation des étudiants de 3e année de médecine    Secteur de l'éducation à Béjaïa : Entre grands besoins et sept nouveaux projets notifiés    Affichage d'une liste provisoire des bénéficiaires de 1 146 logements    Opération «les trottoirs pour les piétons»    Les prestations suspendues jusqu'au 8 février    Rêver à perdre la raison !    L'artiste Reche Safia honorée par les siens    L'IFA lance son premier appel à projets cinématographiques 2021    Joe Biden : Le «rassembleur» à l'épreuve d'une Amérique meurtrie    Les technologies embarquées bousculent la mécanique d'autrefois    Donald Trump : La fin de son mandat lui coûte une fortune    Kamala Harris, une vice-présidente historique    Edition amazighe à Béjaïa : L'APW offre 11 000 livres pour les établissements scolaires    Ineffable Art et Culture, le magazine culturel digital 100 % algérien : Figourra, un concept « brosseur » de portraits    OM Arzew: Le CSA, ou la source des problèmes    Mostaganem: Saisie de boissons alcoolisées, une arrestation    Le procès en appel du DG d'Ennahar reporté au 1er février    TRUMP ET LES DEMONS DE LA GUERRE DE SECESSION    Projet de révision de la loi électorale: Le candidat à la présidentielle doit déposer une garantie financière    La solidarité ne va qu'aux nécessiteux    MC Alger: L'appétit vient en mangeant    Dossier mémoriel Algérie-France: Le rapport Stora remis demain à l'Elysée    Lettre à une jeune étudiante    Restauration de la mosquée du Pacha: Lancement des travaux le mois de mai prochain    259 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De l'homme-portion à l'homme-ration
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 04 - 2010

La corruption étant, selon un ministre de la république, un mal plus que nécessaire dans un pays où tout le monde a la «bonne idée» de prendre l'ascenseur plutôt que l'escabeau, le pays s'est «naturellement» divisé en deux peuples: celui des hommes-portion et un autre juste en face de lui: celui des hommes-ration, les uns mangeant par grandes louchées dans la main des autres, le pays s'est alors retrouvé divisé en millions de petites portions et en autant de grandes rations.
Acte I: L'homme-portion est celui qui sait lire en diagonale dans le main de l'Algérie de mama et de papa. Et parce que, paraît-il, tous les gueux se réconcilient à la gamelle, l'homme-portion, à la manière peu élégante du corbeau rusé qui sait chiper son morceau de fromage dans la bouche béante de plus affamé que lui, il sait se faire gros avec plus grand que lui.
Sachant bien que le pain est né deux ruses avant la galette, l'homme-portion fait semblant de quémander un quignon de pain rassis lorsqu'il coupe sombrement dans votre gâteau trop gras, vous laissant votre seul visage entarté en guise d'avenir sans but. Ne croyant pas en l'existence de petit morceau, ni en petit ni en grand format, l'homme-portion sait faire de l'art «portionner» une néo-théorie à ne jamais enseigner dans les bahuts et de la technique de rationner une pratique dépénalisée et aseptisée jusque dans les caniveaux bouchés et les égouts obstrués.
L'homme-portion est si futé qu'il peut manger dans la gueule fétide d'un fauve repu en l'hypnotisant avec un regard de gnou effarouché. L'homme-portion, c'est aussi un bipède qui sait construire un château huppé avec des briques brisées et manger un giga-méchoui mal cuit avec des yeux larmoyants et des mains manucurées.
Acte II: L'homme-ration, à rebours de l'homme-portion, est un homme peu solitaire. Chassant en groupe, l'homme-ration sait flairer sa proie jusque dans le ventre vide d'un macchabée momifié. L'homme-ration rusé comme un singe, sait chialier avec le berger ruiné et manger avec le chef de meute de loups rassasiés. A la tête d'un groupe dit de la ration, il sait faire de l'assemblée des hommes-portion un aréopage de bouches cousues et de caboches bouchées.
Un homme-ration, c'est un peu comme un commissionnaire en smoking usé jusqu'à la fibre, sans bulletin de paie ni passeport ventro-métrique. A mi-chemin entre un anthropophage et un mangeur de chair fraîche, un homme-ration ça peut écoper une mer avec une cuillère trouée et avaler d'une seule bouchée la terre entière. Un homme-ration ça existe partout, en haut comme en bas, à votre droite comme à votre gauche, dans un bureau, comme il peut vivre tapi dans la peau d'un homme commun. Il peut se mettre juste en face comme il est capable de vous surprendre par derrière votre dos sans gilet pare-coups fourrés. Un homme-ration, ça vous mange vote corps, votre cœur, les os, les yeux de la tête, la peau des ongles, votre cervelle fatiguée, pour ne vous laisser que votre porte-monnaie vidé de son dernier sou.Et entre l'homme-portion et l'homme-ration, il n'y a qu'une ligne invisible a l'œil nu: celle de l'argent, ce fumier de l'humanité d'aujourd'hui et de demain…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.