Tourisme: Air Algérie appelée à accompagner les efforts de développement du secteur    La décision de la Cour africaine est une attestation du statut juridique du conflit    Hand/CAN 2022 (dames): "Ce sera difficile mais jouable"    Lancement officiel du réseau parlementaire sur le climat et l'environnement    Mémoire nationale: élaborer un guide académique pour l'enseignement de l'histoire    Sommet arabe: un tournant qualitatif dans l'action arabe commune en faveur de la cause palestinienne    Handball: décès de l'ancien international algérien Ahmed Hadj Ali    Foot (match amical) : Algérie A' - Soudan à huis clos    Le nouveau stade de Tizi-Ouzou sera livré dans les délais    Grippe saisonnière: réception de 2,5 millions de doses de vaccin    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Festival national du Malouf de Constantine : un spectacle des plus élégants à la troisième soirée    Le Premier ministre inaugure la 21ème édition du SITEV    Alcool frelaté: 19 morts dans le nord du Maroc    Sonatrach: Priorité à l'exploration    Une centaine de supporters blessés    Algérie A'- Soudan aujourd'hui à 20h00: Maintenir la dynamique des résultats    Ligue 1: Deux duels attrayants    Tiaret: L'usine de plaques PVC entre en production    De la dualité désordre-ordre humain à la guerre Ukraine-Russie    Huit agences de voyages agréées pour la Omra 1444: 21 millions de cts au minimum pour une «Omra simple»    Préservation des îles Habibas: Lancement de l'atelier chargé de l'élaboration du schéma directeur    Les chantiers de la santé : éviter de se perdre    Tlemcen: Les nouveautés de la codification des marchandises    A quand une rencontre Président-Maires ?    LA VIE... ET LE RESTE    «Nos entreprises sont prêtes à investir en Algérie»    Une aubaine pour les cimentiers    Des «lignes rouges» tracées    Les autorités pro russes revendiquent la victoire    Un géant qui voit grand    60 Cantines scolaires à l'arrêt    Ce qu'en attendent les syndicats    Trois ateliers illégaux démantelés    Tensions accrues au Sahel    Du bon et du moins bon    Maguire, c'est désastreux    Festival algérien des arts et de la culture «Dz Fest»    Le Japon invité d'honneur    Saint Augustin de retour à Souk Ahras    Le Président Tebboune reçoit l'ambassadeur du Ghana    APN: Réunion de coordination sous la présidence de Boughali    Festival national du Malouf de Constantine : une ambiance apaisante lors de la 2ème soirée    Conseil de sécurité de l'ONU: La Ligue arabe, l'UA et l'OCI soutiennent l'Algérie    Une commission et des Interrogations    Le wali, homme-orchestre    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Un coup de piston et...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le CRIDISH portera le nom d'Abdelkader Djeghloul
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 29 - 05 - 2010

La procédure de baptiser le CRIDISH au nom d'Abdelkader Djeghloul est entamée», a annoncé le recteur de l'université d'Es Senia, Larbi Chahed dans son allocution d'ouverture de l'hommage rendu à Abdelkader Djeghloul, jeudi dans l'après-midi. Par ailleurs, un colloque international lui sera consacré en avril 2011, ajoutera-t-il. Dans son intervention, il rappellera que c'est Kader (le petit nom par lequel on l'interpellait) qui a exhumé Ibn Khaldoun et Frantz Fanon. Le défunt, mort le 20 avril 2010 au Maroc, a rejoint l'université d'Oran en 1969. Se démenant sur plusieurs plans, il a été derrière l'université populaire de Saïda. En 1973, il mettra en place «la cellule de développement l'Ouest». L'on apprendra que Djeghloul, avant de mourir, nourrissait le projet d'une université populaire nomade. Après avoir participé à la mise en place des bases de l'enseignement de la sociologie, Djeghloul se consacrera à la recherche en créant le CDSH, devenu par la suite le CRIDISH. En 1987, Djeghloul quittera l'Algérie pour la France. Il insufflera une vie à la publication «Actualités de l'immigration». Deux anciens recteurs de l'université rappelleront, dans des interventions improvisées, quelques souvenirs avec le défunt. Le professeur Lazreg dira : «Il a apporté une aide considérable au développement de la jeune université». Et d'ajouter : «Il m'a présenté un CV en quinze pages». M. Bouziane dira: «Il était un commis de l'Etat exemplaire».
Mohamed Moulfi, professeur de philosophie, préférant «le portrait» à «l'hommage», ne s'empêchera pas de crever quelques abcès. Il parlera de «l'amertume de Djeghloul à l'égard des Oranais». A comprendre la communauté universitaire oranaise. Et d'expliquer que, «lors de notre rencontre à Alger en 2006, à l'occasion d'un colloque sur Derrida, Djeghloul me balança : vous m'avez abandonné». Tous ses collègues se remémorent que le professeur a vécu des moments difficiles à Oran avant d'être «repêché» par la Présidence de la République. Moulfi parlera de l'enthousiasme de Kader pour «la révolution en Algérie et la révolution mondiale».
Même sur ce plan, il a été «diabolisé», dira-t-il. Sur le plan universitaire, Moulfi, étudiant et par la suite assistant de Kader, évoquera «sa haute idée de l'université» et son grand souci pour «une éthique universitaire». Continuant sur sa lancée, Moulfi ajoute: «C'est son audace qui nous a introduit dans les débats intellectuels de l'époque». C'est aussi sa lucidité qui l'a poussé à quitter l'université quand il a perçu sa déliquescence inéluctable. Moulfi terminera en annonçant: «La plus grande reconnaissance qu'on peut lui manifester c'est ramasser ses écrits et travaux».
Se plaçant sur le même plan que son collègue, Manser, professeur de sociologue, transgressera quelques non-dits. Il dira que l'Université d'Es Senia a refusé la réintégration à Djeghloul en 1997. Il reconnaîtra que c'est grâce à Kader qu'il est devenu universitaire. «En me recrutant, il m'a hébergé quelques semaines chez lui». Il parlera de sa participation au «cercle des études marxistes léninistes», créé en 1967 par Ali El Kenz. Manser osera parler de «période de parti unique mais pas de pensée unique». Recensant les apports de Djeghloul sur le plan théorique, il dira: «C'est lui qui a introduit le concept de mode de production asiatique» et de «mode de production de l'Algérie pré-coloniale». Toujours sur le plan intellectuel, Manser ajoutera que Djeghloul, penseur libre, «a échappé à l'emprise du marxisme et du structuralisme, modes de pensées dominants à l'époque». Défricheur de terrains de recherche, Djeghloul s'est intéressé aux élites et à la place et au rôle des élites dans la construction de l'Etat. Manser citera ses écrits sur M'Hamed Berrahel, Allalou, El Khaldi et tant d'autres. Enfin, Manser évoquera la question tant controversée de la proximité de Djeghloul avec le pouvoir. Il conclura: «Il était profondément patriote».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.